Sélectionner une page

Test Nokia 5800 Xpress Music
Après plusieurs tests de téléphones Samsung, il fallait bien que je me mette quelque chose d’autre sous la dent pour voir un peu de quoi était capable la concurrence. Parce que j’aime bien les smartphone, mais chez Samsung c’est du Windows Mobile, et je n’aime vraiment pas cette plateforme.
D’où le test du Nokia 5800, premier représentant de la plateforme Symbian tactile. D’habitude on fait des tests produits juste au lancement des téléphones, là on commence plus tard que les autres, puisqu’au premier trimestre 2009 il s’est vendu 3,5 million d’exemplaire de ce petit téléphone. Au moins on bénéficie des diverses corrections de bugs qui pénalisaient l’appareil à sa sortie. Mon modèle de test était en v20, depuis il y a une v21 qui est sortie, mais hélas les opérateurs ne se pressent pas et beaucoup n’offrent pas de version supérieure à la v11, que j’ai vue à l’œuvre et qui me paraît bien buggée…
Alors il a quoi dans le ventre ce bidule?

Test Nokia 5800 Xpress Express Music

Design
Première chose qu’on remarque sur le 5800 : il est épais. A tel point que la plupart des gens qui l’ont vu m’ont demandé s’il avait un clavier coulissant. Et non, c’est juste un candibar un peu épais (15mm), et vu qu’il n’est pas très large, l’impression d’épaisseur est accentuée.
Niveau qualité des matériaux pas non plus le coup de foudre : finition plastique un peu cheap qui grince à certains endroits si on le sert un peu fort, écran résistif, donc placé derrière un plastique un peu souple, donc sensible aux rayures : ce téléphone ne sent pas le luxe. Dommage, parce que Nokia sait vraiment faire des mobiles à l’aspect très qualitatif. Le petit liseret bleu ou rouge égaie un peu l’épaisse tranche du téléphone, il s’agit d’une peinture à effet, changeant d’éclat selon l’angle de vue. Rien d’exceptionnel, mais ça allège un peu la ligne de l’engin. La prise en main est tout de même beaucoup plus naturelle que sur un iPhone vu que le petit Nokia n’est pas très large, on le tient à l’oreille comme un téléphone, et pas comme une tablette de chocolat…
Petit détail qui m’a déplu lors du test : la gâchette de déblocage de l’écran est assez mal pensée : il n’est pas rare de l’activer par erreur avec l’étui fourni, et puis à l’époque du déblocage logiciel façon iPhone, cette grosse gâchette fait un peu tâche. Mais rien de grave au quotidien tout de même.
En parlant d’accessoires fournis, on peut donner un prix d’excellence à Nokia : le téléphone bien sûr, son chargeur, une housse en plastique au design un peu spécial mais très protectrice, une carte microSD 8Go avec son adaptateur SD, un câble USB, un support pour placer le téléphone incliné sur une table (pour lire des vidéos par exemple, chose qu’il fait très bien sur son bel écran 16:9), écouteurs stéréo (de qualité médiocre, pas de miracle, hélas), télécommande filaire avec prise jack et même un câble permettant de le relier à une TV, gadget en option chez presque toute la concurrence!

Test Nokia 5800 Xpress Music une foule d'accessoires fournis Express

Symbian Touch
Côté OS, on dispose de la première version de Symbian pensée pour le tactile. Et bien franchement, pour moi c’est une réussite! On navigue dans des menus très simples, la réactivité est là, toutes les tâches s’effectuent avec une bonne fluidité (tant qu’on ne charge pas trop la mémoire), et tout est très intuitif. Un sans faute? Non, parce que Nokia a oublié d’effacer certains vestiges du passé, comme des menus où l’on doit double cliquer, acte pas intuitif lorsqu’on a un téléphone tactile. Mais en général, tout est vraiment bien pensé, comme par exemple le petit capteur qui permet au téléphone de savoir si vous le portez contre l’oreille ou pas : on décroche, on met le téléphone à l’oreille, et hop, l’écran s’éteint, économisant la batterie mais surtout évitant toute fausse manoeuvre. Dès qu’on l’éloigne de l’oreille, il se rallume instantanément, affichant les commandes les plus utiles, ainsi que la possibilité de faire apparaître le clavier numérique. C’est vraiment bien pensé, rapide et efficace.
Ajoutons un grand bravo à Nokia pour avoir proposé autant de modes de saisie : un classique clavier numérique/T9, un azerty full screen (qui se met forcément en mode paysage), mais aussi une petite palette-clavier azerty aux touches minuscules mais finalement bien pensées puisque j’ai pu l’utiliser en marchant avec mes gros doigts sans trop d’erreurs, mais encore une reconnaissance de caractères tracés au stylet, à la façon de ce que Palm proposait jusqu’à maintenant (pas sûr que ce soit conservé sur le Pré). On a vraiment le choix, et ça fait plaisir!
Ce qui m’a aussi plu est de retrouver une page Home, avec des liens vers les applications de son choix et les prochains événements du calendrier, chose présente depuis bien longtemps sur Windows Mobile, mais on connaît la lourdeur de cette plateforme, et chose manquante sur l’iPhone.

