Sélectionner une page


Les appareils photos compacts à objectifs interchangeables sont clairement un segment d’avenir sur le marché de la photo numérique : offrant sur le papier la qualité d’image d’un reflex (car dotés d’un grand capteur et d’optiques spécialisées de qualité), mais offrant une compacité de gros compact (et encore, pas forcément trop gros), et en théorie un prix plus abordable que celui d’un reflex (en théorie, puisqu’on perd le bloc miroir/prisme, très complexe et donc cher à produire… Mais en pratique ce n’est pas encore le cas et ces appareils sont en concurrence frontale avec les reflex d’entrée de gamme). Quand j’ai pu mettre la main sur le NX10 de Samsung, l’appareil de ce type qui est à mes yeux le plus prometteur du moment (le Panasonic GF-1 est le plus sexy à mes yeux, mais son format 4/3 me rebute totalement), je n’ai pas hésité, j’ai foncé au Sri Lanka pour vous offrir un test complet et en conditions réelles de vacancier de base… (En fait tout ne s’est pas déroulé vraiment comme ça, et c’est plutôt mes vacances qui tombaient bien avec le prêt de cet appareil).

Design
Au premier coup d’œil, je n’ai pas été emballé par le NX10 : mon truc à moi, dans cette catégorie d’appareils photo, c’est le look old school façon Leica, comme le Panasonic GF-1 par exemple… Dommage, ici Samsung a choisi un look mini reflex sans trop de charme… Dommage? En fait pas vraiment, parce qu’à l’usage, et ce test terrain m’en a convaincu, le look reflex n’est peut-être pas le plus glamour pour un appareil photo, mais en terme de prise en main, il n’y a pas mieux. C’est donc un choix de raison, pas un mauvais choix.
Au niveau finition, ce boîtier est impeccable. Il paraît que c’est du plastique, mais au toucher, avec sa finition peinture tachetée et un assemblage impeccable, il donne une impression de robustesse impressionnante, n’ayant presque rien à envier à mon D300 en magnésium. Encore un bon choix de ce côté.
Au niveau de l’ergonomie, la prise en main reflex est vraiment agréable, la poignée est peut-être un peu plate pour que la prise en main soit parfaite, mais là encore, le choix est bon, puisque cet appareil reste ultra compact une fois équipé de l’optique Pancake 30mm (équivalente à un 45mm en argentique). Par contre, la position de certains boutons, comme ceux de zoom dans l’aperçu (et réglage du mode rafale) n’est pas des plus ergonomique…

Une fois allumé, la caractéristique qui se fait remarquer, c’est la très bonne qualité de l’écran AMOLED : même sous le soleil du Sri Lanka, il reste presque tout le temps visible. C’est vraiment exceptionnel, au poinl’écran est vraiment trop limite, il vous reste un très bon viseur électronique. J’avais laissé tomber ce genre de viseurs à l’époque où j’ai abandonné mon bridge, et bien depuis, la progression est sensible : pour le cadrage, c’est très bon, pour l’exposition, c’est à peu près suffisant. Il n’y a que pour vérifier la mise au point que ce type de viseur est vraiment handicapant : c’est impossible, il faudra passer par l’écran AMOLED, de définition supérieure. Ce viseur est donc clairement loin d’être un gadget, et Samsung a fait le choix judicieux de l’intégrer en série dans le NX10, et pas en accessoire à fixer sur la griffe flash comme sur le Panasonic GF-1 ou les Olympus Pen, alors même que ces appareils ne disposent pas d’un aussi bon écran que le NX10.

Performances : photo

Cliquez ici pour accéder au fichier original (clic droit puis « enregistrer la cible sous »)
La grande question est là : le NX10 tient-il ses promesses d’appareil parfait, alliant la qualité d’image d’un compact à la compacité d’un reflex? Et bien oui, et non…
En fait, le NX10 produit de superbes image, pour peu qu’on lui fixe une optique de qualité. Dans le genre, le 30mm pancake est un vrai plaisir à utiliser, avec sa grande ouverture permettant de limiter la profondeur de champ, et un piqué vraiment correct, c’est un régal de shooter au NX10. Ajoutez à cela qu’avec cette optique, vous avez un véritable compact entre les mains, et on frôle la perfection. Par contre, les zoom font perdre beaucoup d’intérêt à l’engin : on atteint assez vite l’encombrement d’un tout petit reflex, et pour le moment les zoom de la gamme ne se distinguent pas pour leur qualité optique. Mon équipement standard pour le Sri Lanka était le NX10 avec le 30mm, et le 18-55 à proximité, en cas de besoin d’un petit zoom. J’ai un peu délaissé le 50-200, pour cause d’encombrement, et aussi et surtout parce que je suis plus grand angle que téléobjectif (et aussi parce que j’avais un D300 avec son 18-200 sous la main).
Au niveau qualité d’image, il y a un autre souci avec ce NX10 (mais j’ai l’espoir qu’il sera corrigé par une prochaine mise à jour firmware) : ses images subissent un traitement un peut trop fort : compression JPEG ou traitement du bruit, le résultat est que souvent, des détails manquent dans des aplats. Je n’ai hélas pas pu tester le format RAW, tout simplement parce que le format propriétaire n’était supporté par aucun de mes logiciels au moment du test. Espérons qu’une mise à jour pourra améliorer le traitement d’image. A vous de juger, j’en demande peut-être trop, mais mon point de vue est que si c’est pour perdre des détails à cause du traitement numérique, autant limiter directement le nombre de pixels du capteur.

