Sélectionner une page


Le mot révolution est de plus en plus utilisé pour un peu tout et n’importe quoi, surtout en matière de technologie. Mais pour Lytro, il s’applique vraiment, tout simplement parce qu’il change radicalement la façon dont sont capturées les images. Au lieu de ne capturer qu’une projection de la lumière sur un capteur, Lytro enregistre l’intégralité du champ lumineux. En résumé, il capture la couleur, l’intensité (ça c’est normal), mais surtout la direction (ça, c’est totalement nouveau) des rayons lumineux. On appelle ça un appareil plénoptique. Avantage immédiat : une image enregistrée par l’appareil Lytro comporte toutes les données permettant de choisir le point de focalisation après la prise de vue.
Plus fort, grâce à ça, plus besoin d’autofocus complexe! Encore plus fort? Et bien en disposant de la direction du rayon de chaque point lumineux, on peut recréer une image 3D (avec un seul capteur et un seul objectif)! Et encore encore plus fort : ça pourrait marcher pour la 3D sans lunettes, avec un seul appareil plénoptique, plutôt que d’utiliser plusieurs caméras! Mais tout cela est encore à venir, parce que pour le moment, le Lytro ne capture que des photos carrées d’une résolution assez basse (le procédé fait perdre en résolution). Ce type d’appareils ouvre de nouvelles opportunités dans la façon de photographier et d’afficher les images. A l’époque du tout tactile, des photos « à toucher » où on règle la profondeur de champ en tapotant un endroit sur l’image sont particulièrement adaptées.

Le petit appareil Lytro n’a plus rien d’un prototype, il est déjà pensé comme un gadget technologique tendance : prix abordable (prix de base : 399$), design décalé et ultra épuré, boutons réduits à l’extrême (power et déclencheur) couleurs variées, mémoire intégrée non extensible… Du marketing déjà bien rodé chez d’autres!
Inconvénients du Lytro : il capture des photos de format carré (bof bof…) d’une définition encore limitée, mais surtout, il est sûrement le moins ergonomiques de tous les appareils photo, avec son design de boîte d’alumette doté d’un petit écran au bout… Mais il possède tout de même d’un beau zoom 8x à grande ouverture (f/2) constante. Lytro devait sûrement se démarquer fortement sur le plan du style pour se faire remarquer, gageons qu’avec le succès les prochaines versions de leur appareil devienne plus ergonomique, et donc sûrement plus conventionnel niveau look.

L’affaire est à suivre : le plénoptique risque de doucement remplacer les appareils conventionnels, pour des usages spécifiques (dont la 3D), des images « dynamiques » comme on en trouve sur le site de Lytro, mais aussi et surtout pour les photographies « classiques » (à la mise au point figée par le photographe). Les nouvelles possibilités offertes sont immenses, on verra bien vers quoi s’oriente cette « nouvelle photographie » où une place encore plus grande est donnée au post-traitement (après la généralisation du format RAW qui permet de corriger l’exposition après coup), diminuant les risques de se « planter » sur le terrain. Le Lytro fera date, il y aura clairement un avant et un après Lytro.
Pour finir, un petit exemple de photo dynamique tout droit sortie de leur galerie, avec laquelle on peut jouer :