Ressence Type 2 : la montre automatique connectée

Ressence Type 2 : la montre automatique connectée

Quand Ressence sort une montre, on en parle, et pas seulement car une sortie d’un nouveau modèle est déjà un évènement pour cette petite manufacture, mais surtout parce qu’à chaque fois ils placent la barre très haut avec des innovations exclusives, intelligentes et souvent très visuelles. Alors après la Type 1, la Type 3 et la Type 5, voici la type 2. En apparence très proche de ses grandes soeurs, la type 2 cache un système connecté qui a pour unique vocation de régler l’heure via smartphone, et donc de permettre un changement de fuseau horaire automatique, mais surtout de pouvoir disposer de votre belle montre mécanique à la bonne heure, même si vous ne l’avez pas portée depuis des jours, et donc que sa réserve de marche est vide. Ça vous paraît un peu trop simple ? Et bien sachez que ce système connecté est le premier de l’histoire à s’alimenter uniquement via les mouvements du poignet. Et même si la montre est immobile, une dizaine de capteurs solaires sobrement dissimulés derrière autant de micro volets permet de conserver sa charge, les micro-volets (situés autour de l’aiguille de mode) s’ouvrant si besoin comme par magie. Cette Ressence est peut-être la première représentante d’une nouvelle génération de montres connectées assez sobres pour ne plus avoir à les recharger : plus précisément, le système électromécanique ne consomme que 1,8 joules par jour. Pour changer de mode, aucun bouton, et plus de couronne visible : il suffit de taper sur le cadran de la Type 2. Et si tout cela est trop technologique pour vous, vous pouvez vous passer de tout...
[Prise en main]  Land Rover Discovery Sport 150 TD4 SE

[Prise en main] Land Rover Discovery Sport 150 TD4 SE

A la faveur d’un surclassement chez Hertz, j’ai eu l’occasion de prendre en main le Discovery Sport en finition assez basique sur les routes d’Italie. L’occasion de découvrir ce que vaut un Land Rover d’entrée de gamme. Alors autant vous dire que si j’apprécie beaucoup la ligne extérieure du « Disco Sport », je dois dire qu’à l’intérieur, c’est la déception complète, surtout dans cette finition plastique d’entrée de gamme. Rien ne fait haut de gamme dans la présentation (mention spéciale aux commandes de lèves-vitres en haut de portière), à part peut-être la molette de sélection de la boîte automatique mais qui nage dans un océan de plastiques peu qualitatifs, ou les notes de simili cuir sur la planche de bord. La finition est correcte mais pas non plus à un niveau qui pardonnerait le tarif frôlant les 40000€. A ce prix, on aurait aussi aimé un coffre qui ne vibre pas quand on le claque ou quelques éléments de modernité comme un affichage tête haute, hélas proposé uniquement en option à plus de 1300€. Côté système multimédia, on est aussi très loin des standards modernes, avec des lenteurs dans l’utilisation du GPS et des visuels d’un autre âge. Seule la sono monte un peu le niveau, mais pas de quoi justifier le tarif de l’engin (en même temps, vous connaissez une voiture qui se vend grâce à la qualité de sa sono, vous?) Côté conduite, c’est typé confort, les trains roulants offrent un toucher de route plutôt onctueux, dans la douceur, et forcément une fois sur une route tortueuse, oubliez la conduite sportive : le roulis est bien présent, le...
Nokia joue à l’idiot en supprimant la fonction phare de sa balance connectée

