4D Concrete watch : une montre automatique en béton

4D Concrete watch : une montre automatique en béton

[MàJ] Le Kickstarter de cette montre est désormais lancé, vous pouvez la précommander ici, sachant qu’à l’heure où j’écris ces lignes l’objectif de financement a été dépassé trois fois. Le béton est décidément à la mode : après quelques années à s’afficher de façon brute sur les bâtiments, il a fait son apparition sur une machine à café. Mais si on aime le béton, c’est au poignet qu’on peut désormais le porter avec la 4D Concrete Watch imaginée par le studio taïwanais 22 Design Studio. La 4D Concrete Watch n’est pas à proprement parler une nouveauté, puisqu’elle avait été lancée via Kickstarter en 2015. Mais son mouvement à quartz n’était pas du genre à nous satisfaire. L’erreur est en train d’être réparée, puisqu’après un lancement à Taïwan, la 4D Concrete Watch refera très prochainement l’objet d’une campagne de financement Kickstarter dans sa version mue par un mouvement automatique (un calibre suisse Sellita SW200). Le garde temps repose sur un principe très simple de 12 sections de cadran en relief, à la façon de 12 marches d’escalier en béton, qui figurent les heures. Il y a un petit côté luxueux au béton : impossible de le fabriquer à la chaîne à une cadence folle, puisque ce tout petit cadran nécessite tout de même 14 jours de durcissement. Le tout est monté dans un (assez épais, la faute à l’épaisseur du cadran) boîtier de forme tonneau en acier, ou, plus original, en laiton, pour se patiner avec le temps. Les aiguilles pliées à 90° offrent une belle originalité, elles sont faites du même métal que le boitier et agrémentées d’une discrète...
Ayamee

Ayamee

La plateforme Ayamee est lancée depuis plusieurs mois, mais j’étais super à la bourre pour vous écrire un petit mot dessus (sorry Jonathan…), alors que c’est une sacrément bonne idée. Donc Ayamee, c’est une bonne idée : elle part du principe que beaucoup de gens (nous compris) expriment leurs avis sur des produits via des blogs, et participent ainsi au succès ou à l’échec de différents concepts. On ne consomme désormais plus de la même façon qu’avant : ce sont de moins en moins les grands magazines de mode qui dictent les tendances, mais de plus en plus de petits influenceurs, qui, armés d’un blog, font le succès des marques. L’idée d’Ayamee est donc de créer un hybride entre le blog et le e-shop, sorte de chaînon manquant où les marques créent leurs showrooms et où les clients-prescripteurs écrivent des articles sur les différents produits proposés. La marque présente sur la plateforme profite ainsi de l’effet buzz des différents « blogs », tandis que les bloggeurs, eux, se voient offrir un pourcentage sur les ventes des produits dont ils ont parlé (la somme perçue dépend du nombre de personnes qui ont acheté un produit après avoir cliqué sur le lien du blog). En gros tout le monde y gagne : les clients testeurs qui récoltent des réducs sur les produits qu’ils aiment et font aimer, et les marques qui disposent d’un nouveau support promotionnel branchouille… Les lecteurs aussi, puisqu’ils connaissent la formule et savent à quoi s’attendre, pas comme pour du publirédactionnel planqué au milieu d’un blog. Si ça vous tente, n’hésitez pas à créer un compte sur Ayamee, histoire de...
Programme pour un week-end trendy

Programme pour un week-end trendy

Voilà la checklist des choses à faire ce week-end si vous voulez vous donner ce look ultra trendy désinvolte que vous adorez tant mais qu’il est difficile d’entretenir. Etape 1 : habillez-vous comme Kayne West pour vraiment avoir l’air branchouille… Et comme vous n’êtes pas forcément super pointu, il suffit d’aller faire un tour au salon Who’s Next qui se tient depuis aujourd’hui et jusqu’à dimanche à Paris (porte de Versailles… Je sais, il y a plus glamour comme endroit…) pour savoir ce qu’il faut porter pour ne pas être has been (et même si vous êtes pointu, c’est le genre de salons où on peut faire des découvertes assez sympa, même s’il s’est un peu fait distancer par le Bread & Butter de Barcelone, il a le mérite d’être moins loin). Etape 2 : allez tester votre look de folie en grillant toutes les files d’attente (en bon Parisien hyper looké que vous êtes vous n’allez tout de même pas faire la queue!!) de Japonais qui piétinent d’impatience chez Fauchon qui organise son premier « week-end end éclair » : l’occasion de goûter l’une des 34 créations de la marque, toutes disponibles ce week-end end, et seulement ce week end… (Personnellement je ne suis pas un très grand fan de leurs éclairs : ils se différencient moins d’un bon éclair « standard » que ne se différencie par exemple un macaron Pierre Hermé d’un macaron de base… Mais peut-être que je n’ai jamais eu la chance de tomber sur un de leurs chef d’œuvre). Etape 3 : Allez finir votre week end en feu d’artifice à la dernière WADKlub au ParisParis, pour...
Quand les objets technologiques deviennent bijoux

