[test] Apple Watch et Watch OS 2.0 : 2 mois pour changer ma vie

Test Apple Watch
Je suis amateur de montres. Pas seulement de haute horlogerie, mais de toutes les montres qui ont quelque chose qui sort de l’ordinaire. J’aime les mouvements innovants mais pas forcément chers, Des Swatch AutoQuarz à la Sistem 51 en passant par un Zenith El Primero ou un Kinetic de Seiko. J’ai donc l’habitude de porter des montres. Mais pas vraiment de porter un ordinateur au poignet. J’avais tenté le Fuelband, très sympa pour son look avec ses LEDs, il faisait ce qu’il annonçait en mesurant l’activité. Le Samsung Gear Fit poursuivait un peu dans cet esprit sportif et high tech avec son écran incurvé et ses quelques fonctions liées au smartphone. J’étais curieux de savoir ce qu’une « vraie » montre connectée pourrait m’apporter. Alors depuis un peu plus de deux mois, je porte une Apple Watch.

Style
J’ai jeté mon dévolu sur une Apple Watch Sport aluminium avec un bracelet blanc, à laquelle j’ai immédiatement offert le bracelet noir, qui vieillira mieux, le blanc étant plus sensible il sera moins porté. Même si au lancement de la toquante d’Apple je penchais pour la finition gris sidéral, plus adaptée à mes yeux au caractère de montre de sport de cet engin, je trouve finalement que la couleur aluminium est préférable pour ne pas trop accentuer le côté gadget high tech et obtenir un look plus horloger, surtout avec des bracelets plus classiques.
Pour le design je n’ai plus grand-chose à ajouter, le marketing Apple fait que vous connaissez déjà parfaitement la conception de l’Apple Watch.
La seule chose qui étonne quand on l’essaie pour la première fois, c’est sa taille et son épaisseur contenue par rapport aux autres montres connectées. La montre est petite et discrète au point que tout le monde croît que j’ai opté pour le petit modèle, alors que c’est bien la « grande » Apple Watch qu’ils ont en face d’eux. Cette compacité alliée à une belle finition est vraiment le point fort de l’Apple Watch, qui est la plus horlogère des montres connectées, si l’on excepte les « vraies » montres comme celles de Withings ou Frédérique Constant/Alpina (plus horlogères mais très limitées). En résumé, vous n’avez pas l’air d’un con avec une énorme montre en plastique, vous avez juste l’air d’un con si on reconnait que vous portez une Apple Watch.

