Sélectionner une page

Les lunettes et moi, c’est une histoire de dématérialisation… J’ai toujours cherché à en avoir le moins possible. Lunettes sans partie basse, remplacée par un fil, puis lunettes percées, d’abord avec des charnières, puis, avec mes actuelles Tag Heuer, plus de charnière. Impossible de faire plus simple, impossible de faire moins… Oui, mais vous le savez, la tendance est aux grosses lunettes, façon Wayfarer, plus il y a de matière et mieux c’est. Alors comment faire plus avec moins? Parce que les Wayfarer, c’est bien si vous êtes porteur occasionnel, mais les porter une journée, ça fait mal au nez! C’est là qu’intervient l’une des invitations les plus originales que j’ai pu recevoir…


Ça commence par un coup de fil (je vous l’accorde, c’est plutôt classique). On me parle d’une paire de lunettes très innovantes, légères, élégantes… Je réponds que ça m’intéresse, que je veux en savoir et surtout en voir plus… Et là, on me réponds que non, le jeu c’est de ne pas savoir. On va me présenter les lunettes, mais plus tard. D’accord, pourquoi pas. J’espère seulement que je ne vais pas perdre mon temps avec une pseudo innovation n’étant finalement qu’un produit basique qu’on essaie de nous faire voir comme une révolution.
J’en saurai plus dans quelques semaines, lors d’un rendez-vous optique loin sur la ligne B du RER (Antony), chez un opticien… Atol.

Nouvelle interrogation personnelle : Atol? Les opticiens où je n’ai jamais mis les pieds pour raison d’image kitsch avec Antoine sur une île déserte, ou au mieux Adriana Karembeu ventant les mérites de clips de personnalisation sur des lunettes pas très innovantes… Ca partait mal.
Il est temps de se mettre à niveau et de regarder ce qu’est vraiment Atol. Première constatation : au moins c’est un opticien dont la gamme propre ne crie pas « lunettes à 1€ ». Bien.
Puis découverte : ils innovent dans le bon sens, celui de l’usage, avec un site internet et une application iPhone en réalité augmentée permettant d’essayer virtuellement leur gamme de lunettes. Sympa et pratique. De quoi me rassurer sur le positionnement moderne de la marque.
Le jour venu, je suis au rendez-vous à Antony et enfin arrive la malette de prototypes de ces fameuses lunettes innovantes.

Nu de Atol : Form follows function
Nu de Atol. Nom ultra simple pour signifier que ces lunettes, vous ne les sentirez pas une fois sur votre nez. Normal, avec ses 6,65g, cette monture est l’une des plus légères au monde. Titane? Non, acier chirurgical, un alliage souple et résistant qui a déjà fait ses preuves à l’intérieur de certains corps humains. Sa mémoire de forme permet de plier, déplier et replier les lunettes sans souci, elles retrouvent toujours leur forme.
Là où mes Tag Heuer nécessitaient des branches et de la visserie, ces montures réduisent encore le nombre de pièces : il ne subsiste finalement qu’une pièce « utile », avec les inévitables manchons pour les oreilles, les plaquettes pour le nez, et une petite goupille permettant de maintenir la tension sur les verres. C’est un modèle de design selon la philosophie « form follows function » : aucun ornement, rien de superflu, chaque forme est dictée par un intérêt technique.

Les zig zags des branches, par exemple, sont là pour procurer la souplesse et l’élasticité indispensable pour que les lunettes tiennent sur la tête. Je les aurais préféré un peu plus resserés pour qu’ils soient quasi invisibles, mais Atol a sûrement voulu justement les mettre en valeur pour donner un caractère à cette monture, un élément de reconnaissance.
Côté formes, pas de souci, il y en a presque pour tous les goûts. En ce qui concerne la couleur, c’est encore mieux, parce que le choix de couleurs est large, mais surtout, vous pourrez opter pour un très sympathique look bicolore avec une couleur différente à l’intérieur et à l’extérieur de la monture. C’est ce que j’ai choisi de faire, avec un classique brun foncé à l’extérieur et un orange plus lumineux à l’intérieur.

Cerise sur le gâteau, ces lunettes sont entièrement conçues et fabriquées en France, dans le Jura, région que l’on ne présente plus pour son savoir faire en micromécanique. Le fait de réduire au maximum leur complexité était un impératif économique pour produire en France tout en conservant un prix serré (environ 200€ la monture). Atol a beaucoup misé sur cet aspect, en faisant de cette paire de lunettes le tout premier produit bénéficiant du label « origine France 100% garantie ».

Après quelques semaines à porter ces lunettes, je peux vous confirmer qu’elles sont particulièrement faciles à porter. Pas de surprise pour quelqu’un habitué à porter des lunettes « invisibles », à part qu’on sent peut être encore moins les branches sur ce modèle. La vraie surprise, c’est de me voir avec de « vraies » lunettes, des lunettes avec un cadre et un style fort, tout en conservant le confort des lunettes percées. Et ça, c’est une vraie innovation.

Conclusion
Atol signe avec ses lunettes Nu un très bel exercice de design au sens noble du terme. L’objet est beau, il a du style là où il faut, et tout le reste n’est que forme dictée par la fonction. Bel exemple de Design (oui, tant qu’à faire, avec un grand D) c’est un objet intelligent. Cerise sur le gâteau, il est conçu et fabriqué en France (premières lunettes dotée du label Origine France Garantie, ce ne sont pas les seules lunettes du genre, la France disposant d’une belle expertise dans le domaine). La seule chose que je trouve à critiquer est la boîte, peu pratique puisque issue du même concept elle n’est qu’un simple parallélépipède aux angles saillants qui ne s’adaptera pas aux sacs des filles (mais Atol livre tout de même une petite pochette souple).

Les + :
+ Ultra légères
+ Conçues et fabriquées en France
+ Option bicolore intérieur/extérieur
+ Partie frontale bien rigide (je déteste quand on peut déformer les lunettes…)

Les – :
– La forme (utile) en zig zag des branches peut déplaire
– Pas pour les accros aux marques (sauf les fans d’Antoine, s’il en reste, et ceux d’Adriana)
– La boîte est assortie aux lunettes : l’essentiel sans fioriture. Bien sauf si vous voulez vous balader avec (mais une pochette souple est fournie)