Sélectionner une page

Bang Olufsen Beo5 test prise en main
Alors voilà, on a pu avoir le sceptre entre les mains, à savoir la nouvelle télécommande Beo5 de Bang & Olufsen. Si on a déjà beaucoup parlé de cet objet (ici ou ) , c’est parce qu’on est persuadés que contrairement à certains autres produits récents de la marque danoise (est-il vraiment nécessaire de les rappeler?), cette télécommande est une réelle innovation et va certainement marquer se son empreinte le futur de toutes les autres télécommandes, un peu comme l’iPhone est en train d’entrainer l’industrie du téléphone vers son modèle, sauf que dans ce cas le mouvement sera plus lent.
Alors pourquoi j’affirme celà? Et bien déjà parce que B&O, contrairement à beaucoup d’autres, porte une attention très forte sur l’ergonomie de ses produits (on peut déjà noter qu’il y a bien longtemps, c’est ce fabriquant qui a lancé la première télécommande de forme allongée avec les touches disposées par groupe de 3, modèle désormais suivi par la quasi totalité du marché). Vous avez sûrement déjà vu que des constructeurs ont essayé de lancer des télécommandes à écran tactile… Mais contrairement à un iPhone par exemple, un élément qui complique fortement le design des télécommandes est qu’il est impératif de garder des points de repère pour pouvoir s’en servir à l’aveugle (et bien oui, en général, quand on se sert d’une télécommande, on regarde déjà un autre écran, et si l’on doit regarder la télécommande pour des actions simples, c’est tout simplement qu’elle est mal conçue). On peut remarquer que la Beo5 dispose de touches physiques placées en cercle directement sous le pouce : l’utilisateur dispose de toutes les fonctions courantes directement autour de son doigt, une ergonomie parfaite! (et, cerise sur le gâteau, le contrôle du volume se fait par une roue façon Beocom 6000 ou iPod, ce qui confère un côté vraiment ludique à l’utilisation de cette fonction!!)
Pour des fonctions un peu plus complexes, l’écran tactile intervient, totalement configurable selon l’équipement de l’utilisateur et l’usage des fonctions multiroom du constructeur (on peut créer autant d’écrans de contrôle qu’il y a de pièces dans la maison, ça paraît compliqué à expliquer, mais c’est ce qu’il y a de plus logique).
Alors un premier point négatif, parce qu’il en existe : la configuration de la télécommande ne peut être faite que par le revendeur B&O. On pense qu’il s’agit d’une erreur étant donné que son vendeur n’est pas forcément très proche de chez soi, et qu’en cas de renouvellement fréquent de matériel/configuration ou en cas d’erreur de programmation, la perte de temps est assez conséquente. Mais on est presque sûr que lorsque le logiciel de configuration sera totalement finalisé et débuggé, B&O le mettra à disposition de ses clients.

Bon, passons maintenant de la théorie à la pratique… On a un peu essayé cette télécommande, et il faut dire que les premières minutes sont un peu difficiless, on a tendance à vouloir faire plein de choses avec l’écran tactile, mais on reste un peu sur sa faim parce que cette télécommande n’est pas bidirectionnelle (enfin c’est ce que B&O veut nous faire croire pour le moment, mais vu le nombre de cellules infrarouge qu’elle contient, ça nous étonnerait qu’elle ne soit pas bidirectionnelle, voire bluetooth… Par contre il va falloir attendre de nouveaux produits bidirectionnels, espérons un lecteur multimédia qui affichera les titres lus sur l’écran de la Beo5 par exemple…). Ensuite on remarque que la prise en main est vraiment parfaite malgré la forme peu évidente de l’objet (on a vraiment du mal à la reposer, tellement sa forme est agréable à tenir en main), mais que la logique d’utilisation aurait pu être simplifiée… Je pense par exemple à la tradition chez B&O de devoir double cliquer sur « Go » pour naviguer dans les menus d’un DVD…
En résumé, les débuts avec la Beo5 ne sont pas totalement intuitifs, et on peut le remarquer au niveau du staff B&O qui ne maîtrise pas encore bien ce nouveau jouet.
Sinon comme d’habitude chez B&O, les matériaux sont de premier choix, l’écran devrait être inrayable, et l’objet pèse un poids étudié, ni trop léger (ce qui ferait toc) ni trop lourd (on doit quand même la garder en main!). Le seul bémol est que le plastique derrière l’écran sonne un peu creux quand on tape dessus du bout de l’ongle, mais étant donné qu’il s’agit en fait d’un plastique transparent aux rayons infrarouges (et oui, c’est par là qu’elle émet, discret, non?), on peut pardonner cette légère faiblesse.

Pour conclure, on peut dire que la Beo5 semble un produit intéressant aujourd’hui, mais on attend de voir comment il va se bonifier avec le temps, avec l’ajout du pilotage direct d’appareils non B&O, la sortie pour le client de l’application de configuration qui permettra de se passer d’une visite chez son revendeur à chaque fois que l’on souhaite modifier la disposition des touches ou le matériel piloté, et peut-être des composants bidirectionnels compatibles, qui rendraient l’expérience totalement parfaite. En attendant, ma Beo4 me convient bien, et pour le nombre d’appareils que je possède, cette télécommande serait un peu surdimensionnée, surtout quand on pense qu’elle coûte la bagatelle de 550€ : un prix pour lequel on peut avoir une TV 26″… Avec une télécommande!
Lien vers la page officielle de la Beo5.