Sélectionner une page

Philippe Starck arrête
Tout le monde le sait maintenant, Philippe Starck a annoncé dans une interview au journal allemand Die Zeit qu’il regrettait ses actions de designer, qu’il a passé trop d’années à créer de la matérialité et qu’il en a maintenant honte… « J’ai créé tellement de choses sans vraiment m’y intéresser. Peut-être toutes ces années ont été nécessaires pour que je me rende compte finalement qu’au fond nous n’avons besoin de rien, du moins rien de matériel. […] J’étais un producteur de matérialité, j’en ai honte ».

Que penser de tout ça?

On a envie de croire en notre designer national qui a contribué au rayonnement de la profession sur la planète entière…
Philippe Starck, dans une envolée mystique comme il sait si bien les faire (quel fort en com’ ce gaçon…), a vraiment pensé ce qu’il a dit. Philippe, on est d’accord avec toi, designer, c’est pas franchement un métier d’humaniste. Mais c’est oublier qu’on ne peut pas changer la société comme ça, les gens consomment, c’est désormais inscrit au plus profond d’eux. Et nous, designers (et sites de design, blogs de design, magazines de design… diisign.com quoi!), nous devons de trouver des solutions pour que le monde consomme, oui, mais consomme mieux.

Mais franchement, on a un peu de mal à croire à la sincérité de ces paroles…
Notre cher Philippe veut arrêter sa carrière au firmament de sa carrière… Et bien oui, le plus grand ennemi de Starck, c’est Starck. S’il continuait encore longtemps, avec le succès de ses produits, dans toutes les gammes, le nom Starck ne voudrait plus rien dire. Il ne veut déjà plus dire grand chose… Je me rappelle de ce Starck que j’adorais, qui voulait démocratiser le design, qui ne voulait pas mettre son nom sur des objets chers… D’accord, il a été pris en otage par les marques, qui voyaient en lui (avec raison) une poule aux oeufs d’or capable de décupler les ventes de la cocotte-minute de maman, ou de la brosse à dents de papa, et qui en ont profité pour décupler le prix de ces objets autrefois accessibles au commun des mortels. Ils ont eu raison, Starck, même cher, ça attirait les foules. Mais alors pourquoi as-tu dessiné des yachts de luxe Philippe? Et cette superbe collection Cassina Privé (bah oui, j’adore, mais dans le genre « pas à la portée de toutes les bourses, on fait difficilement mieux) ? Pourquoi renoncer à tes convictions? On y croyait, on y croit un peu moins maintenant, mais on veut continuer à y croire. En plus tu as déjà réussi à nous décevoir Philippe, avec le fauteuil Ploof de Kartell par exemple (mais hélas il y a eu d’autres exemples), ce fauteuil si Starckien en photo, mais si éloigné de toi une fois qu’on s’asseyait dedans : ce bruit d’air qui s’échappait des coques de polypropylène mal ébavurées et mal soudées, ce confort plus qu’approximatif alors qu’on était habitués à vrai confort, issu de tes créations testées par ton propre postérieur, sorte d’étalon micrométrique… Bah oui, il fallait maintenant séparer le bon Starck du mauvais Starck, ce qui aurait été impensable à une autre époque.
Alors que faire? Dans le monde de la musique, on a l’exemple Kurt Cobain, ou moins rock avec Cloclo (et j’en passe, c’est une longue tradition dans ce milieu) parti avant d’avoir eu le temps de devenir transparents…
Alors le designer rock & roll et bon vivant à la fois, ça ne met pas fin à ses jours, ça continue à couler de bons jours aux soleil assis sur des chaises longues griffées. Il faut donc que ça parte à la retraite… Et oui, et comme ça, vu que le designer hyper adulé s’arrête, il ne risque plus de nuire à son œuvre passée par des créations moins visionnaires. De toute façon les royalties de Juicy Salif (le presse-citron qui montrera après la fin de l’humanité, aux archéologues venus d’une autre planète, que finalement les humains étaient capables d’élaborer des vaisseaux spatiaux hypersophistiqués), ou d’autres créations phares, suffiront à faire passer à notre cher Philippe une retraite plus que dorée.
Philippe Starck presse agrume citron juicy salif
Alors bon, plutôt que de partir à la retraite comme tout le monde, par la petite porte, autant partir avec éclat, non? On ne s’appelle pas Starck pour rien! En plus de faire couler encore un peu d’encre à son sujet, ça constitue une sortie de scène vraiment classe, rien à dire, chapeau…

Mais là où cette sortie serait vraiment magistrale, c’est si cette citation était pensée non pas pour stopper juste sa carrière, mais tout le design avec lui. Et oui, il n’y aurait ainsi existé que trois époque dans l’histoire de l’objet, l’avant Starck, l’ère Starck, et l’après Starck. En disant que tout ce qu’il a créé est absolument inutile (bon, perso, je me sers de temps en temps de Juicy Slif, juste pour me dire que j’ai acheté un presse citron, pas une œuvre d’art de cuisine; je me sers plutôt souvent de ma douchette Axor Starck ,si épurée, ou de mon réveil Oregon Scientific by Starck, tellement discret), il stoppe son travail magistralement, mais en plus il nuit à tous les designers qui vont lui succéder, ces viles créatures justes bonnes à créer de la matérialité, en ces temps de prise de conscience écologique et course au développement durable…

C’est magistral, c’est beau, c’est fort, et quel que soit le degré de mensonge que contiennent tes dernières déclarations, on t’aime Philippe, tu es un artiste un vrai, mais surtout un formidable marketeux!

Bon, maintenant je vous l’assure, diisign.com va continuer à promouvoir le design intelligent, on est un site matérialiste, oui, c’est vrai, mais on est là pour vous aider à consommer mieux, et en soi c’est pas si mal, non?