[test]Baglio Caruana : l’agrotourisme sicilien côté vigne, et spa

[test]Baglio Caruana : l’agrotourisme sicilien côté vigne, et spa

A l’occasion d’un roadtrip en Sicile, on a succombé à l’appel du très tendance « agriturismo » en cherchant un lieu mélant culture agricole et hébergement soigné… Avec le Baglio Caruana, on pense que notre choix fait quasiment au hasard était plutôt idéal. D’abord, un peu de vocabulaire. Un baglio, c’est ce bâtiment typiquement sicilien qui vous accueille : une ferme « fortifiée » avec en son centre une grande cour. Le Baglio Caruana est très neuf (il affiche encore quelques détails de finition à régler), mais classique, et son mur couvert de lierre donne un cachet authentique à la demeure. Caruana, c’est le nom des propriétaires, Benina et Roberto, qui sont aussi accueillants que leur vin est bon. Car oui, ici la culture, c’est de la vigne, et de cette vigne sort un vin actuellement en conversion bio. Enfin quand je dis un vin, c’est cinq vins qui sont produits ici, avec des vendanges qui, climat oblige, débutent déjà en août. La demeure est entourée de vignes, et dans le bâtiment principal, mais surtout dans le spa, l’architecture sert d’encadrement à un paysage de collines, tableau idyllique juste encore perturbé par quelques détails encore en chantier, dont un chai dédié au vieillissement du Spumante qui se construit au pied de la colline sur laquelle repose la piscine. Le chemin pour aller au spa est encore en terre brute puisque le chantier est en cours, mais c’est l’un des seuls petits désagréments que vous pourriez avoir lors de votre séjour. Les chambres sont réparties sur l’avant du bâtiment, modernes et toutes neuves, elles sont simples et fonctionnelles même si on aurait aimé un...
SANAE signe R0C pour La Barrière Automatique, ou le design anti-anxiogène

SANAE signe R0C pour La Barrière Automatique, ou le design anti-anxiogène

A la suite des attentats perpétrés récemment, les villes s’équipent de lourdes barrières et bornes anti véhicules. D’un côté ça protège, mais de l’autre ça rappelle de sombres événements et fait remonter de sombres pensées. La barrière automatique (oui, c’est une marque, leur référencement Google doit être bien difficile) a pris cela en compte et propose de protéger sans angoisser. De beaux galets sur lesquels on peut s’asseoir ou s’allonger : non seulement ces « plots » d’un nouveau genre font leur travail sécuritaire en beauté, mais en plus ils gagnent une fonction de mobilier urbain. De quoi protéger sans afficher un aspect « ville en état de siège » comme c’est le cas actuellement sur le pont de Westminster par exemple. Les designers de SANAE Architecture ne se sont pas arrêtés là et parlent d’éléments dépolluants car recouverts d’une surface photo catalytique. On placera cette fonction au niveau de l’anecdote, parce que techniquement, il faudrait une sacré surface couverte pour vraiment avoir une action dépolluante. Voilà ce qu’en dit le communiqué de presse : La matière dépolluante qui constitue R0c est une résine de synthèse composée de deux tiers de minéraux naturels et d’un faible pourcentage de résines à grande résistance. Elle permet à la borne de purifier l’air environnant pour contribuer à la qualité de l’air urbain et son contact permet de ne pas propager les épidémies bactériennes de ses usagers. Borne assainissante : Cette matière possède des capacités d’assainissement de l’air basées sur le phénomène naturel de la photocatalyse: au contact d’une lumière naturelle ou artificielle, elle développe de nouvelles propriétés qui ne modifient ni ses qualités physiques ni sa...
MAPA préfabrique un hôtel minimaliste en plein vignoble Uruguayen

