Sélectionner une page

cuvée privée adoption vigne
Dans le genre des concepts nouveaux et originaux pour sortir des cadeaux vus et revus, Cuvée privée est une startup lancée par trois jeunes entrepreneuses qui se lance avec pour ambition de vous faire « adopter » une vigne plutôt que de vous vendre directement des bouteilles de vin. On sépare le bon grain de l’ivraie de cette nouvelle offre.

A l’heure où les millenials sont en quête de sens dans leurs achats, où le storytelling fait toujours vendre et où les prix des hectares de grands crus atteignent des sommets, l’idée de s’offrir un petit coin de vignoble coche pas mal de cases. On est finalement un peu dans le concept de l’abonnement ou de la « box » mais avec plus de sens.

Cuvée Privée, c’est donc un site qui vous propose d’adopter des pieds de vigne par six (pourquoi, je n’en ai aucune idée, ce n’est pas vraiment représentatif des quantités de vin que vous pouvez commander), et qui officialise cette adoption en plaçant un médaillon au nom de l’acheteur sur les pieds de vigne. Vous recevez après cette adoption un pack de bienvenue avec une à six bouteilles du millésime actuel, et des nouvelles de votre vigne tout au long de l’année. Ensuite, vous recevrez 6 bouteilles de vin de la cuvée suivante, personnalisées à votre nom, votre « cuvée personnelle ». Quelques petites attentions comme une invitation chez le vigneron et des invitations aux « événements Cuvée Privée » complètent l’offre, qui coûte entre 150€ (pour le Cote du Rhône rosé du domaine des Gravennes) et 380€ (pour le Puligny-Montrachet 1er cru du domaine Barolet-Pernot) pour un an et 7 bouteilles. Le client se sent du coup mis en valeur et a l’impression de faire partie de l’aventure, et le vigneron dispose d’une précommande pour le prochain millésime. Une bonne idée marketing, il faut espérer que les vins soient bons!
cuvée privée coffret
Et justement, au niveau des vignobles, le choix est varié : des rouges (et même un rosé) du Rhône, beaucoup de Bourgogne pour le prestige de l’appellation, deux Bordeaux ou deux Loire, il y en a clairement pour tous les goûts, et les domaines partenaires ne sont pas des domaines de second rang mais plutôt des têtes d’affiche. Niveau qualité, ça devrait donc passer.

Tout ça est bien joli, mais il y a une limite à ce storytelling efficace : les vins que vous achetez sont des vins « finis », et il ne faut pas oublier trop vite qu’entre le raisin et le vin, il s’écoule quelques années. Exemple : si vous craquez aujourd’hui pour le Volnay du domaine Cluzeaud, vous obtenez 1 à 6 bouteilles du millésime 2016, soit le dernier sorti des futs de vieillissement… Et en 2019, à la fin de l’année d’adoption après avoir reçu des nouvelles de tout ce qui se sera produit sur vos jolis pieds de vigne en 2019, vous recevrez… 6 bouteilles du millésime… 2017! C’est frustrant, parce que ce n’est pas le millésime auquel vous vous êtes « abonné », et ça rend l’ensemble de l’expérience plus artificiel. Peut-être plus frustrant pour certains, je préférerai dans ce cas ne rien recevoir en 2019, et attendre 2021 pour recevoir le millésime 2019 dont j’aurai pu suivre la progression… Mais ce serait un pari risqué sur Cuvée Privée, qui vient à peine de se lancer!
cuvée privée adoption volnay Cluzeaud