Quand Xiaomi ne copie pas Apple, ils créent : le vélo à assistance électrique Himo

Quand Xiaomi ne copie pas Apple, ils créent : le vélo à assistance électrique Himo

On connaît la marque chinoise Xiaomi pour ses contrefaçons produits inspirés d’Apple à prix très bas. Mais finalement, c’est quand les ingénieurs et designers de la marque sont libres d’inventer qu’ils proposent des choses innovantes, plutôt bien pensées, et toujours à prix cassé. Auréolés du succès de leur trotinette électrique ils arrivent avec un vélo à assistance électrique qu’ils lancent en crowdfunding… A moins de 250€! Xiaomi aurait pu faire comme tous ses compatriotes : prendre des éléments de vélo standard et y greffer des éléments de motorisation électriques pour construire un VAE à coût réduit. Au final, ils ne s’y sont pas du tout pris comme ça. Le cadre a une forme jamais vue, compacte pour être transporté facilement ou placé dans le coffre d’une voiture, avec de petites roues (qui pénalisent le confort et peuvent devenir dangereuses si votre chemin comporte des nids de poules) dotées de pneus anticrevaison, ce vélo n’a rien de standard et appporte des idées de conception nouvelles comme une batterie qui prend toute la place centrale sauf un petit endroit dégagé pour servir de poignée, utile pour soulever les 16,7kg de l’engin. La batterie, parlons-en : à ce prix (et avec l’espace réduit disponible), on n’est clairement pas au niveau des meilleurs vélos électriques, mais les 216Wh devront pouvoir vous transporter avec une assistance pendant environ 50km. Alors, après le vélo électrique involable, la proposition du vélo électrique qui ne fait pas mal au portefeuille montre que le secteur est en train de bouger à une vitesse folle. Sortie du Himo prévue en Chine le 30 juillet, et sûrement dans la foulée...
[test] Gitane B21 : un VAE intégré, mais pas parfait

[test] Gitane B21 : un VAE intégré, mais pas parfait

On a commencé à tester un vélo à assistance électrique en 2017 parce que clairement, ce mode de transport mérite d’être mis en avant, en offrant une solution efficace face à l’engorgement des villes. Car oui, l’acheteur moyen de vélo électrique l’achète pour remplacer (ou plus modestement compléter)… Une voiture. On teste donc aujourd’hui le Gitane B21, qui sur le papier propose un peu plus d’intégration, un point sur lequel le O2Feel péchait clairement. Design Enfin un vélo à assistance électrique de grande diffusion qui ne ressemble pas à un vélo normal sur lequel se serait greffé une batterie! La transmission Tranz-X est discrète à l’oeil (et à l’oreille), le système de contrôle est minimaliste (un simple afficheur numérique et un bouton), et surtout, la batterie est intégrée dans la très grosse barre inférieure du cadre. Pas de quoi faire passer cet engin pour un vélo classique aux yeux des connaisseurs, mais un look agréable qui ne donne pas le look Frankenstein des vélos où une batterie est greffée à la place du bidon ou du porte bagages. Tiens, en parlant du porte bagage, on peut noter une excellente intégration du feu arrière, quasi invisible dans la barre métallique horizontale : ça lui donne un look futuriste (un fin trait de lumière)une fois allumé. Dommage que le phare avant ne profite pas lui aussi d’une intégration dans le cadre : plus les éléments sont intégrés, moins ils risquent d’avoir de problèmes une fois soumis aux aléas de la vie en ville. Tant qu’on parle de lumières, il faut mentionner que le B21 est largement équipé en catadioptres : un...
Le vrai et le faux sur le vélo à assistance électrique, pour vous aider à vous y retrouver

Le vrai et le faux sur le vélo à assistance électrique, pour vous aider à vous y retrouver

