[IAA 17] Quand l’Allemagne se met à l’électrique et que BMW fait la pub de Tesla.

[IAA 17] Quand l’Allemagne se met à l’électrique et que BMW fait la pub de Tesla.

Le salon de Francfort bat son plein et l’événement majeur à retenir c’est que les annonces sur des véhicules électriques concrets se font très nombreuses, autant voire plus que les nouveautés thermiques. Tous les constructeurs s’y mettent désormais, question de survie dans un pays marqué par le Dieselgate. Parmi les propositions intéressantes, il y a l’abandon par Smart de la motorisation thermique d’ici 2020. Enfin (je vous rappelle que la Smart électrique est la meilleure Smart) ! Mais il y a aussi leur proposition de véhicule urbain Vision EQ (ci-dessus, une bulle, assez moche, une proposition qui pourrait être sortie des années 90), sans pédales ni volant, où la Smart ne serait plus une voiture à acheter, mais un service de déplacement à la carte, façon Uber mais sans conducteur. Une solution idéale pour réduire le nombre de voitures dans les centres urbains sans prendre trop d’espace. Il y a aussi le développement d’une offre électrique complète chez VW, mais ça on s’y attendait : le passage à l’électrique est leur solution pour sortir de leur enlisement dans l’affaire des Diesel truqués. Pour l’IAA, c’était le SUV ID Crozz (ci-dessus) qui remplaçait l’ID Buzz de l’année dernière. Mais on attend toujours les modèles de série de cette fameuse gamme ID. Mercedes suit une stratégie proche avec sa gamme EQ, où les modèles semblent se placer en doubles électriques de la gamme thermique actuelle, en plus épuré. Le concept EQ A étant clairement le frère jumeau de la prochaine Classe A thermique. Chez Audi, c’est le côté autonome qui est le plus mis en avant des modèles, puisque le concept...
[test] VAE O2Feel Swan, avec transmission Shimano eSteps : il en fait peut-être trop

[test] VAE O2Feel Swan, avec transmission Shimano eSteps : il en fait peut-être trop

Depuis que grâce à eux, les mamies me challengent sur la piste cyclable, l’envie me titillait d’essayer des vélos à assistance électrique (ou VAE pour les intimes), en me focalisant sur des modèles typés ville et praticité pour un usage quotidien du genre trajet maison/boulot. Le premier à faire l’objet d’un test sur diisign (grâce à la gentillesse et à la réactivité de Shimano) est le Swan de O2Feel, équipé d’un système Shimano eSteps, qui a la particularité d’être doté d’une boîte de vitesse automatique à 8 rapports. Design Esthétiquement, le Swan est un vélo bien dessiné, au format hollandais ou col de cygne (d’où son nom), avec une large poutre principale à la finition noir satiné du plus bel effet. Les concepteurs ont opté pour une fourche suspendue, des grosses poignées en simili cuir, une selle bien large et rembourée montée sur une tige suspendue… Le Swan est clairement un vélo fait pour le confort. Un grand regret côté design : tous les éléments manquent clairement d’intégration alors qu’O2Feel a dessiné ce cadre uniquement pour être électrifié. J’aurai aimé une batterie intégrée (et quasi invisible de préférence) et pas en position porte bagage. Idem pour l’éclairage : pourquoi recourir à des lampes fixées fragilement sur les gardes boue plutôt qu’un éclairage intégré ? Le pire, ce sont les câbles de ces lampes, le capteur magnétique de rotation (sur la roue arrière), ou encore le câble de connexion de la boîte de vitesse, particulièrement exposé sous le cadre (vous allez voir que ce dernier m’a posé des problèmes). Le Swan est né comme vélo électrique, mais à le regarder...
Ypperlig : le design de Hay rafraîchit Ikea