Achetée quasiment le même jour que la sortie de Watch OS 2.0, je n’ai pas essuyé les plâtres de la première version de l’OS.
Test Apple Watch
Ergonomie
L’idée de la couronne digitale est bien trouvée : on évite de mettre les doigts sur le minuscule écran pour faire défiler du texte (un message, un fil de tweets par exemple). La seule chose sur le marché qui pourrait être plus ergonomique est la lunette rotative de la Samsung Gear S2. Mais l’écran rectangulaire de l’Apple Watch, même s’il est moins sexy et moins « horloger » que le cadran rond, est quand même plus pratique pour lire du texte, ce qui finalement est assez fréquent sur une montre connectée.
Autre véritable plus produit de cette montre : le Taptic Engine. Là où la concurrence est dotée d’un vibreur, l’Apple Watch sait donner des petites tapes sur le poignet, fermes et nettes, sans aucun bruit (les vibreurs de montres se font clairement entendre en environnement calme, pas l’Apple Watch, c’est testé au bureau).
La seule chose que je ne comprends vraiment pas, c’est la fonctionnalité non personnalisable du bouton de la montre. Utilisé uniquement pour faire apparaître sa liste d’amis, permettant de les appeler, de leur envoyer un texto ou un petit dessin s’ils ont une Watch. Même si cette application est utile, je ne vois pas pourquoi je ne pourrai pas en choisir une autre quand j’appuie sur le bouton.
Test Apple Watch
Horloge
Mon Apple Watch a beau faire tout un tas de choses plus ou moins bien, la chose que j’ai dû faire le plus, c’est quand même regarder l’heure.
La nouvelle expérience sympathique qui me fait aimer les montres connectées, c’est la possibilité de changer le cadran selon ses envies. Il y a du choix sur l’Apple Watch, et en modulant les cadrans, les complications et les couleurs, on peut quand même trouver des choses qui plaisent. Mais il y a un gros mais : les choix sont tout de même assez limités, et je ne comprends pas, mais alors pas du tout comment il est possible que la seule solution pour avoir un cadran analogique rectangulaire sur une montre rectangulaire est de payer la version Hermès de la Watch. Vraiment, ça me dépasse. Si vous aimez les montres à aiguilles, il n’y a que des cadrans ronds au programme. Jony, si tu me lis, saches qu’un rond dans un carré, ce n’est pas ce qu’il y a de plus beau.
L’Apple Watch se réveille automatiquement quand on lève le poignet. Mais il y a un délai d’une demi seconde environ entre le mouvement et l’affichage de l’heure. Ca se ressent. Vivement que ces engins soient capables d’afficher l’heure en continu avec une autonomie correcte, parce qu’une Apple Watch est actuellement moins pratique qu’une montre pour lire l’heure.
Test Apple Watch
Wallet
Vous vous dites que l’Apple Watch est vraiment sympa pour avoir tout le temps à son poignet ses billets de train ou d’avion ? Vous avez presque raison. Raison parce que quand le contrôleur arrive dans le wagon, vous avez normalement le temps de dégainer votre billet. Presque seulement, parce que pour embarquer dans un avion, ce n’est pas l’idéal. Vous venez d’enlever votre veste, votre ceinture et vos chaussures à l’arrache parce que vous êtes déjà en retard pour le vol, il faut ensuite bidouiller à votre poignet pour afficher le billet. Vous ne pouviez pas le faire juste avant, puisqu’à ce moment la plupart du temps vous avez votre lourd bagage à main au poids pas du tout réglementaire au bout du bras, donc impossible de lever le bras pour préparer le billet.
Et c’est sans compter que la plupart des gens portent leur montre au poignet gauche, alors que la plupart des lecteurs de code-barres d’aéroports sont placés sur le côté droit…
Test Apple Watch
Siri
Si vous n’avez pas d’iPhone 6S (Plus), vous ne connaissez pas la joie de pouvoir appeler Siri à tout moment d’un « dis-Siri ». Avec l’Apple Watch, c’est possible. Même si le génie ne sortira en général de votre poignet qu’à la troisième sollicitation, c’est toujours pratique de pouvoir faire ça. Mais le faire avec une Apple Watch se limite à des choses simples comme la météo, un appel, un lancement d’itinéraire ou un envoi de message. Si vous pensiez que Siri pouvais vous donner la liste des films à l’affiche ou la définition du mot totalitarisme, c’est perdu : il vous dira qu’il peut vous afficher ça sur… Votre iPhone. Vous voyez l’ironie de la chose.
Sinon, dans la vraie vie, rappelez-vous que le fait de porter une Apple Watch fait de vous au mieux un geek, au pire un nerd, voire un membre de la secte Apple. Alors si vous n’assumez pas complètement cette apparence, vous éviterez de lancer un « dis Siri » en public. Et par conséquent cette fontion sera limitée aux moments où vous êtes vraiment seul. La plupart du temps c’est dans votre voiture, car si ça arrive chez vous, vous avez sûrement déjà plein d’autres gadgets connectés sous la main…

Téléphone
J’ai été surpris par cette fonction. Non pas que vous n’ayez pas l’air d’un con à téléphoner à votre poignet, mais pour la qualité du micro. L’apple Watch est un excellent kit main libre. Vos interlocuteurs vous entendent bien, et vous les entendez bien. La fonction reste réservée à un usage au domicile, où vous avez sûrement déjà un autre moyen de téléphoner en mains libres, mais un kit mains libre attaché au poignet est très pratique pour se déplacer les mains vides sans oreillettes.
Apple Watch Plans
Plans
Voilà l’application qui m’aura le plus déçu. Elle aurait dû être magique, mais elle est trop handicapée pour vraiment servir. D’un coup de « dis Siri, guide-moi vers la maison », vous pouvez retrouver le chemin vers chez vous, et être guidé très simplement via six petits coups au poignet : 6 coups rapprochés pour tourner à gauche, 2 coups, puis 2 coups puis 2 coups pour tourner à droite. Pratique pour se faire guider par magie sans regarder un écran. Ca a ses limites, mais en général ça marche bien. Mais ce qui handicape complètement l’expérience, c’est le temps de chargement. Entre le fameux « dis Siri » et le moment où votre itinéraire sera enfin calculé et affiché sur la montre, il s’écoulera de longues, très longues secondes, et vous vous direz que saisir l’adresse directement sur iPhone vous aurait fait gagner du temps.
Test Apple Watch
Activité & Exercice
Ils sont beaux ces ronds colorés… L’application Activité devrait inspirer l’application Santé de l’iPhone, tant c’est le jour et la nuit entre la présentation sympathique de l’une et l’apparence austère de l’autre. Il faudrait aussi mieux intégrer les résultats des sessions d’Exercice à l’iPhone, parce qu’à part vous afficher vos trophées dans l’application Activité, il n’y a pas grand chose à tirer des suivis sportifs, à part bien sûr en temps réel, où il est très agréable d’avoir son pouls, la durée de l’exercice et les calories brulées accessibles d’un geste de poignet.
L’Apple Watch est un très bon outil sportif, son suivi est correct (le comptage de pas par exemple semble précis), mais c’est plutôt vers les application tierces qu’il faut se tourner pour un vrai suivi sportif avec historique (Strada pour le vélo, Runkeeper pour le jogging par exemple).

Mails
Je préfère souvent utiliser mon iPad ou mon Mac pour traiter mes mails pour le confort de leur écran face à mon iPhone, alors autant vous dire tout de suite que mon usage des mails sur la Watch a été plus que restreint : entre l’impossibilité d’afficher des images, l’impossibilité de rédiger une réponse et la taille de l’écran pas pensée pour lire les dernières aventures de votre correspondant allemand, la seule utilité que je vois est de balancer vite fait les spams à la corbeille ou de vérifier qu’un mail important est bien arrivé.

Test Apple Watch
Application natives
Si vous avez la chance d’utiliser de rares applications natives Apple Watch, il y a un point qui les rend vraiment utiles face aux applications « normales », outre le gain en vitesse : c’est la possibilité d’ajouter certaines de leurs fonctionnalités comme complication. Je suis fan de la complication « pourcentage de chances de pluie » de l’application The Weather Channel par exemple.
A part ça, les applications natives sont aussi bien plus réactives que les applications nécessitant que votre iPhone calcule tout. C’est normal, et du coup on rêve de voir toutes les applications tierces devenir natives, mais puisque l’Apple Watch reste une niche et l’effort de programmation important, ce rêve risque de ne jamais se réaliser, ou au moins prendre plusieurs années avant de devenir réalité.
Mais l’application native n’est pas la solution miracle à tout : l’Apple Watch ne disposant pas de GPS, toute application nécessitant une localisation pour fonctionner sera ralentie, à l’image de Plans qui même si elle est programmée par Apple, est beaucoup trop lente.
Test Apple Watch
Ce qui a changé dans ma vie
Je ne rate plus un SMS, j’essaie de me lever de temps en temps, je suis conscient que mon cœur bas un peu trop doucement, j’ai une bonne certitude sur le fait de prendre un parapluie, je passe un peu de temps à coordonner le cadran de ma montre à ma chemise et à mes besoins du jour et je compte les calories brulées lors de mes séances de fitness. Ah oui, j’oubliais. J’ai une montre à moins de 500€ au poignet. J’ai aussi besoin de charger un truc en plus le soir avant de me coucher, et d’apporter un chargeur en plus lors de mes déplacements.