Nokia joue à l’idiot en supprimant la fonction phare de sa balance connectée

Imaginez qu’Apple supprime la 4G de sa dernière Apple Watch cellulaire via une mise à jour obligatoire impossible à contourner. Une fonction pour laquelle vous avez acheté la Watch la plus chère. C’est exactement ce qu’est en train de faire Nokia avec une mise à jour qui désactivera la fonction phare de sa dernière balance connectée le 24 janvier. Le pire, c’est que Nokia aurait sûrement pu faire autrement. Le 24 janvier, les balances Body Cardio de Nokia recevront une mise à jour désactivant la seule fonction qui vous avait fait dépenser 50€ de plus que la version Body+, plus simple (150€ contre seulement 100€ pour la Body+). A l’époque de notre test, on saluait la fonction de calcul de vitesse d’onde de pouls, qui offrait une évaluation semblant assez pertinente de la santé de vos artères avec un paramètre qui ne se trouve qu’en hôpital après une longue mesure. Parmi toutes les balances connectées, c’était LA grande différence de la Body Cardio. Que propose Nokia en dédommagement? Simplement un bon d’achat de 30€! Un peu léger non? Aujourd’hui, il semble que ce soit sous la contrainte de la FDA, qui s’occupe de valider les dispositifs médicaux aux Etats Unis, que Nokia choisit de supprimer la fonction qui a fait vendre sa balance. Décision qui semble idiote car déjà, les utilisateurs européens ne sont pas soumis à la FDA mais au marquage CE. Idem pour les utilisateurs asiatiques. Nokia préfère décevoir le monde entier plutôt qu’une zone géographique. Ensuite, cette fonction a été développée avec une équipe de cardiologues spécialisés, selon les normes des tests médicaux, mais n’a jamais...
[CES 18] Les grands écrans deviennent discrets

[CES 18] Les grands écrans deviennent discrets

Au CES 2018, l’une des grandes tendances qu’on a pu repérer, c’est que des solutions techniques sont là pour apporter une grande, voire une énorme image chez vous, mais sans être handicapé par l’effet « dalle noire ». La solution la plus extrême, mais qui ne règle pas le problème de l’écran noir une fois éteint, c’est la TV the Wall de Samsung : cet écran peut couvrir tout un mur, car il est composé de « briques » aux bordures ultrafines. Plutôt dédié à des usages professionnels dans sa version actuelle, c’est un concept qu’on imagine devenir accessible au grand public dans quelques années, pour moduler sa TV au gré de ses envies, ou pour couvrir un mur entier. Trop visible pour vous? La solution la plus portable, c’est LG qui la proposera bientôt dans nos rayons avec un vidéo projecteur ultracourte focale (le HU80K) particulièrement bien pensé. Passons sur sa fiche technique qui semble cocher à peu près toutes les cases nécessaires : 4K HDR, luminosité de 2500 lumen qui permet d’y voir quelque chose dans une pièce pas forcément complètement noire et d’atteindre 150 pouces de diagonale… Le point fort c’est sa forme bien parallélépipédique qui permet de le poser couché ou à la verticale, et de projeter au mur ou au plafond en jouant avec le miroir articulé au sommet. Et avec une poignée de transport, il est vraiment fait pour se balader d’une pièce à l’autre. La seule inconnue reste son prix, qui risque d’être encore un peu élevé étant donné sa fiche technique. Enfin, la TV à laquelle je rêve depuis que j’ai entendu parler des écrans...
[L’objet à ne pas acheter] des piles IKEA Plattboj ou Alkalisk

[L’objet à ne pas acheter] des piles IKEA Plattboj ou Alkalisk

IKEA, c’est bien pour les meubles en poussière de bois noble qu’on espère issu de forêts gérées durablement (mais bon, à priori ce n’est pas trop le cas, cf Elise Lucet), et depuis peu c’est pas mal du tout pour la lumière connectée. Par contre, Noël approchant, avec ses besoins de piles et batteries en tout genre pour équiper les nouveaux gadgets, évitez absolument d’acheter des piles chez eux, c’est une arnaque et une honte écologique. En me baladant dans les allées, je tombe sur un pack de 8 piles CR2032 (les piles boutons qui équipent pas mal de gadgets, comme ma balance de cuisine, les trackers Misfit Shine ou mes badges MyFox/Somfy). Proposé à 2,49€, je sens la pile de pas très bonne qualité, mais je me dit qu’IKEA n’ose quand même pas vendre de la vraie merde sous son nom. Je vérifie que la date de péremption est très lointaine (2019, ça me laisse du temps) pour éviter de tomber sur un vieux paquet qui a traîné trop longtemps en rayon, et je rentre chez moi avec le sentiment d’avoir fait une bonne affaire. Et bien en fait non, les piles IKEA, c’est de la vraie merde : que ce soit dans un tracker Shine, dans un badge Somfy ou dans une balance, c’est à dire des objets à très faible consommation, ces piles ne tiennent pas plus d’une semaine! Belle arnaque. Le pire, c’est que des usines tournent à plein régime pour fabriquer ces horreurs qui finiront à la poubelle avant d’avoir pu être utiles. Bravo pour l’impact écologique, IKEA favorise les usines à déchet. Alors...