[test] Hyundai Tucson CRDi 136ch AWD : le 4×4 familial bien sous tout rapport

[test] Hyundai Tucson CRDi 136ch AWD : le 4×4 familial bien sous tout rapport

Ca faisait un moment que je voulais essayer le Tucson de Hyundai, parce qu’il a de l’allure, donc il fallait vérifier si le ramage valait le plumage. Alors quand Hyundai m’a proposé de me le prêter, direction les Alpes, pour offrir un terrain de jeu digne de ce SUV. Design Vous l’avez sûrement déjà remarqué : ce Hyundai se démarque du flot de la circulation avec ses lignes musculeuses, sa ligne de caisse haute, sa face avant agressive, son profil musclé avec ses passages de roues plastique bien typés tout terrain, ses grosses roues de 18 pouces (sur notre finition, ou les sublimes jantes 19 pouces sur la finition la plus haut de gamme) et sa poupe aux feux effilés. A l’époque où on essayait son prédécesseur le iX35 qui semble désormais d’un autre âge, Hyundai nous disait que le premier critère de choix était le design. Alors sur ce Tucson, ils ont mis le paquet, et il faut dire qu’il a une ligne plus mature, plus affirmée que son cousin le Kia Sportage, surtout à l’avant. Encore une preuve que Peter Schreyer sait rendre l’automobile désirable, avec un caractère propre et quelle que soit la silhouette. A l’intérieur, on redescend de son petit nuage, car la présentation et la finition ne sont pas au niveau de l’extérieur : beaucoup de gris sur la planche de bord, des plastiques durs qui n’ont pas l’air particulièrement qualitatifs, et un style général très (trop, selon moi) conventionnel. Il aura fort à faire face au futurisme d’un Peugeot 3008 ou à la finition d’un Volkswagen Tiguan, tous deux pouvant être équipés d’un...
[Genève 2017] Le haut de gamme français sur 4 roues, 2 oreilles, et une montre

[Genève 2017] Le haut de gamme français sur 4 roues, 2 oreilles, et une montre

S’il fallait une preuve que l’automobile française se porte bien, on a eu l’occasion de l’avoir au salon de Genève avec la présence de PSA et Renault via deux marques premium : Alpine et DS… Et le détail qui fait plaisir, c’est qu’outre le made in France automobile, c’est aussi le made in France audio haut de gamme qui fait partie de la fête avec une présence hégémonique de Focal. C’est toujours un plaisir de voir renaître une marque mythique, et Renault a particulièrement réussi son coup en ressortant la berlinette A110 dans une superbe version 2017. Compacité, légèreté, performances (4 cylindre essence 1.8 de 250ch)… On dirait que tout y est, avec un superbe habitacle en bonus. On attend de voir tout ça en vrai pour être sûr que la qualité de l’assemblage est au niveau du visuel, mais ça sent très bon. Renault a opté pour l’excellent savoir-faire sonore de Focal avec un système minimaliste de 2 tweeter et 2 woofer/médiums seulement. Chez PSA, c’est le premier vrai SUV qui apparaît chez DS (après une DS4 pas vraiment berline, pas vraiment SUV, pas vraiment coupé…), le DS7 Crossback. Côté ligne, il y a du très bon avec par exemple les optiques avant et arrière particulièrement inspirées (les « diamants » motorisés à l’avant rappelant la DS 19 sont impressionnants pour un véhicule de série), et du moins bon avec un peu trop de chrome à mon goût (mais il en faut beaucoup pour le marché asiatique!) Pour les performances, il n’aura sûrement pas à rougir face à ses confrères d’outre Rhin puisque les motorisations de lancement débutent à 180ch...
[Geneve 2017] Range Rover Velar : il démode tous les SUV

