[test] Samsung The Frame vs QLED : technologie et design

Samsung QLED Q9F 65Depuis l’avènement des écrans plats et des dernières évolutions sans bord, difficile de jouer sur le style lorsque cet objet de notre quotidien a atteint sa pleine maturité.
Comment alors les constructeurs arrivent-ils à se différencier au-delà de la performance des produits, sachant que le design reste souvent le premier critère d’achat ?

test Samsung QLED Q9F 65
Un écran plat aujourd’hui c’est une dalle, un châssis, un peu d’électronique et c’est à peu près tout. Vous en trouvez à tous les prix et il est difficile pour les constructeurs de se distinguer par le design tant l’objet se résume déjà à sa plus simple expression. Sauf que toutes les marques y travaillent avec plus ou moins de succès, avec les danois en première ligne… Mais aujourd’hui cap à l’est ! C’est bien du côté coréen que nous allons chercher de nouvelles pépites dénommées QLED et The Frame.
test Samsung QLED Q9F 65

Commençons par le plus performant, le QLED.
Lorsqu’on achète un écran de grande taille, ici 65″, il faut un peu de place chez soi et surtout de grands murs sur lesquels le téléviseur ne trouve pas idéalement sa place (implantation basse du téléviseur pour avoir une position idéale dans son canapé). Pour pallier ce problème, Samsung propose un pied baptisé « studio » qui métamorphose votre écran standard qui se retrouve suspendu sur un chevalet et bouleverse de manière originale la configuration de votre pièce. Idéalement positionné en hauteur, vous profiterez depuis votre canapé d’un spectacle immersif. Pour les maniaques du zéro fil, la disposition trépied ne présente pas d’inconvénient, avec un boitier déporté branché par un fil optique quasiment invisible baptisé « one connect » seul le fil d’alimentation que vous pouvez cacher le long du pied central ne reste visible, génial ! Vous pouvez alors profiter de toute l’élégance de votre TV avec son pied studio ! Par contre vous n’échapperez pas à un petit meuble pour cacher le boitier déporté et vos différents périphériques (box, lecteur blu-ray, console de jeux, …). Pour des puristes comme vous j’imagine, vous pousserez également le vice à cacher les prises murales. Mais une fois encore le boitier déporté vous permet de positionner votre écran où bon vous semble, à distance des prises nécessaires que vous pourrez masquer avec un joli meuble (évitez le verre par contre!)
test Samsung QLED Q9F 65
Vous l’aurez compris, pour avoir le rendu optimal que les constructeurs vous affichent royalement sur les sites et autres brochures devant lesquels vous salivez, il va falloir un peu réorganiser votre salon, ou investir dans la maçonnerie!
test Samsung QLED Q9F 65
Mais tout ça…. c’était avant le drame… vous recevez des amis et ils vont pouvoir découvrir votre magnifique écran QLED de 65″ sublimé par le pied studio… reste qu’une fois éteint le gigantesque écran noir fait tâche dans votre salon : /


Ce serait oublier qu’avec sa large gamme, Samsung a réponse à tout !
Et si vous donniez une seconde vie à votre écran lorsque vous ne regardez plus votre série préférée en le transformant en œuvre d’art?
test Samsung The Frame 65
The Frame
Avec le fameux The Frame, l’amateur de foot grand format et la décoratrice en chef vont enfin se réconcilier !
Oui monsieur, un écran de 65″ éteint c’est moche, mais avec The Frame, c’est 65″ de bonheur, d’art, de poésie, d’originalité et de fraicheur.
test Samsung The Frame 65
Moi je suis fan! Un vrai coup de cœur diisign.com!