Ypperlig : le design de Hay rafraîchit Ikea

La marque danoise Hay a réussi à se faire un nom avec des produits chaleureux et ludiques et une finition soignée à des prix accessibles (j’en sais quelque chose, puisque j’ai craqué pour leurs tabourets « About a stool » pour la cuisine de la maison diisign. La bonne nouvelle de la rentrée, c’est que les designers de Hay signent une collaboration avec Ikea pour la collection Ypperlig. La collection Ypperlig est impressionnante pour une « simple » collaboration entre deux designers et le géant du meuble puisqu’elle compte une cinquantaine d’objets. C’est bien simple, il y en a pour toutes les pièces : miroir vide poche, canapé convertible, table d’appoint, lampe de bureau et liseuse, table de repas, chaise, tabouret, bougeoirs, vase… Avec chaque fois, la simplicité des formes du duo de designer comme fil conducteur, avec cette petite touche de bois brut qui renforce la touche scandinave. Tout ce qu’il fallait pour rafraichir un peu les rayons d’Ikea avec des idées neuves. En bonus, Hay a même osé toucher au mythique sac bleu Ikea en le revisitant dans une nouvelle gamme de coloris et de textures : IT bag en...
[test] Robot tondeuse Bosch Indego 350 Connect : la rigueur allemande, pour nos pelouses

[test] Robot tondeuse Bosch Indego 350 Connect : la rigueur allemande, pour nos pelouses

​Même si on dit que le hasard fait bien les choses, en terme de robot, je n’ai jamais considéré que c’était le cas. Vous n’aurez donc jamais l’occasion de lire sur diisign le test d’un robot (aspirateur on tondeuse) à la trajectoire aléatoire, source immanquable de zones (presque) jamais explorées. Alors quand Bosch a annoncé un robot tondeuse à la fois compact et capable de se déplacer intelligemment, j’ai sauté sur l’occasion et arrosé abondemment le gazon! Design Si vous connaissez quelques robots tondeuse, vous pourrez être surpris par le Indego 350 de Bosch : il est vraiment tout petit (44x36x20cm). Avantageux pour se faire discret une fois parqué au fond du jardin, mais inconvénient majeur pour la capacité de tonte. Et c’est le plus gros inconvénient de ce petit Indego : il est réservé à des surfaces de pelouses de moins de 400m2. Au delà, il devra s’y reprendre à beaucoup trop de fois, limité par sa largeur de coupe et sa batterie. Outre sa minuscule taille, sa carrosserie profilée au ton principalement vert et sa base de recharge minimaliste lui permettront de se glisser discrètement dans un coin du jardin sans se faire remarquer. Un autre bon point. A l’arrière, la carroserie se replie de façon cylindrique pour ménager une poignée, permettant un transport facile de la bête, et un accès à son bouton on/off caché dessous. Au dessus, vous avez simplement le gros bouton de réglage de la hauteur de coupe (une sorte de tirette très simple), le gros bouton d’arrêt (en cas d’urgence, il est inratable), et un petit écran LCD entouré de deux flèches...
In bed with an artist : My Quintus transforme votre lit en oeuvre d’art

In bed with an artist : My Quintus transforme votre lit en oeuvre d’art

On aime suivre la startup alsacienne MyQuintus, qui avait trouvé une voie originale d’abord avec des pieds de lit lumineux, puis avec des pieds de meubles au look varié. Ils reviennent avec une idée encore très originale : des têtes de lit personnalisées par des graphistes (et je vous propose un lien pour en gagner une tout en bas d’article). L’idée paraît tellement simple que je ne comprends pas pourquoi personne n’y a pensé avant : pourquoi ne pas utiliser le vaste espace d’une tête de lit comme surface d’affichage pour une impression d’une oeuvre d’art (dessin ou photo)? Avant ça, pas d’autre recours pour disposer d’un grand motif personnalisé sur sa tête de lit que de recourir aux joies du DIY. Là, vous aurez une impression de qualité sur un tissu premium, et vous devriez trouver votre bonheur parmi les quelques centaines d’artistes et de visuels présents sur le site. La signature de l’artiste au dos apporte la touche ultime de chic qui fait la différence entre banale tête de lit et oeuvre d’art. Le vrai plus que je vois aux têtes de lit MyQuintus, c’est que vu qu’elles sont déhoussables, vous pouvez bien sûr les laver, mais vous pouvez surtout changer radicalement de motif, au gré de vos envies. Autre grand atout de ces têtes de lit : elles sont intégralement fabriquées en France à partir de bois certifié PEFC, dans les Vosges, une région connue pour son savoir-faire en textile et en literie, que cette activité permet de faire vivre. Les prix sont raisonnables : 420€/460€/500€ pour une tête de lit complète en 140/160/180cm de large....