[Geneve 2017] Range Rover Velar : il démode tous les SUV

Le Velar est le prochain SUV de Land Rover. Un SUV qui se crée un nouveau segment chez la marque britannique : plus petit que le Range Rover (Sport), plus grand que l’Evoque. Ce qui est frappant, c’est son traitement au style classique mais extrêmement high tech qui le fait sortir de la masse, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur… A l’extérieur, tout n’est que lignes tendues, à la Range Rover. Mais pour épurer encore la ligne, les poignées de porte se font rétractables (comme sur une Tesla Model S), les jantes sortent directement d’un concept car (22 pouces, attention au budget pneus!), et tout est lissé à l’extrême, comme les phares, affinés au maximum, devant comme derrière. Cerise sur le gâteau, le Cx de 0,32 est exceptionnel pour ce genre d’engins. Mais c’est l’intérieur qui fait entrer dans un nouveau monde : tous les codes du Range Rover sont présents avec cette planche de bord horizontale, mais tout change, avec rien de moins que 3 écrans : les désormais classiques combinés et système multimédia, mais aussi un grand écran tactile de commande sur la console complètement jamais vu, regroupant réglages de climatisation, de sièges et du véhicule (dont le fameux Terrain Response) doté de deux molettes. C’est unique, ça reprend beaucoup des codes vus ces dernières années sur des concept cars, mais ça sera disponible très bientôt pour rouler sur nos routes. Finalement c’est sur la partie mécanique que ce Range futuriste est le plus conservateur : basé sur la plateforme du Jaguar F-Pace, les motorisations font la part belle au bon vieux thermique : 4 cylindres 2 litres...
[test] Nouvelle Smart Fortwo Electric Drive : la vraie Smart

[test] Nouvelle Smart Fortwo Electric Drive : la vraie Smart

En 1994, Nicolas Hayek, PDG de Swatch, a fait un rêve : une petite citadine deux places complètement électrique. Le projet Smart, lancé avec le groupe Daimler, se heurte hélas à la réalité. Pas d’électrique, et des mentalités qui confinent longtemps la microcitadine à un marché de niche, dans un monde qui n’a pas encore compris qu’on peut être heureux avec une petite voiture. En 2017, après 3 générations assez confidentielles de Smart Electric Drive, le rêve de Nicolas Hayek semble prendre forme. Design Pour le design, rien, absolument rien ne caractérise la Smart ED de la Smart thermique (lire le test de la version cabrio ici), à part 2 stickers Electric Drive à l’avant et à l’arrière, et les logos ED sur les flancs. Sinon, vous pouvez relire notre test du cabrio, cette Smart est celle que vous croisez déjà dans les rues, le bruit et la pollution en moins. A l’extérieur, on adore toujours le concept ultra compact, le look bicolore, les belles petites jantes, et on aime toujours moins le capot proéminent « compatible choc piéton ». Si vous voulez vous démarquer, outre le programme Brabus Tailor Made qui fera de votre Smart un modèle unique personnalisé à la main, mais qui est aussi disponible en version thermique, il y a le pack Design electric drive qui vous offre une cellule tridion en couleur vert métallisé, pour que votre fibre écologique se voit de (très) loin. A l’intérieur, l’habitabilité est la même que sur les versions thermiques : l’intégration de la chaîne de traction électrique se fait de façon totalement transparente, comme à l’extérieur. On aime toujours autant...
Mercedes Aesthetics A : Pureté sensuelle et nouvelle page du design Mercedes

Mercedes Aesthetics A : Pureté sensuelle et nouvelle page du design Mercedes

Ce n’est pas tous les matins qu’un constructeur premium nous ouvre grand les portes de son bureau de style. Je ne me suis donc pas fait prier, j’ai troqué mon électrique pour une A200 et direction Stuttgart (ou plutôt Sindelfingen) pour une journée à la découverte du centre de style Mercedes, qui s’est terminée en beauté par la révélation de la nouvelle esthétique de la marque. Pureté sensuelle… Ces deux mots sont les guides du travail actuel des designers de Mercedes. Pendant cette journée de découverte, ils nous ont montré comment ils chassaient toute ligne superflue, de l’esquisse à la modélisation 3D, de la maquette en taille réduite à la maquette à l’échelle 1… J’ai beau avoir travaillé au sein d’un bureau de style automobile, il y a toujours quelque chose de magique dans ce travail à la fois artistique et ultra technique (les designers se muent en ingénieurs quand ils imaginent des systèmes pointus, comme par exemple l’aérodynamique active du concept IAA de 2015). J’ai été complètement bluffé lorsque d’une ligne latérale dessinée par les journalistes à l’aide d’un ruban de scotch, les stylistes Mercedes ont réussi à créer, en quelques minutes, un modèle 3D issu de ces quelques lignes. Preuve que les équipes de Gorden Wagener maîtrisent parfaitement leur sujet, parce que certaines des esquisses proposées par les journalistes n’avaient rien de très compréhensible! Le final de cette journée a été marqué par la découverte de la sculpture Aesthetics A : comme en train de sortir d’un métal en fusion, la silhouette préfigure clairement, à l’échelle, la prochaine CLA. Les deux lignes latérales de la version actuelle...