Cliquez ici pour accéder au fichier original (clic droit puis « enregistrer la cible sous »)
L’autofocus est précis, mais pas très vif, ce qui est un point commun de tous les appareils de ce genre. Dommage, ça limite ses capacités en prise de vue rapide. Mais là où l’autofocus m’a vraiment déçu, c’est pour sa capacité à fonctionner dans la pénombre. Vous pensiez que le NX10, associé au lumineux 30mm f/2, serait votre compagnon idéal pour des photographies de soirée? Et bien c’est raté, l’autofocus patine très vite dès que la lumière baisse, et dans une relative pénombre, pourtant aidé par une puissante (et donc peu discrète) LED d’assistance verte, il échoue souvent à faire le point. Espérons là aussi qu’une mise à jour logicielle puisse améliorer sensiblement les choses, même si c’est beaucoup moins évident que pour la compression JPEG. Visiblement, l’appareil connaît tellement ses faiblesses en basse lumière qu’il déclenche un peu trop souvent le flash en mode tout automatique, dans des situations où c’est parfois surprenant.
En parlant de basses lumières, la montée ISO est plutôt bien gérée jusqu’à 800 ISO, au dessus le résultat se dégrade visiblement, et j’éviterai d’aller au delà de 1600 ISO.

Au niveau autonomie, le NX10 est très bon : il m’a permis de shooter 400 photos avec une seule recharge de sécurité en milieu de parcours alors qu’il me restait encore sûrement la moitié de la charge selon l’indicateur (et la batterie était à nouveau à peie à moitié vide à la fin du voyage). En résumé, malgré un grand écran très souvent allumé pour la visée (et un flash qui se déclenchait un peu trop souvent), sa batterie tient aussi longtemps que celle d’un reflex, et c’est vraiment appréciable.

Performances : vidéo
Un petit chapitre spécial pour la vidéo sur ce petit compact : c’est une fonctionnalité qui est loin d’être gadget : avec une définition 720p en 30im/s, et la possibilité d’utiliser des optiques à grande ouverture, vous pourrez réaliser des vidéos au rendu photographique. Oubliez par contre le micro intégré : il est mono, très sensible au vent malgré un mode spécifique de réduction du bruit du vent, et en plus le bruit de l’autofocus est très présent. Dommage.

Tiens, l’autofocus, parlons-en. On a déjà dit qu’il n’était pas très efficace, et bien en mode vidéo, pas de surprise, il reste lent et « cherche » souvent le point, tout en se trompant de temps en temps sur des scènes simples (malheureusement la reconnaissance de visage est absente du mode vidéo -alors qu’elle est vraiment efficace en mode photo- sûrement pour cause de manque de puissance de calcul).
En plus de cet autofocus lent, l’effet « jelly » des vidéos en mouvement rapide (les verticales deviennent arrondies à cause du rafraichissement du capteur CCD) fait que le NX10 n’est pas l’appareil photo qui vous fera totalement oublier un vrai caméscope. Mais franchement, si vous faites un peu attention (et qu’en plus vous utilisez des optiques stabilisées), vous réaliserez de superbes vidéos avec cet appareil.
Notons un petit atout du NX10 : il possède un mini outil d’édition des vidéos, pour rogner un peu le début ou la fin de vos prises de vue, et ainsi gagner de l’espace sur la carte mémoire si vous avez un peu trop pris de marge dans certaines vidéos.
Voilà des fichiers vidéos bruts à télécharger (globalement quelques paysages Sri Lankais et quelques éléphants) si vous voulez voir à quoi ça ressemble… (cliquez droit et « enregistrer la cible sous »)
Vidéo 1
Vidéo 2
Vidéo 3
Vidéo 4
Si vous voulez juste vous faire une idée, en voici une sous Dailymotion (poussez un peu le son, la scène est plutôt calme) :

