[test] Nouvelle Smart Fortwo Electric Drive : la vraie Smart

[test] Nouvelle Smart Fortwo Electric Drive : la vraie Smart

En 1994, Nicolas Hayek, PDG de Swatch, a fait un rêve : une petite citadine deux places complètement électrique. Le projet Smart, lancé avec le groupe Daimler, se heurte hélas à la réalité. Pas d’électrique, et des mentalités qui confinent longtemps la microcitadine à un marché de niche, dans un monde qui n’a pas encore compris qu’on peut être heureux avec une petite voiture. En 2017, après 3 générations assez confidentielles de Smart Electric Drive, le rêve de Nicolas Hayek semble prendre forme. Design Pour le design, rien, absolument rien ne caractérise la Smart ED de la Smart thermique (lire le test de la version cabrio ici), à part 2 stickers Electric Drive à l’avant et à l’arrière, et les logos ED sur les flancs. Sinon, vous pouvez relire notre test du cabrio, cette Smart est celle que vous croisez déjà dans les rues, le bruit et la pollution en moins. A l’extérieur, on adore toujours le concept ultra compact, le look bicolore, les belles petites jantes, et on aime toujours moins le capot proéminent « compatible choc piéton ». Si vous voulez vous démarquer, outre le programme Brabus Tailor Made qui fera de votre Smart un modèle unique personnalisé à la main, mais qui est aussi disponible en version thermique, il y a le pack Design electric drive qui vous offre une cellule tridion en couleur vert métallisé, pour que votre fibre écologique se voit de (très) loin. A l’intérieur, l’habitabilité est la même que sur les versions thermiques : l’intégration de la chaîne de traction électrique se fait de façon totalement transparente, comme à l’extérieur. On aime toujours autant...
[test] Dyson Cinetic Big Ball Absolute : l’aspirateur en quête d’absolu

[test] Dyson Cinetic Big Ball Absolute : l’aspirateur en quête d’absolu

Ca faisait plusieurs années qu’un aspirateur traineau n’avait pas fait l’occasion d’un test sur diisign… Plusieurs années que de leur côté, les ingénieurs de Dyson proposaient des évolutions plus ou moins importantes. Le dernier né est une synthèse de ces années d’évolution. Alors, avant de vous le faire gagner, voilà son test! Design Les designers de Dyson se sont fait plaisir sur ce Big Ball. Le look général reste clairement Dyson avec ses grosses roues désormais sphériques, son bac à poussière transparent et son gris métal assorti de quelques touches de couleur, rouge pour l’occasion. A part ça, les bouton de mise en marche et d’enroulement apparaissent sur de petites tiges en suspension, c’est beau mais peut-être un peu plus fragile que les gros boutons intégrés. Les boutons de déverrouillage des tuyaux sont parfaitement affleurants aux tubes, une finition qu’on n’a pas l’habitude de voir sur un aspirateur. Performances Il aspire cet engin : pour tout vous dire, on est au même niveau de performance qu’une bonne aspiration centralisée, autrement plus volumineuse. On sent que le balais est collé au sol par l’aspiration, et en terme de résultats il a délogé les poussières les plus incrustées dans mes paillassons. Mais la puissance d’aspiration ne fait pas tout, et ce Dyson en fait beaucoup plus. L’articulation multidirectionnelle entre le tube et le tuyau rend possible d’aller chercher la poussière dans tous les coins et en hauteur sans jamais sentir de gène au niveau du tuyau. Un bon point. La brosse « muscle Head » permet de ne plus avoir à se soucier d’être dans la bonne position au passage sur un tapis...
[test] Beoplay A1 : un grand son dans une boîte de camembert

