[test] Renault Zoé : tout simplement la meilleure citadine au monde?


Renault a choisi de nous convier cet hiver à Lisbonne pour voir si les autochtones étaient réellement poilus s’installer au volant de ce qui sera peut être la première voiture électrique « de masse ». Difficile de refuser l’invitation, puisqu’en plus de se dérouler sous des cieux cléments et des températures printanières, cet essai nous permet de compléter notre panorama des voitures électriques du marché, puisque outre être utilisateur quotidien d’une Peugeot Ion, vous aurez pu lire dans nos colonnes les essais d’à peu près tout ce qui peut vous transporter en mode électrique, de la Nissan Leaf au très décalé Renault Twizy, sans oublier l’exclusif Roadster de Tesla (en version S, pour ne pas faire les choses à moitié). Découvrez pourquoi vous seriez bien bêtes de tourner le dos à cette petite fée électrique.

Design
Dire qu’on a été séduits par la ligne de Zoé est un euphémisme : au premier regard, elle démode toute la gamme Renault. Reposant sur la même plateforme que la Clio, Zoé partage à quelques centimètres près le gabarit de son aînée excepté en hauteur ou l’intégration des batteries a occasionné un rehaussement de la garde au toit. Curieusement cette croissance apporte à la petite Zoé des proportions bien plus équilibrées que son ainée thermique.

Formes simples et épurées, optiques avant ultra fines, arrières inspirées de feuilles, détails bleutés (sur le logo hypertrophié, les optiques, les chromes et les vitrages), feux diurnes à trois LED placés dans de très discrètes ouïes. Les flancs de caisse sont sculptés et la lumière d’une façon générale joue avec la carrosserie… Le dessin est tellement réussi qu’on pourrait prendre la petite fée électricité de Renault pour un concept car. Ce n’est pas étonnant, car elle conserve 90% des traits de caractères du concept dévoilé par la marque au losange il y a quelques années. La Clio IV, à peine sortie, paraît avoir une génération de retard face à la petite dernière. À croire que pour les designers, l’héritage de codes stylistiques d’une lignée est plus une contrainte qu’une richesse. Si c est vraiment le cas, on ne saurait que conseiller aux designers automobiles de toutes marques de se lâcher pour avoir la chance de rencontrer des véhicules aussi aboutis stylistiquement que Zoé.
On regrettera seulement que la surmonte pneumatique 17″ en option, qui magnifie le design de la belle, soit chaussée de pneus classiques qui n’offrent pas les caractéristiques de faible résistance au roulement des pneus proposés en 16″ (jusqu’à 15 kms d’autonomie supplémentaires avec les Michelins ZE 16″).

Mais le charme ne s’arrête pas à la ligne extérieure, puisque l’intérieur est lui aussi beaucoup plus moderne que le reste de la production hexagonale, tout en étant sobre, épuré et zen. Les traditionnels compteurs ont été remplacés par un écran TFT doté de plusieurs ambiances personnalisables (3 au total, finalement assez proches les unes des autres), qui changent de couleur selon votre conduite.

Le grand écran tactile R-Link inauguré par Clio IV est bien présent dans Zoé, avec quelques spécificités, comme un indicateur d’autonomie du véhicule sur la carte (à titre très indicatif), un analyseur de qualité de l’air extérieur, ou encore un graphique 3D représentant visuellement les flux d’énergie du véhicule. La partie blanche de la planche de bord est un clin d’oeil écolo, rappelant une pale d’éolienne.

Au final, l’intérieur respire le bien être (serais-ce dû au ioniseur, au filtre à charbon actif et au diffuseur de parfum qui équipaient notre modèle de test), est pratique et facile à vivre (surtout avec les sièges traités Teflon, un vrai plus au quotidien), sans délire d’ingénieur ou de designer comme certaines citadines peuvent en souffrir. Seule la boîte à gants un peu petite, mais surtout le fort reflet de la partie haute de la planche de bord (quelle que soit l’ambiance intérieure choisie) sur le pare-brise, nous autoriseront à critiquer un peu… La presse auto « traditionnelle » aura beau vous dire que les plastiques sont durs, mais étant donné qu’ils ont un bel aspect et sont doux au toucher, ça ne vous gênera pas au quotidien si vous ne faites pas partie du clan des malaxeurs de planche de bord (et surtout ça économise quelques grammes).

