Runcible : le mobile, montre de gousset du 21ème siècle

Runcible : le mobile, montre de gousset du 21ème siècle

On le promène dans la poche et on y jette un coup d’oeil de temps en temps, de notification en notification… Vu comme ça, notre attitude avec un téléphone mobile se rapproche du geste qu’avaient nos ancêtres pour lire l’heure sur leur montre de gousset. Etonnant qu’il ait fallu attendre 2015 et la tendance montante de porter de la technologie au poignet pour qu’un designer traite comme il se doit cette analogie en proposant un nouveau concept de téléphone haut de gamme. Le Runcible est un « smartphone » complètement rond, histoire de pousser au maximum l’analogie avec la montre de poche. Imaginé par des anciens de Sony et d’Apple qui ont fondé Monohm, ce téléphone est minimaliste puisqu’il ne permet pas de faire tourner des applications. Une manière de dire que de toute façon, il n’y aurait jamais eu assez de développeurs attirés par la création d’applications adaptées à son écran rond. Au lieu de cela, Monohm travaille sur des applications décalées, comme un appareil photo qui nécessite de tourner le téléphone pour régler la mise au point (mais alors comment profiter de la pleine résolution du capteur ?), ou un GPS qui n’afficherait qu’une sorte de boussole vous guidant vers la destination choisie et vous faisant remarquer les beaux points de vue environnants… Tout l’inverse d’un téléphone utilitaire en somme. Gros paris de la part des créateurs de ce smartphone hors catégorie. En plus d’être dépourvu d’apps, il ciblera le haut de gamme, avec des composants interchangeables pour le mettre à jour sans changer sa carrosserie… A part le panneau arrière qui se change pour différentes finition, de bois...
[Test Bluetooth] T7, la mini enceinte B&W face à la Beoplay A2

[Test Bluetooth] T7, la mini enceinte B&W face à la Beoplay A2

Après le test de la petite enceinte bluetooth de Beoplay, la A2, il fallait que je teste la concurrente frontale : la T7, de Bowers & Wilkins. C’est chose faite, et puisque les deux enceintes ont cohabité chez moi, autant les comparer. Design On avait goûté à l’originalité du style et des couleurs avec la Beoplay, nous savourons désormais une toute autre saveur : la rigueur du parallélépipède disponible uniquement en noir. Un parallélépipède monochrome, un jeu ultra réduit de touches qui prennent la forme de leur fonction, une finition plastique au doucher doux… B&W n’a pas été très inspiré pour cette enceinte bluetooth et reste à fond dans les codes de la Jambox de Jawbone, précurseur signé Yves Béhar. Au moins, ça reste ultra simple et compact, sans fioritures inutiles. Et avec son volume ultra compact, la T7 saura se faire complètement oublier visuellement là où d’autres se feront remarquer. Une histoire de philosophie du style. B&W n’a pas pu s’empêcher de placer sur son T7 un élément de design audiophile… Par design audiophile, comprenez un élément qui se voit bien, qui est sensé avoir une raison d’être acoustique, mais qui en fait est complètement inutile. Après les petits creux façon balle de golf dans les évents bas reflex, ils ont imaginé un système de structure en nid d’abeille pour « suspendre » l’enceinte dans son cadre et donc éviter toute vibration… Sur le plan du style, ça donne un petit look sympa à l’enceinte (ça me rappelle mes Reebok Cell des années 90!), par contre sur le plan pratique, on peut être sûr que ça ne sert à rien...
Gablys : un tag antiperte d’objet, un de plus, mais avec une formule un peu différente

Gablys : un tag antiperte d’objet, un de plus, mais avec une formule un peu différente