MAPA préfabrique un hôtel minimaliste en plein vignoble Uruguayen

En France, le préfabriqué a encore une mauvaise image en architecture, mais des réalisations comme celle-ci peuvent faire changer les aprioris. Les architectes de MAPA, une agence d’architecture basée en Uruguay et au Brésil, ont conçu l’hôtel Sacromomte, dont le concept mêle hébergement, terres agricole, architecture et paysage. Le choix de bâtiments préfabriqués s’est imposé par la nature isolée de l’endroit. Les 13 modules d’habitation seront disséminés dans ce paysage vinicole exceptionnel (pour le moment seuls les 4 premiers sont en place). Chacun de ces modules est assemblé pendant 10 semaines dans des ateliers de Montevideo, la capitale, pour être transportés sur place, à 200km. La préfabrication a ici énormément d’avantages, entre l’impact minimal sur l’environnement, la possibilité de fabriquer les modules à la chaîne, ou celle d’obtenir un excellent niveau de qualité qu’il aurait été difficile d’atteindre sur place. Ces modules mélangent habilement des façades en verre traité miroir avec des brise vue en lames de bois, et surtout une face arrière faite de rondins. Les façades se mêlent au final à la perfection au décor naturel, et, cerise sur le gâteau, les toits sont végétalisés, histoire de camoufler au mieux ces suites de 60m2 au confort luxueux. Plus d’informations sur le site de...
[test] Hôtel Dominique Colonna : la Corse sous un autre angle

[test] Hôtel Dominique Colonna : la Corse sous un autre angle

Des hôtels en Corse, il y en a pléthore. L’un de ceux qui nous aura le plus marqué n’était pas au bord de la mer mais coincé dans la vallée de la Restonica. Petit tour du propriétaire. Niché dans un paysage rocailleux en bordure du lit de la Restonica et ses éboulements qui créent des baignoires naturelles, l’hôtel Dominique Colonna, accroché à flanc de montagne, offre une autre vision de la Corse que sur les plages VIP, une Corse nature où l’attraction est la montagne. L’hôtel offre à ce titre une situation idéale pour découvrir la randonnée vers les lacs de Mélo et Capitello. Les chambres ont un côté chalet chic : dalles en pierre au sol, touches de bois clair au mur, détails verts pour une note nature. Dès le second niveau vous pourrez profiter d’un balcon avec vue sur la rivière, un petit plus très agréable. Les salle de bains ne sont pas énormes, mais très fonctionnelles, même si on regrettera que les toilettes ne soient pas séparées. Elles sont habillées de matériaux naturels, comme le reste de la chambre. Côté petit déjeuner, vous n’aurez pas trop de soucis à vous faire, avec un bon choix de produits frais sucrés ou salés, à déguster à l’intérieur ou sur la terrasse (attention à ne pas trébucher sur le chat de la maison qui semble adorer servir de seuil de porte). Une fois ce petit-déjeuner pris, l’hôtel vous propose un panier piquenique bien garni permettant de ne pas avoir à chercher des victuailles très loin si vous souhaitez faire la fameuse randonnée des deux lacs. Pour le repas par...
Strasbourg : l’hôtel BOMA, une offre unique, décontractée… et accessible

Strasbourg : l’hôtel BOMA, une offre unique, décontractée… et accessible

Quand j’ai appris qu’un hôtel à la philosophie urbaine décontractée, ouvert sur les locaux comme les touristes avec des espaces communs vivants et avec des prix serrés allait ouvrir à Strasbourg, j’avais une certaine appréhension, surtout quand on m’a parlé de déco africaine : Sur le papier, ça avait tout du concept casse-gueule. Après une visite, je dois avouer que je suis rassuré : c’est tout le contraire. A l’approche de l’ouverture des marchés de Noël, c’est une option à considérer. Côté localisation, on peut parler d’un très bon endroit : au BOMA, vous êtes à équidistance entre la gare et la cathédrale, au centre sans pour autant croiser des hordes de touristes en bas de la rue, ce qui a son charme quand la ville est envahie (au mois de décembre). Seule ombre au tableau si vous visitez Strasbourg pour cela : la rue où est située l’hôtel n’est pas piétonne à cet endroit. Mais à l’inverse ça permet de venir en voiture, un garage étant disponible. Côté chambres, on peut parler de réussite. Je n’y ai pas dormi, mais l’insonorisation a l’air très correcte (testée avec un grand groupe de journalistes et blogueurs), l’espace est assez restreint dans les chambres d’entrée de gamme « cool », mais l’organisation optimisée permet de ne pas se sentir à l’étroit. Dès le niveau « Extra » on est plus à l’aise, tandis que les « Top » ou l’unique « Waouh » jouent la carte de la junior suite, la Waouh portant son nom pour sa situation en angle complètement vitrée, avec vue directe sur la cathédrale. Les finitions sont impeccables, la literie a l’air de bon niveau,...