Gamme optique et accessoires

Samsung a lancé avec ce nouvel appareil une gamme d’optiques. Relativement limitée pour le moment, elle doit satisfaire les besoins les plus communs, mais avec 3 optiques assez standard : un pancake 20mm f/2, un zoom 18-55 f et un zoom 50-200. C’est peu, mais c’est le minimum pour commencer. Souhaitons qu’un ultra grand angle, un macro et un zoom transstandard (genre 18-200) sortent prochainement.
J’ai beaucoup aimé l’objectif pancake : offrant une grande ouverture et une focale « à tout faire » dans un encombrement ultra réduit, c’est une optique incontournable. Seule son absence de stabilisation posera quelques soucis en vidéo.
Le 18-55 est elle aussi une optique incontournable pour sa versatilité, et complètera à merveille le pancake quand on voudra un petit zoom. Dommage qu’elle ne propose qu’une ouverture assez moyenne, la qualité optique est tout de même bonne. Compact et léger, c’est un objectif qui sait se faire oublier, même si une fois fixé sur le NX10, le côté compact de l’appareil photo se fait oublier, on est dans le monde du tout petit reflex.
Enfin, le 55-200 ne m’a pas convaincu : volumineux (mais léger), peu lumineux, il ne partait de toute façon avec un handicap : je suis plus grand angle que télé. Un bon téléobjectif est utile, mais vu sa qualité, j’aurai préféré un 18-200 fixé constamment à l’appareil plutôt qu’un télé séparé.
Si Samsung pouvait aussi nous proposer des zoom un peu plus haut de gamme (une ouverture f/4 constante par exemple, le tout dans une construction métallique), cela permettrait de mieux exploiter le grand capteur avec ce type d’objectifs. (mais là encore, ça alourdirait l’appareil et augmenterait beaucoup son encombrement).
Remarque importante : le capteur du NX10 étant au format APS-C, les objectifs assortis sont plus encombrants que les objectifs micro 4/3…

A la fin de l’année, la gamme s’étoffera pour finalement satisfaire presque tous les photographes amateurs (oui, il y aura un 18-200 stabilisé, et un macro!) Voici la liste complète :
– 30 mm f2.0 (focale fixe)
– 18-55 mm is f3.5-5.6 (zoom stabilisé)
– 50-200 mm is f4.0-5.6
– 18-55 mm f3.5-5.6
– 20-50 mm f3.5-5.6 (dispo fin 2010)
– 20 mm f2.8 (dispo fin 2010)
– 18-200 mm is f3.5-6.3 (dispo fin 2010)
– 60 mm f2.8 macro (dispo fin 2010)

Côté accessoires, Samsung a aussi pensé à proposer des flash externes, dont un très efficace flash cobra, hélas trop encombrant pour vraiment satisfaire les amateurs de compacts à objectifs interchangeables. Pourquoi ne pas avoir proposé un flash intégré orientable, autrement plus utile sur ce type d’appareils?

Conclusion

Cliquez ici pour accéder au fichier original (clic droit puis « enregistrer la cible sous »)
Le Samsung NX10 a beau être le premier appareil à objectifs interchangeables du constructeur Coréen, il s’en sort avec les honneurs. Capable de réaliser d’excellentes prises de vues, notamment grâce à l’excellent objectif pancake 30mm f/2, il souffre de quelques défauts de jeunesse, comme un autofocus assez moyen, des images JPEG un peu trop compressées, ou bien un mode vidéo perfectible. On espère que ces défauts de jeunesse seront corrigés via mises à jour logicielles. Samsung doit maintenant prouver qu’ils supportent à fond leur nouveau format en offrant toutes les optiques qu’ils ont annoncé, et plus encore, mais surtout en investissant sur la durée. En même temps, je pense que les acheteurs du NX10 ne chercheront pas forcément la variété optique, mais se contenteront d’une ou deux optiques compactes.
News de dernière minute : Nikon a plus ou moins annoncé qu’ils investiraient ce créneau (rien du côté de Canon, mais on serait surpris qu’ils ne réagissent pas très vite) : la concurrence risque d’être sauvage les prochains mois!

+ Construction soignée, et vraissemblablement solide
+ Superbe écran AMOLED visible même en plein soleil
+ Viseur LCD correct (pas suffisant pour vérifier la mise au point)
+ Vidéos 720p
+ Premières optiques disponibles correctes, 20mm pancake excellent
+ Autonomie exemplaire
+ Grand capteur au « vrai format photo » 3:2, pas 4:3 comme chez Panasonic/Olympus

+/- Capteur proche de l’ouverture : sensible aux poussières (mais du coup très accessible pour le nettoyage)
+/- Design ergonomique mais passe partout (ce n’est pas un appareil pour fashion victim comme le GF-1)

– Photos JPEG un peu trop lissées (les 15mpix sont clairement sous exploités avec ce traitement)
– Format RAW propriétaire
– Autofocus perfectible (lent et hésitant)
– Autofocus inefficace en basse lumière
– Look quelconque
– Trop d’effet « jelly » dans les vidéos rapides
– Qualité du micro intégré décevante
– Stabilisation des objectifs plutôt moyenne
– Zoom encombrants qui font perdre l’avantage de la compacité face à un tout petit reflex
– Nouveau format optique : peu de choix, pas (ou très peu) d’occasion
– Samsung est le seul constructeur à supporter ce format optique (contrairement à Panasonic/Olympus/Leica pour le micro 4/3) : quel avenir?

Cliquez ici pour accéder au fichier original (clic droit puis « enregistrer la cible sous »)

[adfever type= »product » value= »12037691″]