[test] Beoplay A1 : un grand son dans une boîte de camembert

Bang & Olufsen a toujours su faire sortir un son ample et détaillé d’enceintes extrêmement petites. B&O Play fait la même chose, mais avec la plupart du temps des enceintes bluetooth sur batterie. La Beoplay A2, devenue désormais A2 Active en devenant étanche aux projections d’eau, m’avait convaincu. Il est désormais temps d’essayer la plus petite enceinte de la gamme, la A1. Design Ce Beoplay A1 est particulièrement sensuel. J ‘avais regretté le manque d’aluminium sur le A2, et bien toute la surface supérieure du petit A1 est en alu. Le reste est en plastique au toucher doux, et l’ensemble est particulièrement sensuel. En plus d’être belle, cette A1 donne constamment envie de la toucher. On regrettera simplement le choix des boutons affleurants (il n’y a que les icônes visibles, aucun mécanisme) qui est particulièrement esthétique mais qui rend les commandes assez difficiles à enfoncer. On avait adoré la lanière de cuir du Beoplay A2, et bien la dragonne (toujours en cuir) de l’A1 est tout aussi pratique pour attacher l’enceinte à n’importe quelle poignée de porte, n’importe quelle patère, portemanteau ou autre. Histoire de pouvoir sonoriser partout. C’est vraiment un détail qui renforce l’attrait de l’A1 par rapport à des concurrentes moins versatiles. Performance Avec cette A1, le son n’a rien à voir avec la taille de l’enceinte. Prenez un titre acoustique, mettez le volume sans dépasser les deux tiers environ, et profitez… Profitez d’un son ample et naturel, et profitez de l’effet de surprise : avec ce genre de morceau, si quelqu’un arrive, il risque de se demander d’où vient ce son, tant l’ampleur acoustique dépasse les préjugés...
Mercedes-Benz Style  : sur terre, sur mer et dans les airs

Mercedes-Benz Style : sur terre, sur mer et dans les airs

Suite de notre visite au sein du design Mercedes, avec un pan moins connu de l’activité des designers de la marque à l’étoile : les collaborations Mercedes Benz Style dans l’aménagement intérieur, le mobilier, le luminaire, l’aviation… Tout ce qui n’est pas automobile est aussi un espace d’expression pour les designers de l’étoile. Vous l’aviez peut-être repérée au dernier salon de milan : Ameluna de Artemide sortait directement du bureau de style Mercedes. Cette méduse high tech, bientôt disponible, associe transparence et technologie de pointe dans un style complètement épuré. On commande la luminosité de la « méduse » et la couleur du spot qui la surplombe via une application mobile où les contrôles rappellent ceux de la gestion des couleurs d’ambiance de la toute dernière Classe E. Mais c’est très loin d’être représentatif des territoires d’expression de MB Style : si vous cherchez un appartement à Singapour, vous pourrez trouver une proposition entièrement décorée par le bureau de style à l’étoile : Mercedes Living @ Frazer, avec des objets dessinés pour l’occasion (comme le canapé sur la photo), et toujours un contenu technologique poussé mais dissimulé… Ce n’est pas tout ! Mercedes-Benz Style a aussi imaginé un yacht avec Arrow (un engin que les designers automobiles proposent de plus en plus, NDLR), mais surtout, vous pouvez d’ores et déjà commander (si vous en avez les moyens) un hélicoptère Airbus H145 dont l’intérieur est complètement signé MB Style. Ca ne vous suffit pas ? Il vous reste le luxe ultime : l’avion dont l’intérieur est complètement pensé comme une maison (photo en tête d’article). On ne parle pas d’un jet, mais...
Lofree : le clavier au look néo rétro

Lofree : le clavier au look néo rétro

Marre des claviers slims aux touches carrées ? Vous avez envie du look et du toucher d’une machine à écrire ? Alors le clavier Lofree est là pour vous, puisqu’il combine la modernité d’un clavier sans fil bluetooth avec la disposition et la forme des touches d’une machine à écrire. Les touches sont celles du Magic keyboard d’Apple, avec simplement une disposition encore plus mauvaise des touches fléchées (adeptes de FPS, ce clavier n’est clairement pas pour vous!) Pour ce qui est du reste, il peut s’appairer avec 3 appareils en simultané (Windows, Mac et Android seront supportés), voire même s’utiliser en filaire, et dispose de 3 types de rétroéclairages différents en plus d’être prévu en de multiples coloris. La mauvaise nouvelle c’est que le Lofree est encore en développement, alors si vous attendez une version AZERTY, vous risquez d’attendre encore un moment, puisque tout ce que vous pouvez faire pour le moment, c’est montrer votre intérêt en enregistrant votre mail sur le site...