Sélectionner une page


Vous vous demandez sûrement pourquoi je publie un test du DS412+ au moment où son successeur, le DS413+, devient disponible… Tout simplement car ce NAS à été testé sur la durée pour tous mes besoins quotidiens, pendant plusieurs mois. Le DS413+ est une évolution incrémentale apportant ses petits raffinements comme une consommation électrique moindre, mais fondamentalement, l’expérience utilisateur sera comparable sur toute la gamme Synology, grâce à un système d’exploitation commun (le Diskstation Manager, ou DSM, en version 4.1 actuellement).

Pourquoi le NAS s’impose chez vous?
Depuis le temps que je vous raconte qu’un NAS n’est plus du tout un outil dédié au monde de l’entreprise mais un élément indispensable, à mesure que vos objets deviennent connectés et que vous optez pour des appareils mobiles à la capacité mémoire limitée. Un NAS, ça sert à disposer d’une grosse librairie musicale (lossless de préférence) et vidéo accessible par tous vos ordinateurs et appareils connectés (smartphone, TV, chaîne hifi…), sans dupliquer les données sur les multiples appareils. Vous avez une librairie multimédia, un point c’est tout, les 32Go de votre iPad et les 256Mo du SSD de votre portable ne sont plus une limite, seule compte la capacité de votre NAS, équipé de bon gros disques 3,5 pouces pas chers. Vous y mettrez aussi votre librairie de photos pour la même raison : pouvoir accéder à tout depuis tous vos appareils.
En plus, le NAS abritera les sauvegardes (Time Machine ou autres) de vos ordinateurs, histoire d’avoir toujours un backup de vos données.

Optez pour plusieurs baies
Vu l’usage que je préconise, oubliez tout de suite les NAS dotés d’un simple disque : si vos photos personnelles sont hébergées sur ce serveur, autant limiter les risques et opter pour un NAS doté d’au moins deux disques, configuré de telle sorte que chaque disque contienne l’image de l’autre. Ainsi, en cas de panne de disque (ça arrive forcément un jour ou l’autre), vos données sont toujours là. Mais pensez quand même pour ce type de documents à disposer d’une sauvegarde ailleurs, au cas où. (Par exemple si votre NAS prend feu, un ou deux disque, c’est pareil!)

Mon historique personnel au niveau matériel
Tout à commencé pour moi avec un WD MyBook Live, un petit NAS très discret et très simple, que j’avais fait l’erreur d’acheter en version mono disque.
L’engin revendu, je suis passé au double disque sur un LaCie 2Big Network 2. Un NAS au style inimitable avec son boîtier en aluminium massif qui pèse un âne mort. Mais j’ai assez vite déchanté quand mes besoins ont augmenté. Déjà, le LaCie utilise des disques bruyants, des Seagate Momentus, sûrement le modèle le plus bruyant du marché. Associé à la coque tout alu sans aucun système d’amortissement des vibrations des disques, et à une ventilation continue loin d’être discrète, le LaCie s’entend. Trop.
Mais ce n’est pas tout, le gros problème était l’indexation des fichiers média : à chaque sortie de mise en veille, les fichiers audio référencés dans le NAS étaient différents, je n’avais jamais ma bibliothèque complète accessible, sauf redémarrage ou nouveau scan complet (et encore, il fallait un peu de chance). Avec mes appareils de plus en plus connectés en DLNA au NAS, impossible de pardonner un tel bug, jamais corrigé en plusieurs années et au moins une demi douzaine de version de « NAS OS », le logiciel interne du disque LaCie.

Du coup, je me suis dit que j’allais oublier les « NAS de designer » pour choisir un « NAS de geek ». Et chez les Geek, une marque semble récolter tous les suffrages : Synology. Autant éviter trop d’errements, je me suis tourné vers le DS412+, car vu ce que savent faire ces engins, autant prévoir sur l’avenir, et prendre directement une version à quatre disques (pour le moment équipée de 3 disques Western Digital Green 3To, silencieux, économes, et largement assez véloces pour un NAS.

Un NAS qui sait se faire discret
Une fois le DS42+ ouvert, on remarque qu’un soin particulier a été apporté pour diminuer le bruit émis : les disques sont fixés sur des supports en caoutchouc, tout comme le cache de la façade. A l’arrière, deux énormes (pour la taille du NAS) ventilateurs de 92mm s’occupent de créer un flux d’air suffisant, sans bruit.
Grâce à cette ventilation efficace, pas de souci lorsque j’ai placé le DS412+ dans une niche du petit buffet bas fermé qui me sert de support TV : l’interface d’administration Synology me permet de surveiller la température interne de l’engin, et elle ne dépasse jamais 40°C, même en plein été…