Test Nokia 5800 Xpress Music

Téléphonie
Bon, puisqu’on parle de téléphoner, parlons de la partie primordiale du téléphone : sa qualité en téléphonie. C’est sur ce point qu’on se rend compte que Nokia a un glorieux passé de constructeur de téléphones. De tous les téléphones que j’ai eu l’occasion de tester, c’est celui qui a la meilleure réception réseau, et l’une des meilleures qualité d’écoute (les téléphones B&O sont à peine mieux). C’est un vrai régal de l’utiliser, et, chose extraordinaire, cela est aussi valable en mode mains libres sur haut parleur grâce aux puissants (c’est relatif…) haut parleurs intégrés. Un vrai sans faute! Notons tout de même qu’on a rien sans rien : après vérification, le DAS de ce téléphone est à 0,9, alors que beaucoup de téléphones que j’ai eu et qui avaient une réception moins bonne étaient à 0,6. Vous profiterez donc d’une superbe qualité de téléphonie, mais vous mourrez peut-être avant ceux qui n’entendent rien (quoique, la seconde catégorie s’acharnant à rappeler, pas sûr que mon ordre soit exact).
Par ailleurs, notons que, comme tout téléphone, il n’y a aucun reproche à faire à la très classique partie SMS, à part que son usage est facilité par tous les modes de saisie possibles.
Côté e-mails, c’est aussi du très bon : il peut fonctionner en Push, mais seulement avec un compte Exchange (dommage), mais avec une de réception mails jusqu’à un intervalle de seulement 5 minutes, on peut partir tranquille. Encore une fois, les différents modes de saisie sont un vrai atout de ce téléphone lorsqu’il s’agit de rédiger un peu de texte.

Test Nokia 5800 Xpress Music

Photo
Autant vous le dire tout de suite, sur ce point, le Nokia 5800 est vraiment décevant! La qualité des photos nous renvoie au début des photos sur mobile à partir du moment où la luminosité n’est pas idéale, avec une balance des blancs approximative et un bruit omniprésent. Ce n’est qu’en plein jour en extérieur qu’il donnait à peu près satisfaction… Dommage, c’est vraiment mal exploiter le capteur intégré de 3,2MP. Espérons que la v21 a amélioré les choses, comme Nokia le dit dans la release note, mais on part de loin…
Tiens, je n’ai pas fait attention à la qualité vidéo… Ça n’avait pas l’air très folichon non plus, mais plus dans la moyenne…

Test Nokia 5800 Xpress Music lecteur mp3

Musique
Le marketing a choisi de l’appeler Xpress Music… Il faut donc qu’il assure côté lecture audio ce petit jouet. Et c’est un bon lecteur audio qui est proposé, lisant la majorité des formats audio (MP3, AAC, WMA… pas l’Apple Lossless, dommage mais pas grave pour un téléphone) avec une interface simple et plaisante, bien pensée pour le tactile. L’affichage des jaquettes d’album fonctionne bien, mais pas sur mes titres AAC iTunes. Dommage. Côté son, c’est la fête, avec une très bonne qualité d’écoute aussi bien sur la sortie audio (jack 3,5mm, merci d’y avoir pensé) que sur les hauts parleurs intégrés, qui sont vraiment étonnants.

