Sélectionner une page

Vanmoof electrified S
Alors que je commence à me faire la main avec l’essai de plusieurs vélos électriques dont le prochain va paraître très bientôt, j’entame un petit cycle vélo électrique sur diisign pour fêter l’arrivée de l’été. Voici donc pour commencer quelques vérités et idées reçues qu’il faut combattre face au VAE.

Gitane B21
Le VAE ça roule tout seul
FAUX : sauf si vous optez pour de l’entrée de gamme où un moteur va pousser à partir du moment où vous faites semblant de tourner un peu les pédales, les VAE corrects disposent tous d’un capteur de couple qui dose l’énergie apportée par le moteur en fonction de ce que vous mettez comme effort aux pédales. Donc pour résumer, le vélo ne roule pas tout seul mais vous donne l’impression d’avoir plus de force.
Si vous êtes tentés par le côté « le vélo roule tout seul sans aucun effort », cherchez plutôt du côté des scooters électriques, parce que les petites batteries des VAE ne vous pousseront pas bien loin.
O2 Feel Swan
Le moteur au pédalier, c’est le top
FAUX : si nombre de vendeurs simplifient la question de la motorisation en disant que le pédalier est le top, c’est souvent parce que certains constructeurs bas de gamme ont terni la réputation des moteurs dans les moyeux (à moins que la complexité supplémentaire du moteur pédalier ne leur assure des bons retours en SAV…).
Chaque système a en fait ses avantages et ses défauts :
– Le moteur au pédalier permet de disposer d’un bloc tout intégré avec moteur, réducteur et capteur de couple, donc un constructeur de vélo aura directement une solution clé en main sans se poser trop de questions, il lui suffit de prévoir un cadre adapté à l’acceuil de ce type de « pédalier électrique » ainsi qu’un support de batterie, et le tour est joué. Les performances entre une même traction (Bosch, Tranz-X ou Shimano Steps) sont donc très similaires quel que soit le constructeur
– A l’inverse, le moteur dans le moyeu ne permet pas directement de mesurer le couple à la pédale, et seuls les constructeurs un peu sérieux ajoutent des capteurs de couple au pédalier (Vanmoof par exemple).
– Le moteur au pédalier a un inconvénient majeur : il ajoute sa puissance au même endroit que la puissance de vos jambes, ce qui veut dire qu’en sortie de pédalier, en ajoutant couple de vos petits muscles et couple du moteur, vous pouvez sortir un sacré couple… Et donc la chaine et les pignons vont souffrir, avec de la casse potentielle, à moins qu’ils soient renforcés, auquel cas ça ajoute de la masse, et comme vous le savez, « light is right »
– A l’inverse, un moteur au moyeu, qu’il soit à l’avant ou à l’arrière, apporte directement son couple à la roue et donc les forces sont bien réparties sur le vélo.
– Par contre, si vous avez un moteur moyeu, il prend de la largeur et donc la possibilité d’ajouter quelques vitesses est compromise, à moins de le placer à l’avant, auquel cas il ajoute un peu de masse à la direction…

Il est préférable de disposer de beaucoup de vitesses mécaniques (pignons)
FAUX : à quoi servent toutes les vitesses sur un vélo classique ? Principalement à trouver un rapport de démultiplication qui vous permettra de donner un couple de pédalage qui vous convient. Sur un VAE, vous avez un moteur qui ajoute un peu de pep’s à vos jambes, donc la plage de vitesses « agréables » est beaucoup plus large. Alors si vous vivez dans un endroit très plat, vous vous en sortirez très bien sans aucune vitesse, et si vous avez un peu de relief, vous devriez vous en sortir avec 3 vitesses, car ce qui compte dans ce cas, ce sont principalement les extrêmes. Le VAE à 7 ou 8 vitesses, ça ne sert à rien, et surtout ça ajoute du poids (et comme vous le savez, « light is… » ok, j’arrête), à moins que vous ne l’utilisez en montagne… Parlez-en autour de vous, vous verrez que les gens qui sont équipés d’un VAE jouent beaucoup moins du dérailleur (ou de l’Alfine) qu’avant.

Tous les VAE peuvent rouler sur piste cyclable
FAUX : mais presque tous… A l’exception des « speed bikes » atteignant la vitesse de 45km/h pour lesquels la législation impose le port du casque et l’immatriculation, qui doivent être utilisés sur route et sont interdits sur piste cyclable (en gros : autant acheter un scooter), les autres VAE sont bridés en Europe à 25km/h et peuvent donc sans souci être utilisés partout où un vélo « musculaire » est autorisé.
Test vélo électrique vie O2Feel Swan Shimano eSteps
Passé 25km/h, le VAE est un vélo normal
VRAI : et oui, la législation européenne impose un bridage à 25km/h des vélos. Pasé ce seuil, le moteur ne vous donnera plus d’assistance. Il n’est pas pour autant très compliqué d’avancer plus vite, car vous êtes déjà lancé et un bon coup de pédale peut vous donner un peu de « reprise » à cette vitesse. Il est cependant frustrant que cette limite ait été fixée à 25km/h par nos amis fonctionnaires européens qui doivent avoir une vision très théorique du vélo du haut de leurs berlines avec chauffeur… La limite américaine de 32km/h est à mes yeux beaucoup plus agréable pour les personnes entraînées à pédaler un peu, puisqu’elle couvre plus largement des vitesses facilement accessible avec ses muscles plutôt que de « brider » des gens habitués à taquiner les 30km/h en vitesse moyenne. Il existe des façon de débrider les moteurs européens à la limite européenne mais ça reste officiellement interdit.
Weemove eCarbon série 900
Les VAE pèsent une tonne
VRAI mais ça change : Avec tout ce qu’on a dit précédemment, pas étonnant que les VAE pèsent en moyenne 25kg… Oubliez donc les déplacements mixtes TER/vélo puisque vous aurez du mal à accrocher votre monture aux crochets du train, si vous avez déjà réussi à monter à bord! Mais des marques comme Ampler, Coboc ou Vanmoof savent vous proposer des VAE qui en plus de ressembler à des vélos normaux, pèsent moins de 20kg (la palme revenant actuellement à Coboc avec 14kg). La masse étant primordiale pour obtenir un vélo réactif, vérifiez bien ce paramètre. Pourquoi payer pour un moteur puissant si la majorité de son travail est de compenser un surpoids conséquent? Espérons que dans un futur proche, les VAE standards puissent voir leur masse passer sous les 15kg pour que le moteur soit vraiment utile à votre déplacement et pas seulement à vous faire oublier que vous circulez sur une enclume.

L’autonomie est très variable
VRAI : en fonction du niveau d’assistance choisi (souvent 3 ou 4 selon les fabricants), de la force que vous fournissez sur les pédales ou du relief, l’autonomie réelle peut varier énormément, un peu comme pour une voiture. Mais l’autonomie affichée par les constructeurs reste une estimation de ce que vous pouvez atteindre « au mieux ».

thirtyone_hybrid_01-1
Avec un VAE, on ne récupère pas d’énergie au freinage
Presque VRAI : à part quelques tout petits acteurs comme ThirtyOne (qui base son marketing sur cette fonction), quasiment aucun VAE n’est équipé pour récupérer l’énergie au freinage. Concernant les moteurs au pédalier, on comprend qu’il est impossible de récupérer de l’énergie au freinage avec cette architecture. Concernant les moteurs moyeu, ça serait possible techniquement mais à priori la complexité électronique comparé au peu d’énergie récupérable freine les ardeurs.

J’espère qu’avec tout ça vous aurez les idées plus claires si vous envisagez de passer au vélo à assistance électrique à la place de votre voiture pour certains de vos trajets!