Sélectionner une page

Test éveil lumière Philips
Ça faisait un petit moment que ce gadget m’intriguait : l’éveil lumière de Philips… A la sortie du premier modèle, je me suis dit que l’idée était vraiment intéressante, mais aussi « Pouah! Qu’il est moche ce truc!!! » Donc mon intérêt s’est arrêté là (et bien oui, vous êtes sur diisign, un site où on déconseille les objets pas beaux!) Et puis maintenant que Philips nous sort une nouvelle version de cet objet, l’idée de l’essayer m’a à nouveau taraudé l’esprit… Ça tombe bien, vu qu’entre temps diisign.com est devenu un site un peu influent et que Les Résidents nous font confiance. Alors testons!

Première nuit : un réveil douloureux
Alors voilà, tout excité par l’attrait de la nouveauté, dès le premier jour (ou plutôt la première nuit), j’ai décidé de le tester, en l’activant un peu avant mon réveil « classique » (pas trop classique quand même, vu qu’il est dessiné par Starck), en plus il fallait que je me lêve plus tôt que d’habitude le lendemain, occasion idéale pour tester la performance d’un réveil! On abaisse le petit levier sur le côté de l’appareil (petit levier qui fait un peu trop plastique, et qui, comme le reste de l’objet, ne respire hélas pas la solidité), et, détail bien pratique, en même temps qu’activer le réveil, il vous affiche l’heure choisie, histoire de ne pas faire de bêtise.
Résultat le lendemain matin : la lumière commence à s’allumer 30 minutes avant l’heure choisie, doucement, puis son intensité augmente. Hélas l’intensité minimale est déjà suffisante pour réveiller mademoiselle diisign, mais pas monsieur (moi), du coup, mademoiselle, profitant d’un état de semi-éveil, en a profité pour me donner de petits coups jusqu’à ce que je me réveille, pour finir par me tourner la tête vers la lumière… Pas folichon, je m’attendais à quelque chose de plus doux!! (notez bien que mademoiselle avait oublié tout souvenir de ce qu’elle avait fait à l’aube, comme quoi tout est possible quand on dort…)

Seconde nuit : réveil doux, mais pas par Philips
Bon, seconde nuit, c’est l’heure des réglages… Alors au lieu d’y aller à fond (enfin bon, pas vraiment à fond : l’intensité maximale du réveil est numérotée 20, la première nuit j’étais à 16), je règle l’intensité lumineuse à 10/20, en espérant que ça va régler le problème de boxe matinale précédemment cité…
Et bien effectivement, pas de coup le lendemain matin, mais un réveil en douceur… Hélas, une fois encore, c’est mademoiselle diisign qui, éveillée avant moi par le nouveau gadget, m’a fait comprendre qu’il était l’heure de mettre fin à mon sommeil (et n’imaginez pas des trucs horribles quand je dis ça, on est sur un blog design les enfants).
Test éveil lumière Philips

Troisième nuit : on approche du but
Bon, alors cet article n’est pas fait pour que je vous dévoile mon intimité, mais bon… Le matin, il semble que j’ai la plupart du temps la tête tournée à droite… Et mademoiselle la tête tournée à gauche… Du coup changement de table de chevet pour l’Eveil Lumière : il devrait être face à moi quand je me réveille…
Et c’est… Perdu! Aucune différence selon la position, on a la tête tournée dans un sens ou dans l’autre quand on dort, on est juste plus ou moins sensible à la lumière… Mais en fait on s’habitue doucement au réveil, et cette fois-ci j’ai bien l’impression que tout le monde a été reveillé en même temps. Du coup je constate que nous sommes réveillés dès les premiers rayons de la petite boîte blanche… Et je me dis que c’est dommage, Philips aurait pu intégrer un minimum de luminosité encore plus bas, histoire de peut être disposer d’un éveil encore plus doux, mais je cois que c’est déjà super doux et qu’on est assez sensibles…
Test Eveil lumière philips reviewTest Philips Eveil Lumière review

Quatrième nuit : une fonction de plus
Bon, ça y est, le réveil est réglé, on peut donc s’endormir et se réveiller tranquille, sans bidouille… Mais non, tiens, essayons une fonction qu’on avait pas essayé : le réveil est là, sur la table de chevet, en lieu et place de ma petite lampe de chevet… Voyons donc s’il remplace bien cette lampe pour lire mon petit magazine (je me suis pris le hors série de Architectures A Vivre spécial voyages, plutôt sympathique…) avant de me coucher. Et bien oui, sur la position maximale (20), l’éclairage est vraiment largement suffisant pour servir de liseuse. On peut même activer la fonction sleep pour définir une durée au bout de laquelle la radio interne et la lampe vont s’éteindre, histoire de vous rappeler qu’il est vraiment l’heure de dormir. Par contre, cette fonction agit en éteignant la lampe en un peu moins d’une seconde, ne vous attendez pas à avoir un simulateur de crépuscule comme certains appareils concurrents, mais j’avoue qu’autant je suis attiré par l’éveil lumière, autant une lampe qui progressivement m’empêche de lire sereinement tout en m’empêchant de dormir de suite, ça ne m’attire pas. On dira donc que Philips a eu une bonne idée en ne proposant pas cette fonction (bon, ça a peut-être un effet bénéfique sur le corps, mais j’en doute). Aller, au dodo!