Performance
En tant que converti à la mobilité électrique (je suis l’heureux propriétaire d’une Peugeot Ion), je peux vous assurer qu’il est difficile de faire plus agréable au quotidien qu’une voiture électrique. Le silence de fonctionnement, l’absence de boîte de vitesse, le couple disponible dès les bas régimes, les points forts de l’électrique répondent en tous points aux soucis de tous les jours et à la réglementation (on est de plus en plus imité en vitesse, mais jamais en accélération).
Par rapport aux voitures déjà présentes sur le marché, Zoé n’a aucune concurrente. Oui, aucune. La triplette Peugeot Ion/Mitsubishi Imiev/Citroën C-Zero est plus compacte, et la Nissan Leaf est plus grande. Ce n’est pas pour cela que cet « équivalent Clio » électrique a joué la simplicité. Renault a tout simplement fait de la Zoé la plus aboutie des voitures électriques disponibles aujourd’hui sur le sol français.
Le comportement sur route et en ville est proche de la perfection (tant qu’on ne cherche pas à jouer au sportif, la Zoé n’étant clairement pas adaptée si vous voulez arriver à bon port), les sièges sont confortables et assez enveloppants, la suspension gomme très bien les imperfections de la route tout en restant ferme…

Même les piétons ne sont pas oubliés, puisque grâce à un bruiteur actif entre 1 et 30km/h, ils seront prévenus de votre passage via l’un des trois sons très travaillés et très futuristes. J’avais peur que ce bruit ne gâche le silence du VE de l’extérieur, mais il reste très discret, juste ce qu’il faut. Et si vraiment vous voulez rester furtif, vous pouvez le désactiver.

En ce qui concerne les détails pratiques, Zoé est bien munie, puisque son coffre est particulièrement grand pour la catégorie, et que les ingénieurs de Renault ont pensé aux petits désagréments de la charge en lieu public en intégrant un système de blocage automatique du câble de recharge (déverrouillable via la carte mains libres Renault). Fini le bête cadenas des VE japonais (on ne peut pas blâmer les ingénieurs Japonais pour cet oubli, le vandalisme n’étant pas du tout dans leur culture…)


Zoé n’est pourtant pas parfaite, mais les points négatifs ne sont pas de nature à diminuer son charme.
Au niveau conduite, même si la tenue de route est très bonne, le poids des batteries se fait sentir (290kg tout de même), et on sent le poids de l’engin sur le train avant lorsque s’enchaînent les virages à haute vitesse. Mais cette situation de conduite ne risque pas d’intervenir trop souvent pour le commun des utilisateurs de la petite Renault.
Toujours au rayon conduite, Renault a joué la prudence en typant le comportement de Zoé comme une voiture thermique : contrairement aux autres véhicules électriques, le simple fait de lâcher l’accélérateur ne va pas entraîner une forte décélération pour cause de récupération d’énergie. Même si les nouveaux utilisateurs de VE n’y verront pas un grand défaut, ceux qui comme nous (et beaucoup d’autres visiblement) apprécient de pouvoir conduire « à un pied » en ne touchant presque jamais la pédale de frein trouveront la décision de Renault un peu rétrograde comparé à la pertinence globale des choix techniques effectués sur Zoé. Mais rassurez-vous, la petite Renault sait aussi récupérer l’énergie cinétique à le perfection, puisque le freinage géré par un calculateur qui limite au minimum l’usage du système de freinage hydraulique.

Du côté des détails qui fâchent dans l’habitacle, l’interface du système R-Link n’est pas des plus réactives, et on espère vraiment qu’une mise à jour logicielle pourra suffire à supprimer ses quelques temps morts. Enfin, le système audio est d’une qualité particulièrement médiocre et nous fait espérer que le partenariat Renault/Bose touchera un jour Zoé.

Conclusion
Vous êtes tenté par faire le grand saut vers la mobilité électrique? Vous pouvez installer une wallbox chez vous, et vous faites moins de 100km par jour? Zoé devrait vous faire oublier totalement le moteur à combustion, tant elle est aboutie.
Cette citadine, avec son positionnement tarifaire agressif, est un vrai outil de conquête pour Renault, les avantages de l’électrique font passer les citadines pour des dinosaures bruyants, fumants et mous… Si vous pensez que l’électrique n’est pas pour vous mais que vous dépensez au moins 80€ d’essence tout en parcourant moins de 3000km par mois avec l’une de vos voitures, vous devriez peut-être refaire vos calculs et faire un petit essai de Zoé.
Seule l’absence de câble de recharge occasionnel, le câble permettant de charger en « mode 2″, c’est à dire en charge lente sur n’importe quelle prise 220V (ou presque, elle doit quand même supporter 16A pendant plusieurs heures) bloque un peu la liberté de se charger chez un ami ou un proche « un peu loin ». On espère qu’il sera disponible bientôt, même si les responsables de Renault n’ont pas l’air pressés de le rendre disponible.