Passons rapidement sur les qualités intrinsèques du téléviseur, qui malgré le fait d’être 4K, n’a pas le rendu de son grand frère QLED tant sur le plan de l’image que du son. Ne parlons pas de la concurrence qui avec la technologie OLED distance nos deux écrans du jour et pousse Samsung à se pencher d’urgence sur une nouvelle techno MICRO LED (qu’est-ce qu’ils vont bien pouvoir encore inventer…), mais pour compliquer les choses, sachez que la technologie OLED est soumise au marquage (comme les bonnes vieilles TV cathodiques et les plasmas), et donc il faut éviter d’y afficher une image fixe longtemps : n’attendez pas d’équivalent OLED à The Frame.
test Samsung The Frame 65
Mais restons plus volontiers sur ce qui différencie The Frame de tout ce que nous avons pu voir auparavant : son concept de cadre ! Imaginez un cliché de Scott Ramsay ou encore de Yann Arthus Bertrand encapsulé dans un cadre élégant à la finition soignée en noyer et souligné par une marie-louise impeccable, ne cherchez plus, vous contemplez votre téléviseur !
test Samsung The Frame 65
Les téléviseurs plats ont souvent été comparés à des tableaux à accrocher au mur mais Samsung a été jusqu’au bout du concept en proposant The Frame. Et pour que votre téléviseur s’intègre parfaitement à votre intérieur, vous pouvez choisir entre plusieurs finitions (noyer, chêne ou blanc) que vous pourrez interchanger à votre bon vouloir.
test Samsung The Frame 65
Je suis conquis ! Bluffant, je me suis régalé à visionner les œuvres des 37 artistes proposés, et de succomber à l’œuvre de Orion, « Kanaal & the Message » qui tant par son graphisme que par ses couleurs a trouvé son écrin dans mon intérieur. Et je suis certain que vous trouverez VOTRE œuvre, car même si les dizaines de sélections ne vous suffisent pas, via l’application smartphone, vous pouvez télécharger vos propres clichés ou encore souscrire à un abonnement (4,99€ par mois, ce qui me paraît un peu cher tout de même) qui vous ouvre les portes d’une galerie d’artiste illimitée.
test Samsung The Frame 65
Vous vous surprendrez à télécharger des toiles du Louvre ou des photos de New York en très haute définition pour nourrir The Frame et son appétit d’ogre. Aucun limite encore une fois et c’est l’art qui triomphe et par la même occasion votre intérieur. Vous laisserez volontiers votre écran branché 24/24 même si un capteur de présence équipe le téléviseur qui s’éteint lorsqu’il n’y a personne dans la pièce (et même allumé, le mode tableau ne consomme que 20 à 30% du mode TV). Pour continuer sur la luminosité, l’écran est équipé d’un variateur qui s’ajuste automatiquement à la lumière ambiante pour rendre l’œuvre la plus naturelle possible.
test Samsung The Frame 65
Une fois encore grâce à « one connect » vous pouvez soigner l’implantation de votre cadre en déportant tous les branchements. Seul le câble d’alimentation est visible et reste gênant pour les perfectionnistes.
Et si vous voulez atteindre la perfection, sachez que le pied studio est adaptable à The Frame !
Mais pour les plus pragmatiques, des pieds standards sont livrés pour poser simplement l’écran directement sur un meuble bas.
test Samsung The Frame 65
Accessoirement, votre écran The Frame vous sera livré dans un packaging soigné avec un carton stylé qui valorise le produit tout comme un certain fabricant à la pomme… sauf que pour vouloir garder un carton de presque 2 mètres de long dans la cave… il faut être motivé.
test Samsung The Frame 65
Une ombre au tableau ? Oui tout de même… et nous l’avons déjà évoqué, la dalle de The Frame n’est pas aussi performante que celle du QLED et on aurait aimé tout avoir mais d’un autre côté le tarif aurait décollé (4999 € pour le QLED vs 2999 € pour The Frame).
Le futur nous donnera peut-être raison mais il serait bon que Samsung propose l’option « The Frame » à toute sa gamme à l’instar du pied « studio ».
test Samsung The Frame 65
Au final, je ne pensais pas dire ça après ce test mais Samsung prouve une fois de plus que le design est toujours le critère numéro un d’achat, pour preuve, même si il est techniquement dépositionné par rapport à la concurrence, le concept The Frame est tellement fort que je me laisserai facilement convaincre. On dit BRAVO !
test Samsung The Frame 65

2 Commentaires

  1. c’est sur comment consommer de l’énergie à rien . bravo!!
    avec en plus un service connecté qui une fois fermé sera inutilisable …

  2. @ares : a première vue le côté énergétique était un gros point noir pour moi. Ensuite j’ai vu qu’ils avaient bien pensé ce mode et qu’il consommait dans les 30w, et uniquement quand quelqu’un est dans la pièce de la tv. Donc au final ce n’est pas plus qu’une ampoule à incandescence allumée seulement en présence de quelqu’un. Et si on n’a qu’une the Frame par logement, l’impact écologique reste limité.
    Pour la plate-forme, je ne lui donne pas une grande espérance de vie, à moins que la techno The Frame se généralise. Mais il reste de toute façon la possibilité d’afficher ses propres images, qui elle va rester.

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *