Sélectionner une page

Test robot aspirateur Dyson 360 Eye
C’est le grand retour d’un aspirateur robot en test sur diisign après des années d’absence. Mais on ne parle pas de n’importe quel aspirateur robot, on parle d’un Dyson. On rêvait en 2011, séduits par les performances de l’aspirateur sans fil DC35 et celles de localisation des « robots balais » de l’époque. Maintenant qu’il est arrivé, Le 360 Eye arrive-t-il à répondre à toutes les attentes qu’il a suscité ?

Test robot aspirateur Dyson 360 Eye
Design
Il est sacrément compact ce 360 Eye. On ne s’en rend pas compte en photos, mais une fois à la maison, sa taille surprend : avec 23/24cm de diamètre, il est de loin le moins large des robots. Vraiment pratique pour passer entre les pieds de chaise. Mais moins pratique pour limiter les trajets puisque la largeur de travail est réduite. Je pense que cette largeur a principalement été conditionnée par la puissance d’aspiration : pas la peine d’essayer d’aspirer large si on n’aspire pas très puissant.
Côté hauteur, ce petit Dyson n’est pas excessivement haut, mais avec ses 12cm, il peut avoir quelques soucis avec des meubles bas, comme on le verra à l’essai, mais j’ai visiblement le chic pour choisir des meubles incompatibles avec un robot.

Parlons de la base de recharge : c’est tout simplement la plus simple et la meilleure base qu’il m’ait été donné de tester : un panneau en plastique vertical avec deux repères visuels pour que le robot se guide bien, un panneau en plastique horizontal avec les deux pistes métalliques pour connecter le robot, et au centre une charnière pour replier la base pour la ranger, mais surtout une prise à chaque extrémité, où brancher le câble du très compact chargeur. Cerise sur le gâteau, un emplacement est prévu sur l’adaptateur secteur pour enrouler le câble. Minimaliste, quasi invisible, cette base démode clairement toutes les usines à gaz des autres constructeurs.

Côté réservoir, Dyson a bien travaillé : il est facile à détacher et est quasiment parfaitement cylindrique, et relativement facile à nettoyer en enlevant la partie filtrage, qui se démonte très facilement.
Test robot aspirateur Dyson 360 Eye

Performances
Le Dyson 360 est truffé de technologies, et il est bien sûr connecté. Ce qui veut dire que vous pouvez oublier les inutiles télécommandes, puisque si d’aventure vous voulez le commander, l’application Dyson suffira. Pratique car une télécommande de robot ne sert jamais, à partir du moment où le robot est programmable, et en général on finit par la perdre… Donc pour démarrer/arrêter le nettoyage, passer de mode silencieux à maximum, vérifier la zone nettoyée ou planifier des nettoyages, tout se passe dans l’app. Vous pouvez évidemment lancer un nettoyage en appuyant simplement sur l’unique bouton au milieu du Dyson.
Test robot aspirateur Dyson 360 Eye
Côté navigation, c’est là où j’ai été déçu : le 360 Eye se sert de sa caméra et de ses capteurs infrarouge pour se déplacer dans la pièces, mais il tente toujours de réaliser des spirales concentriques, sans jamais prendre en compte le profil de la pièce qu’il a pourtant déjà arpentée. En pratique, ça veut dire que les déplacements ne sont pas très optimisés et qu’il perdra du temps à faire des aller-retour plutôt que d’avancer dans le sens des endroits étroits par exemple. C’est vraiment dommage, car ce robot est l’un des rares à pouvoir afficher une cartographie (précise) de ses déplacements une fois le nettoyage réalisé. Interrogé, les gens de chez Dyson m’ont confirmé qu’ils avaient décidé de ne pas mémoriser la pièce parce que des éléments changent tout le temps (position des chaises, du petit mobilier, objets qui traînent, portes ouvertes ou fermées… Oui, mais les grandes dimensions des pièces restent en général constantes, et pourraient optimiser les déplacements du robot pour accélérer ses passages et augmenter la surface couverte en une charge de batterie. Et ça éviterait les fois où le pauvre robot n’a pas réussi à retrouver sa base, quand l’éclairage de la pièce a beaucoup changé (la faute aux sources lumineuses RGB sûrement).
Test robot aspirateur Dyson 360 Eye
Test robot aspirateur Dyson 360 Eye
Sous la grande table, ça passe, sous la petite table, la hauteur du robot bloque… Et il insiste un moment sans repérer qu’il est coincé!

Au fait, la batterie, parlons-en : j’ai un rez de chaussée de 70m2 à nettoyer (63m2 selon le Dyson qui ne compte pas les surfaces occupées par les meubles, ce qui doit être assez exact), et en mode maximum, le robot doit réaliser deux passages et donc deux charges complètes. Ce qui veut dire qu’un nettoyage complet prend pas mal de temps…
En mode silencieux (vraiment plus appréciable si vous êtes présent quand le robot travaille), la surface est aspirée en une seule fois. A mon avis, pour une surface comme la mienne, l’idéal est donc de passer plus souvent (2 ou trois fois par semaine c’est suffisant) en mode silencieux, et d’oublier le mode maximum. Je dis ça en ayant uniquement des sols durs à aspirer, car pour les propriétaires de tapis ou moquettes épais, le mode maximum s’impose…
test Dyson 360 Eye aspirateur robot
En terme d’efficacité d’aspiration, le Dyson s’en sort extrêmement bien. Il est intéressant de noter qu’il est l’un des seuls robots du marché à ne pas posséder de brossette rotative horizontale qui rabat les éléments qui traînent dans les coins : d’un côté, c’est bien, car ces bossettes ont deux inconvénients majeurs : elles s’emmêlent dans les câbles qui trainent, et elles projettent en général les saletés plus loin que le robot, déplaçant la saleté sans jamais laisser le robot la nettoyer. Mais elles permettent de récupérer les saletés qui traînent dans les recoins, ce que le Dyson a vraiment du mal à faire, même en mode maximum.

Enfin, les chenilles sont aussi une particularité de ce Dyson : elles sont efficaces, mais étrangement, le 360 Eye n’a pourtant pas des capacités de franchissement extraordinaires et se retrouve assez vite bloqué sur des éléments un peu hauts. Dommage.
Test robot aspirateur Dyson 360 Eye

Conclusion
On l’a attendu longtemps le robot Dyson… Peut-être un peu trop longtemps finalement : plus le temps est passé, plus nos attentes ont augmenté, et plus la concurrence s’est armée. Le 360 Eye est extrêmement efficace, offrant une vraie aspiration là où bien des aspirateurs sont plutôt des balais motorisés. C’est aussi l’un des rares robots qu’on peut oser laisser seuls avec des câbles qui traînent. En soit, c’est plutôt un très bon robot, donc.
Mais il y a un mais : sa navigation est assez perfectible : il lui arrive d’éviter les bords des murs, il a tendance à ne pas voir qu’il ne peut pas passer dans des lieux plus bas que lui (l’une de mes tables basses lui fait perdre de longues minutes), il se cogne contre les pieds en verre de ma table (ça, c’est un classique de tous les robots, je ne vais pas me plaindre plus que ça, il n’est simplement pas meilleur). Mais le pire, c’est qu’il m’arrive de le retrouver arrêté au milieu d’une pièce, à un endroit pas compliqué. Difficile à comprendre, j’ai même eu l’occasion d’essayer plusieurs robots pour être sûr que je n’avais pas un modèle défectueux.
Alors une fois venue l’heure du choix, je dois dire que le 360 Eye est dans la bonne moyenne, et qu’une mise à jour logicielle pourrait résoudre ses plus grands défauts à mes yeux. Mais le problème c’est qu’il est plutôt plus cher que la moyenne… Alors personnellement, je serai preneur d’une version avec au moins un capteur de plus, pour savoir qu’il est bloqué par un élément qui touche son corps par le haut.

Test robot aspirateur Dyson 360 Eye

Les + :
+ Aspirateur robot qui aspire vraiment
+ Il ne s’est jamais enroulé dans un câble, une performance rare
+ Encombrement ultra réduit
+ Rapport performance/autonomie très correct en mode silencieux
+ Système de navigation
+ Programmation hebdomadaire
+ Bac à poussière facile à vider

Les – :
– Un peu trop haut pour passer partout…
– …Et handicapé par l’absence d’un capteur en hauteur pour qu’il se rende compte des endroits inaccessibles
– Il manque au moins un capteur pour que le robot sache qu’il est bloqué par un obstacle haut!
– Niveau sonore en mode Max
– Un système de navigation qui conduit parfois à un arrêt complètement inexpliqué en plein nettoyage, ou qui n’arrive pas à retrouver sa base quand l’éclairage de la pièce a changé : pas digne d’un robot de 2016 !