Les + :
+ Superbe ligne
+ Présentation
+ Finition soignée
+ Confort
+ Silence
+ Qualités routières
+ Autonomie généreuse pour une électrique
+ Equipement supérieur à une citadine équivalente
+ Chauffage par pompe à chaleur économe en batterie
+ Verrouillage automatique du câble de recharge
+ Possibilité de programmer le préchauffage de l’habitacle quand la voiture est branchée
+ Possibilité de consulter l’état de charge sur son smartphone
+ Design sonore très soigné (son de démarrage, avertisseur piéton)

Les – :
- Pas de câble de recharge occasionnel disponible au lancement
- Fort reflet du tableau de bord sur le pare brise en plein soleil
- Coût de location de batterie élevé (point à retirer si les tarifs de l’essence augmentent fortement)
- Pas assez de frein moteur par rapport aux autres électriques : impossible de conduire « à une pédale »
- Système audio de qualité médiocre (étendez le partenariat Bose à Zoé!)
- Banquette arrière en un bloc
- Bruits de roulement (légèrement) présents sur nationales et autoroutes
- Les faux manquent de LED pour une voiture de 2013
- Option jantes 17″ ayant un trop fort impact sur l’autonomie
- Pas (encore) de version RS

6 Commentaires

  1. Sympas ce petit retour merci Marc
    Quid de l’autonomie, on peut faire combien de km avec une charge complète ?
    Et ça coute combien ce petit joujou ?

  2. L’autonomie affichée le matin était à 125km environ, et après avoir roulé « normalement » (très peu d’autoroute, mais pas une conduite spécialement éco, sans clim ni chauffage), on a consommé exactement les kilomètres parcourus (environ 70 dans la matinée). L’autonomie affichée semble donc totalement accessible (d’où mon conseil de vraiment considérer Zoé si on fait moins de 100km par jour), sauf si on roule beaucoup sur autoroute (comme toutes les électriques, passé 90km/h, l’autonomie fond très vite).

    Le prix? A partir de 13700€, prime gouvernementale de 7000€ déduite. Et de 80 à 120€ par mois pour la location de batterie.

  3. + l’achat de la Wallbox…

    Autrement dans les PK de supermarchés sur les installations spécifiques ca fonctionne ?

    J’ai vu qu’on pouvait s’abonner à autobleue pour profiter de leurs bornes de recharge…

  4. @whoetbe : la Wallbox est affichée à 490€ prix catalogue Renault… Après, il faut la faire installer par un électricien agréé, et en fonction de la longueur de câble à tirer et de la mauvaise foi tarifaire de l’électricien, la facture peut grimper… La bonne nouvelle est que la moyenne tarifaire des installations de Wallbox pour les premiers clients Zoé est à moins de 800€.

    Pour les parkings de supermarché, il faut que la borne soit compatible. Pour la charge rapide (80% en 30min), pas de souci puisque c’est un câble spécial sur la borne. Pour la recharge accélérée, il faut une prise compatible Renault, ce n’est pas le cas de toutes les bornes, mais ça viendra parce que ça devient un standard.

  5. Je suis un peu surpris par le moins sur le système audio. J’avais pu l’écouter sur une Zen au salon et c’est ce qui m’a fait choisir la Zen par rapport au modèle de base. Je suis audiophile et plutôt difficile, j’avais trouvé la qualité tout à fait bonne.

  6. @Jyhacqua : ça sonne assez creux, et surtout ça sature très très vite, avec très peu de basses. Le gros problèmes des petits véhicules électriques, c’est qu’il faut essayer de gagner de la masse partout, et un élément de gain « facile » est l’insono (puisque le moteur fait moins de bruit), mais au final ca a de grosses conséquences sur les hauts parleurs placés dans les portières. Pas évident d’arriver à faire un système audio qui sonne bien dans un VE… Mais pas impossible non plus.

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>