Sélectionner une page


Ah! La chaise : objet emblématique du design, elle ne cesse d’inspirer les créateurs, et comme chaque année, Milan devient pour quelques jours la capitale mondiale de la chaise contemporaine. L’occasion pour diisign de vous présenter une sélection des nouveautés qu’on peut découvrir cette année.
On commence chez Established & Sons, où Martino Gamper propose Sessel, une chaise contemporaine reprenant la tradition des chaises en bois courbé (illustration ci-dessus).
Toujours chez Established & Sons, un fauteuil signé Bertjan Pot pour Established & Sons : Jumper. Son aspect cartoon est renforcé par sa finition en tissu rayé.

On reste dans le côté excentrique avec le fauteuil Nemo de Fabio Novembre pour Driade : un masque géant!

Si vous aimez l’esprit cartoon et les chaises avec un visage, le salon du meuble de Milan vous comblera, puisque, outre Driade ou Established & Sons, Moooi s’y met aussi avec la chaise Monster de Marcel Wanders.

Du côté des jeunes designers, j’ai remarqué le travail de Benjamin Claessen qui livre une chaise dont le concept me fait un peu penser à l’une de mes créations (mais là c’est personnel, c’est dans le mouvement du dossier vers le pied que je retrouve l’esprit de Leafchair, à vous de juger), en beaucoup plus organique

Pour l’anecdote, on vous présente la chaise Sedia 1, dessinée en 1974 par Enzo Mari et éditée cette année par Artek. Je vous parlais récemment de la tendance do-it-yourself, et bien on est en plein dedans puisque c’est juste quelques morceaux de pins que vous recevrez, à vous de transformer l’ensemble en chaise, avec seulement un marteau et des clous.

Pour revenir à des choses moins radicales, voici le dernier fauteuil d’Eugeni Quitllet (et un peu Philippe Starck) pour Kartell, prévu pour l’extérieur. J’aime beaucoup le traitement bicolore, et ces trous dans les accoudoirs, prévus pour ranger ses magazines.

Dans les chaises en plastique, l’une des réalisations marquantes est la chaise Infinity de Sebastian Jansson, une feuille de polycarbonate de 6mm d’épaisseur, thermoformée posée sur une structure acier. Sa forme est sensée offrir une grande liberté d’assise.

Mais ce qui m’a fait le plus réfléchir, c’est bien cette absence de chaise, qui remplace une chaise : Chairless par Alejandro Aravena, édité par Vitra. Il s’agit d’une simple sangle permettant de maintenir une position assise. L’avenir de la chaise? Ou un simple moyen pour Vitra de vendre une sangle au prix d’une chaise (je ne connais pas le prix public de l’objet)?