Un NAS paramétrable jusque dans les moindres détails
Avant, j’aimais paramétrer mon NAS pour qu’il s’allume le matin, et s’éteigne le soir. C’était déjà un paramétrage que certains NAS ne proposent pas… Avec le DS412+, j’ai découvert qu’on pouvait aller vraiment beaucoup plus loin, si on prend le temps de comprendre toutes les possibilités. Au niveau de la mise en marche programmée, vous pouvez très simplement définir des plages d’allumage et d’extinction (même plusieurs par jour) pour chaque jour de la semaine. Mais vous pouvez aussi de façon ultra simple paramétrer l’accès à distance de votre NAS, qui pourra ainsi vous servir de serveur personnel, où que vous soyez. Vous êtes en général bloqué dans ce type de paramétrage par toutes ces histoires de ports à ouvrir sur votre routeur? Le Synology se charge de configurer votre routeur (ça fonctionne parfaitement avec une Freebox Revolution), via le protocole UPNP.

Des applications intégrées puissantes
Mais le Diskstation Manager ne s’arrête pas au paramétrage ultra complet du NAS. Il possède quelques applications absolument indispensables, installables à la carte (par défaut, aucune application n’est installée, vous faites votre propre sélection, histoire de ne pas utiliser inutilement votre disque). Du simple serveur multimédia DLNA à l’application permettant de naviguer dans vos bibliothèques multimédia directement depuis un navigateur, en passant par le téléchargeur de fichiers, il y a du choix… Mais on trouve aussi des applications qui ajoutent des fonctionnalités assez incroyables, comme par exemple un outil de surveillance, capable de gérer un ensemble de caméras IP et de vous envoyer une alerte si un mouvement anormal est détecté… Si vous pensiez que les NAS Synology n’étaient que de vulgaires disques réseau, vous risquez d’être surpris : les logiciels compatibles exploitent au maximum les capacités du matériel, le DiskStation devenant un véritable serveur personnel.

Mieux encore, Synology fournit des applications mobiles (disponibles sur iOS, Android, et même Windows Phone) qui permettent d’accéder au contenu de votre NAS de façon bien pensée. Un explorateur de fichier, un utilitaire de découverte du NAS sur le réseau, un utilitaire de gestion des téléchargements, ou un logiciel de lecture audio sont disponibles. Une fois paramétrés avec l’adresse IP externe de votre connexion, vous pourrez par exemple accéder à toute votre librairie musicale de n’importe où. Parfait à l’heure des forfaits mobiles low cost 3Go. Il est possible de choisir la qualité de transmission, sur iPhone le mp3 est très écoutable alors que sur Windows Phone il est beaucoup trop compressé… Sûrement une petite erreur de jeunesse… En parlant d’erreur de jeunesse, j’aurai aimé pouvoir télécharger un fichier sur le NAS à partir d’un .torrent ouvert dans Safari mobile. Pour le moment, une fois le .torrent repéré par l’iPad, il propose de l’ouvrir via l’application DS Download, on pourrait croire que tout va bien, mais finalement le fichier ne lance pas un téléchargement. A revoir.
En résumé, tout n’est pas encore parfait au niveau des applications mobiles, mais il y a déjà beaucoup plus de possibilités que chez la concurrence.

Conclusion
Avant de jouer avec les paramètres de ce Synology DS412+, je pensais que c’était juste un très bon NAS à 4 baies, silencieux, sans bug majeur, rapide, et doté de très utiles fonctions comme des créneaux de veille totalement paramétrables ou un serveur multimédia robuste.
Mais plus je l’utilisais et allais chercher dans ses menus, plus je découvrais de fonctionnalités. Le DS412+ est devenu un véritable serveur personnel, distribuant tous mes contenus numériques dans mon appartement, mais aussi à l’extérieur, le tout sans difficulté particulière de configuration. Il faut juste prendre le temps de comprendre les possibilités (innombrables) de la plateforme DSM.
Le DS412+ est donc un NAS proche de la perfection, évolutif aussi bien au niveau matériel (4 baies, ça vous laisse de la marge en y montant de gros disques) que logiciel. Chaudement recommandé si vous voulez centraliser vos fichiers dans un disque fiable et versatile. A noter : la version 2013, le DS413+ est encore plus recommandable puisque sa consommation électrique a été revue à la baisse.

Les + :
+ Ultra silencieux
+ Paramétrable à l’infini
+ De nombreuses applications disponibles pour multiplier les usages
+ Des apps mobiles efficaces disponibles sur iOS, Android et Windows Phone
+ Paramétrage facile de la connexion extérieure via Upnp
+ Enfin un serveur DLNA qui fonctionne sans souci!

Les – :
– Look peu attrayant (mais vu sa gestion des ventilateurs, il est facilement dissimulable dans un meuble)
– Complexe à paramétrer si on ne prend pas le temps de s’approprier le logiciel