Alors que je commence à me faire la main avec l’essai de plusieurs vélos électriques dont le prochain va paraître très bientôt, j’entame un petit cycle vélo électrique sur diisign pour fêter l’arrivée de l’été. Voici donc pour commencer quelques vérités et idées reçues qu’il faut combattre face au VAE. Le VAE ça roule tout seul FAUX : sauf si vous optez pour de l’entrée de gamme où un moteur va pousser à partir du moment où vous faites semblant de tourner un peu les pédales, les VAE corrects disposent tous d’un capteur de couple qui dose l’énergie apportée par le moteur en fonction de ce que vous mettez comme effort aux pédales. Donc pour résumer, le vélo ne roule pas tout seul mais vous donne l’impression d’avoir plus de force. Si vous êtes tentés par le côté « le vélo roule tout seul sans aucun effort », cherchez plutôt du côté des scooters électriques, parce que les petites batteries des VAE ne vous pousseront pas bien loin. Le moteur au pédalier, c’est le top FAUX : si nombre de vendeurs simplifient la question de la motorisation en disant que le pédalier est le top, c’est souvent parce que certains constructeurs bas de gamme ont terni la réputation des moteurs dans les moyeux (à moins que la complexité supplémentaire du moteur pédalier ne leur assure des bons retours en SAV…). Chaque système a en fait ses avantages et ses défauts : – Le moteur au pédalier permet de disposer d’un bloc tout intégré avec moteur, réducteur et capteur de couple, donc un constructeur de vélo aura directement une solution clé en...
Parrot Anafi : un drone français sur le chemin de DJI

Parrot Anafi : un drone français sur le chemin de DJI

Souvenez-vous, il fut un temps, Parrot était un acteur important du marché du drone… Et puis il y a eu DJI. Depuis, difficile de déloger ce constructeur Chinois de la place de leader. Il faut dire que ses produits ont su répondre aux attentes du marché avec des drones ultra compacts capables de filmer en 4K comme les Mavic Pro et Air, des machines à selfies vidéo assez incroyables, pendant que Parrot proposait des jouets. Le Français pourrait se refaire sur ce marché avec un drone directement concurrent des Mavic. Le problème de Parrot, c’est que pendant que DJI construisait des machines à filmer, de leur côté ils construisaient des machines à voler. Et le marché n’est clairement pas le même, entre se faire plaisir avec un multirotor voire même une aile volante (la Disco) et prendre de superbes prises de vues aériennes qu’on partage sur les réseaux sociaux, avec tout l’effet d’achat en chaîne que ça entraîne, il y a clairement un secteur qui est plus porteur que l’autre… Du coup, Parrot a compris, range ses jouets, et sort une sorte de Mavic : compact et pliable pour le ranger dans son sac à dos, avec une caméra stabilisée qui filme en 4K et HDR, le drone est paré pour faire au moins aussi bien que son concurrent chinois (et espérons mieux avec la HDR et une autonomie affichée comme supérieure, le tout pour un prix un chouilla inférieur à celui d’un Mavic Air). Le design de l’engin permet une subtilité impossible chez DJI : filmer vers le haut, un truc pratique quand on veut filmer un pont...
[test] AlpinerX : les aventuriers ont leur montre connectée

[test] AlpinerX : les aventuriers ont leur montre connectée

On vous en avais parlé à l’occasion de Baselworld et de leur campagne Kickstarter qui a atteint des sommets de précommandes, et bien avant même sa disponibilité pour les premiers clients, on vous propose un test de cette montre connectée différente… Dans une version prototype. Design Elle est plutôt grande cette montre (45mm, soit à peu près ce qui se fait de plus grand comme diamètre dans l’horlogerie), et plutôt voyante dans ma version bleue dotée d’une rose des vents contrastée en blanc sur sa lunette. Elle ne passera donc pas sous toutes vos chemises, mais c’est commun pour une montre typée aventure. Ce qui surprends par contre, c’est son poids. Avec une centaine de grammes bracelet caoutchouc compris, c’est vraiment une montre légère à porter, plutôt appréciable quand vous portez déjà un lourd sac à dos pour vos expéditions, ou pour la vie de tous les jours. Ce poids record, elle le doit à son boîtier en fibre de verre, un matériau bien connu plutôt résistant et très léger. Revers de la médaille : la finition du boîtier fait au final très plastique, pas au niveau du prix demandé, surtout avec le bracelet élastomère. Pour le reste, je vous ai déjà présenté la montre dans mon précédent article : elle fait appel à des codes classiques voire rétro, avec deux aiguilles et un afficheur LCD rétroéclairé à segments de deux lignes à six heures. Il est constamment actif sur la dernière fonction sélectionnée, et s’allume (pendant une durée réglable) en cas d’appui sur le bouton central. Ajoutons que cette montre est dotée d’aiguilles, d’index et des marques de...