[prise en main] Apple Watch Series 4 : la montre connectée d’Apple a trouvé sa voie mais pas encore le chemin de votre cœur

Apple Watch series 4 review test essai
On avait testé la toute première Apple Watch, celle qu’on appelle désormais « série 0 » ici même en y voyant un beau gadget trop lié à l’iPhone et sans réelle killer application. Apple semble avoir trouvé une voie pour sa montre, pas vraiment outil de notification, pas vraiment trackeur d’activité, mais moniteur de santé.

Affiner le boîtier, élargir l’écran, augmenter la puissance… On connaît la méthode Apple pour faire évoluer ses produits. On est à la première vraie révision du design de l’Apple Watch, et sans trop s’agrandir (honnêtement, sauf si vous étiez « limite » avec les tailles précédentes, les nouvelles dimensions extérieures ne font pas vraiment plus gros au poignet, surtout avec le léger affinement de l’épaisseur), son écran devient vraiment plus confortable. Avec Watch OS5 et la possibilité de consulter une page web en mode lecture, il devient imaginable de s’affranchir d’un iPhone pour différents usages quotidiens, puisque Siri va enfin pouvoir vous renvoyer une page web en résultat plutôt que de vous dire de consulter les réponses sur le web sur votre iPhone. Le nouveau cadran infographe est un peu chargé à mon goût en version analogique, plus soft dans sa version numérique, mais il offre la possibilité de vérifier d’un coup d’oeil un nombre impressionnant de paramètres, sans ouvrir aucune app.

Côté boîtier, le bouton désormais aligné avec la surface du boitier offre un petit bénéfice esthétique quand les larges ouvertures pour le haut parleur à gauche et le nouveau micro à droite alourdissent un peu le profil. Statut quo donc. La vraie bonne nouvelle c’est que les Series 4 Cellular perdent le gros point rouge sur la couronne des Series 3 pour un cercle rouge beaucoup plus discret. Enfin, le coloris or est vraiment intéressant, identique au coloris or des iPhone XS, il offre des reflets cuivrés et peut facilement s’envisager si vous trouvez les version acier, aluminium ou gris sidéral trop froides.

Enfin, la couronne haptique ajoute ce soupçon de magie mécanique que seules les marques haut de gamme savent offrir, en émettant des « clics » synchronisés avec l’affichage. C’est un plus ergonomique indéniable et une sorte de clin d’œil aux prouesses des montres mécaniques.
Apple Watch series 4 review test essai

Mais à quoi bon utiliser une Apple Watch alors qu’on a déjà un iPhone?

Au début de la keynote, Jeff Williams a résumé les usages de cette montre en trois catégories : rester connecté avec ses proches, nous encourager à vivre une vie plus saine en étant plus actif et suivre notre santé via différents capteurs (photo ci-dessus).

Si les deux premières catégories peuvent être réalisées depuis longtemps par l’iPhone, la troisième est clairement complètement dédiée à l’Apple Watch, grâce à des capteurs complètement absents du smartphone. Le capteur optique permettait déjà de connaître son rythme cardiaque comme la majorité des montres connectées, mais il a ajouté avec Watch OS 3 une alerte de rythme trop élevé au repos qui a déjà sauvé quelques vies si l’on en croit le marketing d’Apple. Avec Watch OS 5, le même type d’alerte peut apparaître si votre coeur bat trop lentement. La montre est désormais une sorte de vigie active de votre rythme cardiaque, tout le temps à votre poignet. Et cela explique pourquoi on croise pas mal de seniors peu passionnés de gadgets connectés porter une Apple Watch.
Apple Watch series 4 review test essai
Mais Apple ne s’est pas arrêté là et a ajouté des électrodes pour récupérer votre électrocardiogramme. La voie est donc tracée vers plus de capteurs pour obtenir plus de données, et des données médicalement valables, puisque Apple a obtenu une « FDA clearance » aux USA et cherche à obtenir l’aval des autorités de certification médicales partout dans le monde… Ce qui risque d’être une affaire longue et difficile en Europe : souvenez-vous, Nokia a purement et simplement décidé de supprimer la fonction de mesure de vitesse d’onde de pouls de sa balance Body Cardio pour ne pas avoir à tenter la nouvelle certification médicale, nécessaire pour un tel produit, alors même qu’elle avait été développée sur la base d’une très sérieuse étude clinique. On ne plaisante pas avec les fonctions santé de ce côté de l’Europe, et on verra bien si Apple arrive à activer son ECG dans nos vertes contrées, même à titre « gadget only »…
Vous l’aurez compris : la principale nouveauté de l’Apple Watch Series 4 (après son écran) n’est peut-être pas jouée d’avance…
Apple Watch series 4 review test essai
Conclusion
Le positionnement marketing de l’Apple Watch est enfin clair, avec une montre connectée qui se tourne à fond vers la santé et le bien être, tout en pouvant remplacer un smartphone pour une utilisation légère (idéal pour le running par exemple). Avec son design affiné et sa vitesse confortable, la montre d’Apple a atteint un beau niveau d’efficacité. Est-elle pour autant devenue un must have ? Pour le moment pas du tout, puisque la nouvelle fonction électrocadiogramme, principale nouveauté, n’est pas garantie d’être disponible en France (et plus globalement en Europe) très rapidement. Il est donc urgent d’attendre si vous êtes intéressé, à moins que ce ne soit la Series 3 et son nouveau tarif abordable qui vous attirent.
Apple Watch series 4 review test essai

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *