[test] VAE O2Feel Swan, avec transmission Shimano eSteps : il en fait peut-être trop

Test VAE vélo électrique vie O2Feel Swan
Depuis que grâce à eux, les mamies me challengent sur la piste cyclable, l’envie me titillait d’essayer des vélos à assistance électrique (ou VAE pour les intimes), en me focalisant sur des modèles typés ville et praticité pour un usage quotidien du genre trajet maison/boulot. Le premier à faire l’objet d’un test sur diisign (grâce à la gentillesse et à la réactivité de Shimano) est le Swan de O2Feel, équipé d’un système Shimano eSteps, qui a la particularité d’être doté d’une boîte de vitesse automatique à 8 rapports.

Test vélo électrique vie O2Feel Swan Shimano eSteps
Design
Esthétiquement, le Swan est un vélo bien dessiné, au format hollandais ou col de cygne (d’où son nom), avec une large poutre principale à la finition noir satiné du plus bel effet.
Les concepteurs ont opté pour une fourche suspendue, des grosses poignées en simili cuir, une selle bien large et rembourée montée sur une tige suspendue… Le Swan est clairement un vélo fait pour le confort.
Un grand regret côté design : tous les éléments manquent clairement d’intégration alors qu’O2Feel a dessiné ce cadre uniquement pour être électrifié. J’aurai aimé une batterie intégrée (et quasi invisible de préférence) et pas en position porte bagage. Idem pour l’éclairage : pourquoi recourir à des lampes fixées fragilement sur les gardes boue plutôt qu’un éclairage intégré ? Le pire, ce sont les câbles de ces lampes, le capteur magnétique de rotation (sur la roue arrière), ou encore le câble de connexion de la boîte de vitesse, particulièrement exposé sous le cadre (vous allez voir que ce dernier m’a posé des problèmes). Le Swan est né comme vélo électrique, mais à le regarder de près, on dirait qu’on a adapté un vélo standard en lui greffant beaucoup d’accessoires… Un très mauvais point au niveau conception, parce qu’intégrer au maximum les éléments, ce n’est pas que beau, c’est aussi plus robuste, moins sujet au vol, et surtout plus léger.


En photos : Tous ces éléments auraient pu être intégrés dans le cadre pour être plus robustes

Performance
Parlons de la transmission Shimano eSteps : elle dispose de 3 modes d’assistance (Eco, Normal et High). Quel que soit le mode, l’assistance est très douce, très progressive, et ne fait vraiment que vous assister, sans vous propulser directement à 25km/h comme certaines concurrentes. Le travail des capteurs de couple au pédalier est parfait pour que vous ayez encore l’impression de faire du vélo. Et après quelques sorties assez longues, mes jambes peuvent le confirmer : on pédale quand même sur un Shimano eSteps.
Test vélo électrique vie O2Feel Swan Shimano eSteps
On pédale, mais on peut être sûr de pédaler toujours au même rythme, quelle que soit la pente. Pourquoi ? Parce qu’en plus du moteur électrique dans le pédalier, le Swan est équipé d’une « boîte de vitesse » intégrée dans le moyeu arrière Alfine Di2 qui propose la bagatelle de 8 vitesses commandées électriquement. Un monstre de sophistication pour garder l’usage du vélo le plus simple possible, parce que contrairement à votre bon vieux vélo, vous n’êtes plus obligé de gérer les vitesses : elles passent toute seules, gérées par l’électronique Shimano (mais vous pouvez aussi choisir le mode manuel si vous préférez garder le contrôle).
La boîte de vitesse enchaine parfaitement les rapports (quand elle fonctionne, cf ci-dessous), et sait sauter des rapports en cas de forte accélération. C’est bien fait pour ne pas se soucier de changer les vitesses, mais au final est-ce vraiment nécessaire? 8 vitesses alors que le pédalier est assisté? A mon avis, la solution ici
Test vélo électrique vie O2Feel Swan Shimano eSteps
Le connecteur de l’Alfine Di2 posait problème sur mon modèle d’essai (seulement 200km au compteur, mais quelques traces de chocs violents sur le cadre peuvent expliquer ces petits soucis) : trop tendu, trop accessible aux branches laissées par un orage au début de mon test (pas sûr qu’une branche l’ait atteint, c’est peut être seulement les chocs répétés dus aux passages sur ces branches), il passait son temps à se déconnecter après de petits chocs répétés. Un point à revoir chez O2Feel.
Notez par contre que même si au guidon, l’assistance vous donne des ailes, avec ses 25kg sur la balance, ce n’est pas le genre de vélos que vous transporterez facilement dans des marches de train par exemple. Pour les situations où vous ne faites que pousser le vélo, par exemple sur une forte pente, la transmission propose un mode d’assistance piéton qui ne nécessite pas de pédalage : ça peut dépanner.
Test vélo électrique vie O2Feel Swan Shimano eSteps

Conclusion
Avec cette transmission eSteps dotée de tous les raffinements technologiques dont Shimano est capable, le vélo électrique est plutôt agréable à utiliser, il vous fera vous sentir pédaler naturellement mais beaucoup plus loin. A l’usage, à part la fiabilité rhédibitoire qui je l’espère est limitée à mon modèle d’essai, il n’y a que le bruit de moteur qui constitue un frein important à l’agrément de ce vélo.
Par contre, on atteint un niveau de complexité rarement vu, qui peut nuire à la fiabilité et augmente la masse de l’engin. Au final, la transmission eSteps 8 vitesses automatiques, c’est bien pour des villes valonnées. A Strasbourg ou dans d’autres villes plates, privilégiez un engin plus simple.
Du côté vélo proprement dit, et malgré son confort qui pourrait en faire un parfait outil pour remplacer une voiture sur des trajets raisonnables, j’ai du mal à être convaincu par ce O2Feel à cause de son manque complet d’intégration : on dirait que tous les accessoires ont été rajoutés vite fait sur un cadre presque standard. Fils qui sortent de partout, accessoires juste vissés, et au final poids très élevé. Tant qu’on perd beaucoup d’énergie uniquement pour vaincre l’excès de masse encore trop important des vélos électriques, il y a une contradiction étrange à ces engins. Dans la chasse aux kilos superflus, si vous ne franchissez pas de côte conséquente, il faut peut-être oublier les VAE à motorisation centrale et dérailleur ou boîte de vitesse pour des modèles beaucoup plus simples et légers (mais pas encore testés chez diisign) à motorisation sur un moyeu.
Test VAE vélo électrique vie O2Feel Swan Shimano eSteps
Les + :
+ Design sobre et élégant
+ Assistance efficace mais en douceur et subtilité
+ Selle suspendue, fourche suspendue : très confortable
+ Parfait pour rouler en tenue de bureau (forme col de cygne, protège chaine)
+ O2Feel c’est du « Designed in France »…

Les – :
– Vélo très lourd (25kg)
– Système électrique eSteps trop bruyant
– Connecteur de la boîte de vitesse trop tendu et placé en position très basse : il se déconnecte fréquemment sur mon modèle d’essai
– Peu d’intégration des éléments et beaucoup de câbles apparents
– Assistance au pédalier, donc impossible de recharger la batterie en freinant/en descente
– … »Made in Taiwan »
Test vélo électrique vie O2Feel Swan Shimano eSteps

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *