Trapesi : la table bistrot qui pense aux sacs

Trapesi : la table bistrot qui pense aux sacs

Phebos Xenakis, un jeune designer belges (aux origines grecques, comme son nom l’indique) a remporté la médaille d’argent au European Product design Award avec une table bistrot qui propose enfin une solution élégante pour les sacs. L’idée est très simple, puisque la structure centrale qui lie le plateau avec les pieds présente à chaque coin une encoche pour accrocher facilement un sac. Et le problème du sac à main dans les bars est réglé avec efficacité et sobriété, en offrant en plus le choix du côté où suspendre son sac. Cette structure est en acier recouvert de polyuréthane, ce qui permet d’éviter le contact du sac avec une structure trop rigide qui risquerait de l’abimer. La construction est aussi pensée de façon durable : avec sa construction, il est facile de remplacer un pied cassé ou un plateau fatigué plutôt que de changer toute la...
Viride par Goula/Figuera : la plante comme objet de déco

Viride par Goula/Figuera : la plante comme objet de déco

On connaissait le Pot de Parrot qui arrose vos fleurs tout seul, on connaissait aussi les systèmes pour créer des jardins d’appartement dotés d’arrosage et de lumière. Mais ces objets restaient dans les codes du pot de fleur, du jardinage… Avec Viride, le studio barcelonais Goula/Figuera va beaucoup plus loin en mettant le végétal dans une contextualisation complètement différente. Ce qui n’est pour le moment qu’un concept n’a rien d’irréalisable et est déjà présenté comme une gamme complète de trois objets végétalisés, du Viride Dos, un pot large doté de deux sources de lumière et d’un Brumisateur, assez conforme à ce qu’on peut déjà rencontrer dans les boutiques de jardinage, mais doté d’un système de rotation pour que toutes les plantes disposent d’eau et de lumière, jusqu’à l’imposant Viride Uno qui compte un unique panneau d’illumination LED et un simple support pour une plante ne nécessitant pas d’eau comme un Tillandsia ou un cactus, et qui ressemble au final plus à un lampadaire auquel on aurait greffé un peu de verdure, en passant par le Viride Tres, doté de trois sources lumineuses à différentes hauteur et d’un pot tournant pour innonder la plante de lumière. Lumière et arrosage sont évidemment programmables, pour ne plus oublier ses plantes. Entre objet de déco, oeuvre d’art, lampe ou pot de fleur, ces objets répondent de façon très contemporaine au besoin de vivre avec des plantes sans sacrifier à une esthétique minimaliste...
[test] Nouvelle Smart Fortwo Electric Drive : la vraie Smart

[test] Nouvelle Smart Fortwo Electric Drive : la vraie Smart

En 1994, Nicolas Hayek, PDG de Swatch, a fait un rêve : une petite citadine deux places complètement électrique. Le projet Smart, lancé avec le groupe Daimler, se heurte hélas à la réalité. Pas d’électrique, et des mentalités qui confinent longtemps la microcitadine à un marché de niche, dans un monde qui n’a pas encore compris qu’on peut être heureux avec une petite voiture. En 2017, après 3 générations assez confidentielles de Smart Electric Drive, le rêve de Nicolas Hayek semble prendre forme. Design Pour le design, rien, absolument rien ne caractérise la Smart ED de la Smart thermique (lire le test de la version cabrio ici), à part 2 stickers Electric Drive à l’avant et à l’arrière, et les logos ED sur les flancs. Sinon, vous pouvez relire notre test du cabrio, cette Smart est celle que vous croisez déjà dans les rues, le bruit et la pollution en moins. A l’extérieur, on adore toujours le concept ultra compact, le look bicolore, les belles petites jantes, et on aime toujours moins le capot proéminent « compatible choc piéton ». Si vous voulez vous démarquer, outre le programme Brabus Tailor Made qui fera de votre Smart un modèle unique personnalisé à la main, mais qui est aussi disponible en version thermique, il y a le pack Design electric drive qui vous offre une cellule tridion en couleur vert métallisé, pour que votre fibre écologique se voit de (très) loin. A l’intérieur, l’habitabilité est la même que sur les versions thermiques : l’intégration de la chaîne de traction électrique se fait de façon totalement transparente, comme à l’extérieur. On aime toujours autant...
FOBO : Normal Studio réenchante la bouteille consignée pour Heineken

FOBO : Normal Studio réenchante la bouteille consignée pour Heineken

En France, on avait un peu perdu de vue la consigne des bouteilles. Mais suite au renforcement des lois sur la valorisation des déchets, les bouteilles consignées ont désormais le vent en poupe, principalement dans les restaurants, cafés et bars. Et quand en plus c’est Normal Studio qui dessine la bouteille FOBO (Forwardable Bottle) en ajoutant une surprise, l’écologie devient fun Rien de plus simple qu’une bouteille de Heineken ? FOBO, c’est une bouteille encore plus simple que d’habitude, puisqu’il n’y a plus aucune étiquette en papier (mais encore des étiquettes plastique transparentes qui doivent tenir plus longtemps). Grande étoile au centre, logo Heineken sur le bas en version oversize, la FoBo a des airs de Sub. La bouteille est accompagnée de la FOBO Station : une caisse de consigne en bois au look épuré, là encore signé Normal Studio. De quoi faire passer les caisses de consigne dans la déco des bars et restaurants qui serviront FOBO. Là où la bouteille FOBO cache une trouvaille, c’est dans son code unique sur son flanc : une fois qu’on passe sur le site FOBO, on peut inscrire un message lié à cette bouteille. Et donc les messages s’ajoutent au fil des vies de cette bouteille… Une façon poétique de matérialiser le recyclage, c’est beau, c’est fun et du coup ça donne envie de bien ranger la bouteille dans son casier, sans la casser. N’hésitez pas à nous dire si vous croisez la bouteille FOBO diisign...
i-Pace : Jaguar se lance dans la course à la voiture électrique

i-Pace : Jaguar se lance dans la course à la voiture électrique

La voiture électrique devient enfin recommandable, la faute à Tesla, qui commence à faire de l’ombre aux marques de luxe (la Model S du Californien faisant de l’ombre aux Mercedes classe S, BMW série 7 ou Audi A8 outre atlantique en se vendant au minimum deux fois plus…) Nouvel entrant dans la danse des constructeurs historiques habitués à la performance thermique, après Porsche : Jaguar, avec la i-Pace, avec une silhouette hybride entre berline et SUV encore jamais vue. Il fallait bien commencer à changer la silhouette des véhicules pour se faire aux contraintes de l’électrique. Après les citadines étranges et les berlines au look conservateur, Jaguar tente de vendre une berline légèrement surélevée aux accents de monospace, en l’appelant tout de même SUV pour que ça se vende. Le i-Pace conserve par contre une énorme calandre Jaguar qui est juste là pour le style, puisqu’il n’y a plus de gros radiateur à refroidir derrière elle. Notons la ligne bleue, une constante chez les électriques depuis la gamme BMW i et les concepts électriques allemands. La voiture thermique devenant « verte » aux dires des constructeurs, l’imaginaire de l’électrique semble prendre la couleur bleue dans les têtes des designers automobiles. Côté performances, le véhicule annoncé pour 2018 offrirait une batterie de 90kWh (Tesla propose actuellement sa Model S jusqu’à 100kWh) et une recharge en 50kWh au maximum, ce qui impliquerait une charge complète en 2h (là encore, Tesla conserve une longueur d’avance avec une charge « Supercharger » à 120kWh déjà installée près de chez vous). Le porte à faux quasi nul et la forme quasi mono volume devront permettre d’offrir une excellente...