[test] Casa do Amarelindo : une petite perle d’hospitalité à Salvador de Bahia

[test] Casa do Amarelindo : une petite perle d’hospitalité à Salvador de Bahia

Suite de notre trip estival au Brésil. On quitte Rio pour l’ancienne capitale du Brésil, et plus particulièrement son quartier historique rénové, le Pelourinho (« petit pilori » là où esclaves étaient punis). En y allant à la veille de la saint Jean, c’est sous des habits de fête que toutes les rues s’étaient parées, donnant une atmosphère particulièrement irréelle à ce quartier inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Vous l’aurez sûrement remarqué, chez diisign on cherche des hôtels bien situés. Une fois encore, difficile de trouver mieux, puisque le Casa do Amarelindo se trouve en plein milieu du Pelourinho, sur l’une des petites artères piétonnes principales où s’étalent les vendeurs de rue, et à 200 mètres à peine de l’église d’or, merveille de la ville. Tout est à portée de marche, ou presque. Côté chambres, c’est Byzance, avec pour notre chambre Deluxe le plus grand lit dans lequel j’ai jamais dormi (presque 3 mètres de large sur 2m de long… SuperKingSize selon la description de l’hôtel), de l’espace, un balcon donnant sur la ville basse, l’ancienne faculté de médecine où la végétation tente de regagner ses droits, et la Baie de tous les Saints. En étage, une piscine vous permettra d’admirer cette vue assez spéciale sur le port (buildings modernes rongés par les éléments, porte containers au loin… Atmosphère totalement dépaysante, et complètement opposée à l’image plus lisse du quartier historique. La salle de bain simple mais spacieuse est dotée de tout ce qu’il faut… A part peut-être d’une baignoire, mais on a réussi à s’en passer grâce aux multiples fonctions de la large douche ! Le petit...
[test] Ipanema Inn+Quiteria, un hôtel cosy et une délicieuse table à Rio

[test] Ipanema Inn+Quiteria, un hôtel cosy et une délicieuse table à Rio

Second hôtel que nous avons testé à Rio, appartenant aussi au Grupo Arpoador, l’Ipanema Inn est comme son nom l’indique situé à Ipanema. Contrairement à l’Arpoador, une centaine de mètres le sépare de la plage, donc vous ne profiterez pas d’une vue à couper le souffle, mais il a d’autres charmes à offrir… Revue de détails à quelques heures de l’ouverture des jeux olympiques. L’adresse ne semble pas aussi incroyable que pour l’Arpoador ? Peut-être, mais la situation de l’Ipanema Inn est tout de même enviable : en plein cœur d’Ipanema, vous avez la plage à un bloc, et la très commercante Rua Visconde de Pirajá à quelques metres à l’opposé. Les fanas de surfwear/beachwear apprécieront que le flagship Osklen Praya soit à peine de l’autre côté de la rue. Du côté des chambres, la décoration est toute fraîche, avec des notes claires, une touche de bois clair qui lui donne un look cosy, pas de frigo qui fait du bruit, et une salle de douche simple au look très actuel. L’insonorisation est très bonne, la literie de qualité et les rideau occultants efficaces : on dort très bien à l’Ipanema. Côté petit déjeuner, le choix est vaste, et la cuisine vous réserve des « suggestions du jour » chaque jour si vous souhaitez varier les plaisirs chauds sucrés ou salés. Un vrai plus rarement proposé au petit déjeuner. Mais la cuisine ne s’illustre pas qu’au petit déjeuner… La plus grande (bonne) surprise de l’Ipanema Inn aura été son restaurant, Quiteria. Animé par le chef argentin Chef Christian Garcia, la cuisine bien visible depuis toutes les tables fait le...
[test] Arpoador Inn : un coin de paradis à Rio

[test] Arpoador Inn : un coin de paradis à Rio

Rio. Rien que le nom vous transporte. Avant le tumulte des Jeux Olympiques, on a cherché le meilleur hôtel pour être au meilleur endroit, face à la mer, sur Ipanema ou Copacabana. On a trouvé deux hôtels pour vivre pleinement Rio, on commence par l’Arpoador Inn. A l’Arpoador Inn, le truc qui fait la différence, c’est la situation de l’hôtel : au bout de la plage d’Ipanema, sur la pointe d’Arpoador, la route qui longe la plage d’enfonce vers les terres, et laisse place à une petite promenade piétonne. C’est le seul endroit de toute la plage où les habitations sont au plus proche de la plage, et ça change tout. L’expérience unique, c’est de prendre son petit déjeuner avec la vue sublime sur la mer, l’alignement des immeubles sur Ipanema, et au loin, les « deux frères », un paysage de carte postale dot on peu profiter dans les larges baies vitrées du restaurant ou directement en terrasse, au calme, sur la promenade piétonne où les Cariocas passent pour leu footing matinal. Ajoutez à cela la qualité des fruits frais : mangues, fruits de la passion, melons, pastèques… Et puis des jus de fruits variés, avec en bonus du jus de Guarana, et vous aurez vite atteint votre quota de 5 fruits et légumes par jour dès le petit déjeuner. On peut dire que c’est plus facile d’avoir une vie saine avec ce genre de produits, et des kilomètres de plage pour faire son footing. Mais si vous êtes un insatiable gourmand, il y a aussi de délicieuses pâtisseries ou du Dolce de Leite (la confiture de lait, un classique...
[test] Angsana Bintan, j’ai testé le plan week end des Singapouriens

[test] Angsana Bintan, j’ai testé le plan week end des Singapouriens

Bintan, une île indonésienne en face de Singapour, offre ses charmes aux voyageurs de passage, mais surtout aux Singapouriens en mal de plage… A l’occasion d’un périple asiatique (lire mon test photo Birman), il me fallait un stop pour du repos complet. Et j’ai été servi… Bintan, c’est une île un peu étrange : pas la peine d’avoir un visa indonésien si vous venez de Singapour, pas la peine de prendre un avion (c’était l’un de mes arguments pour choisir Bintan après avoir enchaîné pas mal de vols). Vous prenez le ferry dans le tout petit terminal de Tanah Merah (à 10 minutes de l’aéroport en taxi, si comme moi vous venez d’atterrir à Changi), et une fois vos bagages enregistrés, vous prenez place dans une navette à touriste du genre catamaran rapide, qui vous conduit plus au Sud, par une mer étrange car totalement dépourvue de la moindre vague. Je ne sais pas si c’est toute l’année comme ça, mais si vous êtes malades en mer, vous pourrez prendre ce ferry les yeux fermés, ça tangue moins qu’un bus sur l’autoroute. Arrivés « en face », un petit passage aux douanes dans le terminal de Bintan, et ‘encadrement à l’asiatique commence : du personnel est là pour vous faire attendre dans de minuscules « salons » aux couleurs des hôtels, histoire de prendre les navettes des hôtels… Ca sent l’industrie hôtelière calibrée, et c’est bien ça. Mentalité asiatique du zéro surprise. On dit souvent que Singapour, c’est la Suisse d’Asie pour la propreté hallucinante de ses rues (obtenue il est vrai grâce à des amendes un peu élevées et une interdiction totale du chewing...
[test] Sofitel So Singapore : luxe frenchy dans la cité jardin

[test] Sofitel So Singapore : luxe frenchy dans la cité jardin

Notre dernier passage à Singapour datait de 2011 (voir ici ou là ou encore là)… Une éternité pour cette ville au développement hyperactif. Pensez-donc, à l’époque, le jardin botanique Gardens by the bay, l’une des premières attractions touristique de ce minuscule état, était à peine en travaux, et la ville ne revendiquait pas encore le titre de cité jardin. A l’occasion d’un nouveau voyage, on vous emmène à la découverte d’un nouveau petit joyau de l’hôtellerie caché au milieu des tours du business district. S’il y a un endroit où j’adore manger à Singapour, c’est bien le Lau Pa Sat : un « hawker center » ouvert, regroupant des dizaines de stands de nourriture très variés, abrité sous une structure en fer forgé. La mode singapourienne consistant à moderniser tous les lieux historiques est bien passée par là, et l’ambiance est un peu plus clean qu’avant, mais le principal est resté : l’atmosphère un peu suranné et l’effervescence en soirée lorsque les stands de saté investissent Boon Tat Street, la rue devenue piétonne juste devant. Pourquoi je vous parle de tout ca ? Parce que de l’autre côté de cette rue piétonne, juste en face, se trouve le Sofitel So. Autant dire que si vous avez une petite faim, vous êtes biens situés ! Ce qui étonne de prime abord en arrivant au Sofitel So Singapore, c’est la hauteur raisonnable de l’immeuble : le bâtiment est historique (mais comme tout bâtiment historique à Singapour, on dirait qu’il est neuf tant les rénovations sont méticuleuses…), bâti en 1927 par la première compagnie d’architecture de la ville, Swan & Maclaren et abritait un...