Il y a un truc étrange avec les sites de crowdfunding : il arrive toujours un moment où un petit « tag » bluetooth permettant de repérer ses objets gagne beaucoup d’argent. En général, une fois l’argent récolté, on n’en entend plus trop parler (bon, j »exagère pour certains). Pourtant le concept n’est pas très compliqué (un émetteur Bluetooth LE et le tour est joué, aussi simple qu’un iBeacon !) Alors pourquoi vous parler aujourd’hui de Gablys, une nouvelle campagne de crowdfunding pour un gadget permettant de retrouver ses objets perdus? Parce qu’avec un capteur et quelques détails, le Gablys en fait plus que les autres. Petit florilège des initiatives de financement participatives ayant toutes pour but la même chose ou presque : Il y a eu XY : 4091 financeurs, 205121$ récoltés, mais aussi Find, et Find V2 (tant qu’à faire, autant faire deux campagnes) : 914 financeurs, 47440$ récoltés pour ce dernier… Tous étaient un peu pareils : de simples balises Bluetooth Low Energy. Si vous les cherchez, l’app associée peut les faire sonner, et un mode perdu vous affiche la dernière localisation où le téléphone était à proximité de la balise. Dernier mode de fonctionnement, dit actif : la balise sonne si votre iPhone s’éloigne d’elle. L’un des plus connus : le Tile, qui a carrément explosé les compteurs (avec un look étrangement similaire au Find…) : 2,6 million de dollars récoltés, et sûrement le plus malin de tous : ultra compact, il utilise le réseau des possesseurs de l’app pour chercher un objet perdu, réglant ainsi l’un des gros problèmes du bluetooth : la faible portée. Il suffit...
[mini test] Macally PCRim : une protection iPhone 5c, c’est rare

[mini test] Macally PCRim : une protection iPhone 5c, c’est rare

Petit test rapide (mais après plusieurs semaines dans la poche) d’une coque de protection iPhone… Suis-je devenu fou? Non, on teste vraiment n’importe quoi sur diisign, et des coques, ou plutôt dans le cas présent des bumpers (ou cadres) pour iPhone 5c, il n’y en a vraiment pas beaucoup sur le marché, alors autant parle de cette espèce rare. Au niveau design, rien de plus simple : le PCRim est un cadre en plastique rigide transparent qui fait le tour de votre iPhone 5c. Pour le fermer, un petit clip avec le nom du constructeur se place en bas à droite, et, détail sympa : il est fourni en 5 couleurs, argenté, noir, jaune, vert et rose. Seul souci : alors que le rose et le jaune sont quasiment ceux des iPhone, le vert est assez différent, et pas de bleu coordonné. Dommage. Pour compenser l’épaisseur assez forte de ce « bumper », les boutons poussoir (volume et on/off) sont doublés par des boutons sur la coque. Pratique pour conserver leur usage sans entrave, mais la forme des boutons en « lame » les transforme assez vite en attrape poussières (et autres peluches en tout genre qui traînent dans vos poches) Le bouton de vibreur est lui délaissé, et il devient plus difficile d’accès. Les ports restent accessibles : lightning ou casque n’ont pas posé de problème avec mes différents câbles. A l’usage, il faut bien l’avouer, ce bumper grossit pas mal l’iPhone 5c dans son look et sa prise en main. J’aurai préféré un bumper un peu plus fin, dans un matériau un peu plus souple. Mais le...
Connecteurs mobile : l’union européenne cherche à standardiser, inutile?

Connecteurs mobile : l’union européenne cherche à standardiser, inutile?

Et voilà, nos législateurs européens ont une fois de plus accouché d’une règlementation qui a tout l’air d’être rétrograde, en voulant généraliser une prise standard à l’horizon… 2017. Dans leur lutte quotidienne pour l’uniformisation, certains députés européens se sont attaqués au vaste problème du chargeur d’appareils mobiles. C’est bien, mais c’est sûrement trop tard. Pourquoi? Parce que cette réflexion a commencé à réfléchir à l’époque où les chargeurs étaient presque tous différents, et que le câble était solidaire du chargeur. Parce qu’aujourd’hui ce n’est plus le cas, et qu’on peut charger presque n’importe quel appareil mobile avec n’importe quel chargeur, il suffit d’un chargeur USB assez puissant, et du câble qui va bien. Parce qu’il n’existe désormais quasiment plus que 2 types de connecteurs sur les appareils mobiles (à part quelques exceptions comme la Surface 2) : micro USB chez tout le monde, et Lightning chez Apple. Donc avec un seul chargeur et deux câbles, vous chargez presque tout mobile récent. Parce que depuis le Lightning, le micro USB paraît totalement dépassé : plus fragile, faisant moins bien le lien physique avec le téléphone, et surtout pas réversible… Les constructeurs développent un successeur au micro USB qui reprendrait les avantages du Lightning (tout en contournant les brevets Apple). Heureusement qu’Apple ne s’est pas limité à un standard pour continuer à améliorer l’ergonomie des connecteurs! Parce que la recharge sans fil progresse, disponible en accessoire quand elle n’est pas directement intégrée aux téléphones, exemple avec le tout dernier [attach] Wireless Charging Set de Spec Computer, un kit qui peut se glisser sous certaines coques iPhone et qui ne coûte que...