Quand les objets technologiques deviennent bijoux

Avec l’arrivée à maturité technologique de certains produits high tech, on peut commencer à conserver ces objets un temps plutôt long, puisqu’ils sont moins vite démodés… Etant donné que certains de ces objets sont conçus pour être portés avec soi, voire sur soi, l’idée d’en faire des bijoux contemporains devient légitime. Parmis ces objets, on retrouve les oreillettes bluetooth, comme cette splendide nouvelle Jawbone dessinée par Yves Béhar de Fuseproject, dont les couleurs (disponible en or, argent et noir) et l’aspect facetté rappellent l’univers du luxe. Cet esprit est renforcé par l’arceau d’oreille optionnel en cuir, qui renforce l’aspect luxueux de l’objet, ainsi que sa facture… On quitte clairement l’univers technologique/geek pour entrer dans celui de l’accessoire fashion. On continue dans le reste de l’article avec les propositions de Philips/Swarovski… On peut aussi penser aux clés USB Philips/Swarowski, qui offrent un design original et des matériaux de qualité, dont de très bling bling cristaux Swarowski. On notera aussi les casques proposés par les deux marques, mais là, je me permettrais de noter que je n’ai pour le moment jamais été pleinement satisfait par un casque Philips, en durée de vie ou en qualité audio, donc j’espère qu’ils ont bien progressé en qualité pour ces modèles… Enfin, comme vous pourrez le remarquer, tous ces petits accessoires typés luxe adoptent vraiment les codes des accessoires féminins, ce qui permet en même temps de conquérir de nouvelles parts de marché auprès d’un public pour qui la performance n’est pas forcément le critère prédominant. Bien sûr rien ne vous empêche de choisir des « bijoux technologiques » qui appartiennent à un marché en pleine mutation,...
J’adore Veja !

J’adore Veja !

Et oui, pour moi Veja c’est l’incarnation du business éthique, mais aussi chic et tendance. Il n’y a pas beaucoup d’exemples comme ça, alors moi je dis merci Veja, et je m’en vais de ce pas acheter un paire de la nouvelle collection printemps/été 2008 qui sort en ce moment dans tous les bons magasins qui ont envie de vendre autre chose que des sneakers pleines de produits chimiques fabriquées en Chine par des enfants… (oui, bon j’exagère, mais Veja c’est quand même une super initiative comme on aimerait en voir plus souvent). Donc pour ceux qui ne connaîtraient pas encore cette marque de chaussures, et bien voilà : Veja, c’est français à la base, toute la production vient du Brésil, et est faite à partir de coton bio, de cuir tanné sans produits chimiques (une rareté que seuls certains chausseurs de grand luxe font payer à prix d’or), et de caoutchouc naturel… (ce caoutchouc, payé à un prix correct aux exploitants, doit permettre de limiter la déforestation, vu qu’il est plus rentable de produire du caoutchouc avec les arbres que de les couper… Une petite vidéo explique tout ça après le saut). Le mieux dans tout ça, c’est qu’en plus d’être super belles, ces baskets qui sauvent le monde sont vraiment abordables. Grosse nouveauté de la collection : une gamme enfants, pour être écolo-chic dès le plus jeune âge! Et si je vous dit que j’écris tout ça alors qu’il y a absolument zéro investissement de capitaux Veja sur diisign.com (il n’y a d’ailleurs aucun sponsoring d’aucune marque sur ce site, soyez-en assurés, au mieux on se fait...