Test Nokia 5800 Xpress Music

GPS
Ce petit Nokia dispose d’un GPS intégré, et, miracle, d’un petit logiciel (Nokia Maps) qui vous permet de l’exploiter tranquillement sans avoir besoin d’un gros forfait data, tout simplement parce que les cartes peuvent être téléchargées « en dur » dans le mobile. Pour la navigation par contre, il faut payer l’option chez Nokia, dommage. Notons tout de même que Garmin Mobile XT existe pour ce téléphone, vous offrant une solution de navigation complète et vraiment bien faite. Côté accroche des satellites, c’est très rapide si vous pouvez consommer un peu de data et opter pour le mode assisté, et il peut mettre plus de 5min à afficher la position si vous voulez vous passer de data. Un peu long, mais pas vraiment pire qu’un GPS autonome.

Test Nokia 5800 Xpress Music

Internet
Bonne surprise, le navigateur internet du Nokia 5800 est vraiment correct. Pas encore au niveau de celui d’un iPhone, il s’en rapproche pourtant pas mal, avec un zoom des pages efficace, et un double clic pour zoomer, sauf qu’ici il lui arrive souvent de zoomer « de travers » (comprenez par là qu’il ne zoome pas exactement la zone qu’on aurait voulu, c’est soit un peu trop, soit juste pas assez…), là où un iPhone est plus constant… Mais c’est vraiment très utilisable, et le fait qu’il soit wifi ajoute au confort d’utilisation.

Test Nokia 5800 Xpress Music review

Autonomie
L’autonomie de ce téléphone est presque correcte, mais pour un téléphone à grand écran tactile, à partir du moment où vous l’utilisez pour téléphoner : avec quelques coups de fils pas trop longs par jour et peu d’utilisation du wifi, vous devrez pouvoir tenir deux jours sans recharger… Mais à partir du moment où vous téléphonez beaucoup et faites un usage intensif du wifi, pensez à le recharger tous les soirs.
Je ne parle pas du GPS, et pour cause : sans surprise, en utilisation continue dans la poche de veste et en vélib (histoire de disposer en permanence de son positionnement sur sa fière monture), il videra très vite sa batterie, tenant quelques heures seulement.

Test Nokia 5800 Xpress Music

Conclusion
Si vous vous faites à son design, et que vous pouvez fermer les yeux sur la partie photo décevante, ce téléphone est vraiment une réussite. Il vous permet de profiter de tous les avantages d’un téléphone moderne sans se baser à 100% sur une connectivité permanente : vous pourrez utiliser l’application cartes, et donc le GPS sans être connecté au réseau : c’est un vrai plus par rapport à un iPhone qui n’est exploitable qu’avec un bon forfait data. Vous disposerez en plus d’une superbe qualité de conversation. En gros, ce 5800, c’est un smartphone pour les petits forfaits. Ça tombe bien puisqu’il est vraiment abordable, proposé par les différents opérateurs à quelques dizaines d’euros, même avec les plus petits forfaits. Pour ma part, si Nokia propose le même mais en plus fin (je suis prêt à faire l’impasse sur les hauts parleurs intégrés pour cela), avec une partie photo un peu améliorée et une finition un peu plus qualitative, ce sera vraiment le téléphone de mes rêves, moi qui n’ai pas envie de mettre des fortunes dans mon forfait téléphonie.

+ Fonctionnalités (Wifi, BT, GPS, 3G, tout y est)
+ OS symbian simple, réactif et ouvert, il existe déjà pas mal d’applications compatibles touch
+ Qualité de la partie téléphonie
+ Qualité du haut parleur intégré
+ Pack ultra complet
+ Nombreux modes de saisie
+ Application GPS pouvant se passer de connexion réseau (par ailleurs il est possible d’installer un soft GPS complet et à la qualité prouvée sur ce téléphone : Garmin Mobile XT)
+ Lecteur MP3 bien fait, son de qualité

– Matériaux et finition
– Appareil photo à revoir
– Un peu épais
– Ecran manquant de luminosité en plein soleil (ça reste un bon écran tout de même)
– L’interface Symbian pourrait être un peu rafraîchie niveau look…

Test Nokia 5800 Xpress Music support incliné
Le petit support incliné vous permettra de lire confortablement d’excellentes recettes de cuisine!

[adfever type= »product » value= »6388536″]