Les nuits suivantes
Voilà, tout est testé, tout est réglé, les jours suivants passent, les matins se succèdent, et en général je suis réveillé par la lumière au bout de 15 à 20min, soit avant que les petits oiseaux se mettent à chanter… Quoi?? Je ne vous ai pas encore parlé des petits oiseaux? En fait, si vous avez peur que la lumière soit un réveil trop doux pour vous sortir des bras de Morphée (qui est un homme, rappelons-le… Cette pensée devrait aider certains d’entre vous à se lever un peu plus facilement…), au bout de 30min de lumière, soit à l’heure exacte à laquelle vous avez réglé le réveil, l’Eveil Lumière générera le son que vous aurez choisi, toujours en douceur : le son monte progressivement. Vous pourrez donc vous réveiller au classique son de la radio, mais aussi, et c’est plus dans le concept de l’objet, avec des sons plus naturels. Au choix : chants d’oiseaux (un brin synthétiques tout de même), tamtams (vous risquez de finir toutes vos nuits en rêvant de voyages africains avec ça, j’ai évité, je voyage assez comme ça), seconde sorte de tambours un peu space (j’adore, mais c’est presque un peu trop doux, ça risque d’en bercer certains plutôt que les réveiller), et carillon étrange mais un peu aïgu à mon goût…
Test éveil lumière philips

Dernières nuits
On approche doucement de la fin du test, et au final je me dis dommage… Et oui, au début j’étais vraiment très perplexe, et puis finalement j’y ai pris goût… Alors non, ce n’est vraiment pas parce que j’ai l’impression d’avoir un éveil vraiment meilleur avec ce réveil : je n’ai pas l’impression d’être plus réveillé en arrivant au boulot, ni d’avoir une vie plus seine, ni la mine plus radieuse, non, je laisse ça au service marketing de Philips. S’il m’a plu cet éveil lumière, c’est tout simplement parce qu’il propose une façon plus douce et originale de se réveiller. Après avoir été tiré du lit de façon bruyante presque toute ma vie par une succession de réveils plus ou moins agressifs, ça fait plaisir d’être réveillé doucement, en silence, un peu quand on veut.

En conclusion
Alors, pour une centaine d’euros (et oui, c’est pas donné tout de même, le prix public est fixé à 129€, on le trouve pour un peu moins sur le net), est-ce un bon choix?
Je pense que oui, parce que pour ce prix vous avez un radioréveil classique, une lampe de chevet basse consommation et un simulateur d’aube, tout cela dans un objet aux formes douces et épurées, pas l’usine à gaz qu’était le premier modèle. En plus on profite d’une nouvelle façon de se réveiller, en douceur, ce qui est vraiment agréable.

+ Fonction simulateur d’aube sympathique et plutôt efficace
+ Radio intégrée
+ Son de qualité supérieure à beaucoup de réveils (ça a du coffre mais on est encore assez loin de la hifi)
+ Look sympa
+ Il vous sert de lampe de chevet d’intensité réglable (20 niveaux)
+ Les sons naturels sont plutôt bien choisis (mais les boucles sont hélas un peu trop courtes)
+ Ecran à intensité réglable selon 4 niveaux
+ Prix comparé aux simulateurs d’aube de petites marques spécialisées

– Prix comparé à un réveil classique (mais vu la polyvalence de l’engin…)
– Il n’a pas l’air super costaud, un peu trop plastique toc. Evitez de lui donner des coups au réveil, je ne suis pas sûr qu’il les supporte bien
– Je n’ai pas vraiment constaté de mieux physique au niveau de la « qualité » de mon éveil (je ne suis pas plus éveillé le matin, je n’ai pas la peau plus douce, le poil plus soyeux…), mais c’est tout de même très agréable de se faire réveiller en douceur
– Pas de système de projection d’heure au plafond (je prenais aussi ça pour un truc stupide avant d’y avoir goûté : c’est super pratique comme affichage!)
– J’aurais bien aimé pouvoir rajouter mes sons de réveil personnalisés, ou au moins avoir des samples un peu plus longs, mais ça tient vraiment du gadget
– Si vous êtes en couple (ou plus, sait-on jamais) : attention, la lumière risque de ne pas réveiller tout le monde en même temps!!

[adfever type= »product » value= »11605596″]