Sélectionner une page


Un mois avant le salon Light+Building (oui, j’ai énormément de retard dans mes articles, pour le temps réel il y a Facebook et twitter), Philips nous conviait à Anvers pour découvrir en exclusivité ce qui se cache derrière leurs créations lighting, et quelques avant premières qui arriveront bientôt en magasin, s’ils arrivent à être un peu mieux distribués en France…


Notre journée lumière commençait par un point sur la prospective de Philips, la façon dont ils cherchent les tendances émergentes pour définir les grandes lignes des produits de demain… Les tendancieuses de Philips déterminent alors les carnets de style pour chaque gamme.
Et chez Philips, on ne fait pas les choses à moitié : chaque ligne s’adresse à une typologie de clients bien définie. Par exemple, vous vous êtes peut-être déjà demandé pourquoi il n’existe actuellement pas de lampes LED au look classique dans leur gamme… C’est tout simplement parce que jusqu’à présent, les LED s’adressaient à un public de early adopters, pas vraiment des gens qui cherchent le classicisme!

Ensuite, place à quelques ateliers, dont le très sympathique atelier design, mené par Lieven Verdin, où une lampe Cielo était décortiquée, histoire de nous présenter toute l’intelligence d’une telle lampe, l’usage au minimum des Led pour éclairer suffisamment et uniformément (parce que les LED, c’est encore cher!), mais aussi le petit challenge représenté par le fait qu’il faut pouvoir refroidir les LED, et dissimuler le plus élégamment possible leur alimentation, encore un peu grosse.

Mais la nouveauté qui rendait les LED plus naturelles était cachée dans une suspension (la Ledino DimTone, ci-dessus) : Philips a travaillé à reproduire le comportement des ampoules à incandescence sur des éclairages LED : grâce à deux LED, une jaune et une blanche, pilotée par l’électronique qui va bien, on peut ajuster à volonté la tonalité de la lumière (d’un blanc très froid à une lumière chaude), et même coupler la tonalité à l’intensité : plus on diminue l’intensité d’éclairage, plus la tonalité du blanc devient chaude, comme avec une ampoule à incandescence! A vous les ambiances tamisées et chaleureuses, comme au bon vieux temps. À n’en pas douter, Philips va décliner ce mode d’éclairage sur beaucoup de lampes…

Enfin, la nouveauté produit nous attendait : Nick-Knack, un lampadaire ultra basique, mais malin : une grosse base ronde (vous aurez compris qu’il faut dissimuler l’alimentation quelque part), un simple tube en aluminium de section carrée, deux articulations, et des LED au bout. Avec cette simple ligne, on peut faire une liseuse ou une lampe d’ambiance, il suffit de la « tordre » comme on veut. Elle sera disponible en septembre en noir, blanc, et quelques couleurs flashy (finition douce au toucher). Ca risque bien de devenir un classique du catalogue Philips. Personnellement, je serais volontaire pour « tuner » ce lampadaire en faisant partir deux lignes depuis un même socle, histoire d’augmenter encore ses possibilités… Mais on y perdrait en pureté.