Conclusion
L’Apple Watch a-t-elle changé quelque chose dans mes habitudes ? Pas vraiment. J’aime beaucoup lire des SMS au poignet, mais la plupart du temps, les choix soit-disant intelligents proposés par la montre pour répondre sont trop limités pour m’enlever la contrainte de sortir mon téléphone de ma poche.
Certains disent qu’une montre connectée permet de moins être accro à son téléphone. C’est complètement l’opposé. C’est comme si je vous disais que pour décrocher de la grande télévision du salon, je regardais plus la petite télé de la chambre… Pour le moment, une Apple Watch ou toute autre montre connectée ne fait qu’afficher au poignet une expérience dégradée de fonctionnalités dont vous bénéficiez déjà sur votre téléphone. Vous vous cassez encore plus les yeux sur un écran encore plus petit.
L’apple Watch est encore très (trop) dépendante de l’iPhone pour quitter son statut de gadget sympathique. Au prix de la version Sport, on ne peut pas se plaindre du fait que cette montre ne vaudra plus rien dans quelques années : si vous mettez moins de 500€ dans n’importe quelle montre, il ne faut pas espérer la revendre très cher. Pour la version « normale », c’est un peu moins le cas, et pour la version Edition, oubliez tout de suite et achetez une « vraie » montre. On peut espérer que les bracelets seront compatibles avec beaucoup de générations de Watch, mais on n’est à l’abri de rien chez Apple.
Pas indispensable au quotidien, l’Apple Watch sait rendre quelques services et ne ruine pas votre look. On la classe dans la catégorie des beaux gadgets, mais donc gadget elle reste tant qu’elle n’évolue pas vers moins de dépendance à l’iPhone, plus d’applications natives indispensables et une autonomie qui permettrait d’oublier son chargeur lors de petits déplacements.
Test Apple Watch

Un dernier mot
Pour savoir ce qui a vraiment changé dans ma vie, il suffit de regarder ce qui change lorsque je ne porte pas l’Apple Watch. Pour moi, le réflexe principal est de regarder la température à mon poignet. C’est vrai qu’avec une complication c’est beaucoup plus rapide que sur iPhone où il faut que je le sorte de la poche, le déverrouille et lance une app. J’ai aussi tendance à manquer des SMS, et si je n’ai pas ma Watch lors d’une activité sportive, il me manque un petit gadget pour suivre les calories brulées et mon pouls.

Les + :
+ Style discret
+ Finition impeccable
+ Un choix infini de bracelets avec les fabricants compatibles
+ Ecran assez lisible même en plein soleil
+ Complications (Apple ou tierces) vraiment pratiques pour avoir une info d’un coup d’oeil
+ Un choix très varié d’applications déjà disponibles

Les – :
– Les applications non natives sont vraiment trop lentes
– Il faudrait que la montre soit officiellement étanche
– Une montre avec une autonomie d’un peu plus d’une journée, c’est trop court
– Finalement pas très pratique pour les billets de transports (avion ou train)

Test Apple Watch

1 commentaire

  1. Bonjour,
    Il y a un mot qui a du sauter :
    « (…) si l’on excepte les « vraies » montres comme celles En résumé, vous (…) »

Trackbacks/Pingbacks

  1. [prise en main] Apple Watch Series 4 : la montre connectée d'Apple a trouvé sa voie mais pas encore le chemin de votre cœur | diisign - […] avait testé la toute première Apple Watch, celle qu’on appelle désormais « série 0 » ici même en y voyant un…

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *