Prototype 9 : Infiniti s’invente un (superbe) passé pour Pebble Beach

Prototype 9 : Infiniti s’invente un (superbe) passé pour Pebble Beach

Les marques de luxe se légitiment en général par un passé riche. Infiniti étant une marque de luxe contemporaine fondée de toute pièces il y a un peu plus de 30 ans, vous ne trouverez pas de belles endormies des années 40 de la marque abandonnées dans une grange. Qu’importe, puisque la marque japonaise a décidé de s’imaginer un passé avec une voiture aux lignes complètement rétro associées à une motorisation électrique moderne : celle de la nouvelle Leaf. “Tout a commencé comme un songe. Que se passerait-il si nous trouvions à l’extrême Sud du Japon, une voiture enfouie dans une grange et cachée de tous depuis 70 ans ? Que se passerait-il si nous trouvions à l’intérieur, les germes de notre passion plantés lors de notre premier Grand Prix japonais, mais aussi la puissance et l’élégance qui définissent l’ADN d’Infiniti aujourd’hui ? A quoi ressemblerait cette découverte ? ”, résume Alfonso Albaisa, Senior Vice President, Global Design. Si la motorisation est très moderne, la carrosserie de son côté est des plus classique puisqu’elle a été martelée à la main par des artisans spécialisés. Dommage que ce ne soit qu’un concept, sinon cette Infiniti aurait pris la place de la Morgan EV3 dans ma wishlist néo Rétro électrique. A ranger hélas du côté de la Mini Superleggera dans la liste des concepts cars qui ne verront pas le...
Une journée pour réaliser mon shooting brake Kodo au coeur de Mazda Design Europe

Une journée pour réaliser mon shooting brake Kodo au coeur de Mazda Design Europe

Commencer sa journée en étant conduit en MX-5 RF par Kevin Rice, le directeur du design européen de Mazda, ce n’est pas le genre de choses qui arrivent souvent. Et ce n’était que le début d’une passionnante aventure au sein du design Mazda, où j’ai eu l’occasion de travailler avec les designers maison au style du véhicule de mon choix. Un seul mot d’ordre : qu’il respecte la philosophie Kodo. Mais avant de passer à la pratique, un peu de théorie : Kevin Rice a commencé à expliquer à notre petit groupe son processus de travail, avec à nos côtés le concept Koeru, qui préfigurait le nouveau CX-5 (essayé ici), ainsi que les différents « produits dérivés » générés par des artistes qui se sont appropriés la philosophie du design Kodo, autrement dit « l’âme du mouvement ». Ces objets, vous aviez pu les découvrir sur diisign lors de leur présentation à Milan en 2015. ici, la différence, c’est que tout commence par une sculpture   Mais pour en revenir au processus de design, et même si j’ai déjà pu fréquenter plusieurs bureaux de style (chez un constructeur étoilé par exemple), Mazda ne fait comme d’habitude pas les choses comme les autres. Oui, il y a du croquis, de la modélisation numérique, de la maquette clay, et tout ce que vous pouvez attendre d’un bureau de style digne de ce nom. Mais ici, la différence, c’est que tout commence par une sculpture. Avant même le croquis, les designers expriment leur vision du style Kodo pour la silhouette souhaitée (par exemple un SUV Kodo pour le CX-5 pour la sculpture photographiée ici), à partir...
[test] Mazda CX-5 2017 : une vraie montée en gamme mais des touches de conservatisme risquées

[test] Mazda CX-5 2017 : une vraie montée en gamme mais des touches de conservatisme risquées

Quand la très sympathique équipe de Mazda invite à tester son dernier né dans une des plus belles régions du monde (la mienne), l’Alsace, difficile de refuser. C’est donc entre Strasbourg et Mulhouse, en passant par la Forêt Noire, que j’ai pu tester le dernier né de la firme japonaise. Design extérieur Dans son allure générale, le CX-5 ne change pas radicalement. Il conserve les lignes de force qui ont fait le succès de son ainé, à tel point qu’on pourrait presque prendre ce nouveau modèle comme un gros restylage, surtout pour la partie arrière, assez classique désormais chez Mazda. A l’avant, l’évolution est plus franche avec une énorme calandre (ceux qui sont blasés de ce mouvement stylistique initié par Audi en seront pour leurs frais) et des optiques particulièrement effilées (qui lui donnent un regard plus sérieux, moins gentil), grâce à une dotation full led dès l’entrée de gamme. Le rendu est moderne, la patte stylistique Kodo est clairement là, ce qui fait qu’on reconnaît directement la Mazda, mais finalement il n’y a plus d’effet wahou comme on pouvait en avoir à la sortie du CX-3, le style du nouveau CX-5 reprenant en plus grand les évolutions déjà vues sur le plus petit modèle. Est-ce dommage ? Pas vraiment, car la ligne est moderne, elle a du caractère et sa sobriété devrait lui permettre de bien vieillir. Design intérieur A l’intérieur, tout est neuf, mais on s’y retrouve très vite si on a déjà mis les pieds dans un CX-3 par exemple : le système de navigation et d’infodivertissement reste identique par rapport aux dernières créations de la...
[test] Hyundai Tucson CRDi 136ch AWD : le 4×4 familial bien sous tout rapport

[test] Hyundai Tucson CRDi 136ch AWD : le 4×4 familial bien sous tout rapport

Ca faisait un moment que je voulais essayer le Tucson de Hyundai, parce qu’il a de l’allure, donc il fallait vérifier si le ramage valait le plumage. Alors quand Hyundai m’a proposé de me le prêter, direction les Alpes, pour offrir un terrain de jeu digne de ce SUV. Design Vous l’avez sûrement déjà remarqué : ce Hyundai se démarque du flot de la circulation avec ses lignes musculeuses, sa ligne de caisse haute, sa face avant agressive, son profil musclé avec ses passages de roues plastique bien typés tout terrain, ses grosses roues de 18 pouces (sur notre finition, ou les sublimes jantes 19 pouces sur la finition la plus haut de gamme) et sa poupe aux feux effilés. A l’époque où on essayait son prédécesseur le iX35 qui semble désormais d’un autre âge, Hyundai nous disait que le premier critère de choix était le design. Alors sur ce Tucson, ils ont mis le paquet, et il faut dire qu’il a une ligne plus mature, plus affirmée que son cousin le Kia Sportage, surtout à l’avant. Encore une preuve que Peter Schreyer sait rendre l’automobile désirable, avec un caractère propre et quelle que soit la silhouette. A l’intérieur, on redescend de son petit nuage, car la présentation et la finition ne sont pas au niveau de l’extérieur : beaucoup de gris sur la planche de bord, des plastiques durs qui n’ont pas l’air particulièrement qualitatifs, et un style général très (trop, selon moi) conventionnel. Il aura fort à faire face au futurisme d’un Peugeot 3008 ou à la finition d’un Volkswagen Tiguan, tous deux pouvant être équipés d’un...
[Genève 2017] Le haut de gamme français sur 4 roues, 2 oreilles, et une montre

[Genève 2017] Le haut de gamme français sur 4 roues, 2 oreilles, et une montre

S’il fallait une preuve que l’automobile française se porte bien, on a eu l’occasion de l’avoir au salon de Genève avec la présence de PSA et Renault via deux marques premium : Alpine et DS… Et le détail qui fait plaisir, c’est qu’outre le made in France automobile, c’est aussi le made in France audio haut de gamme qui fait partie de la fête avec une présence hégémonique de Focal. C’est toujours un plaisir de voir renaître une marque mythique, et Renault a particulièrement réussi son coup en ressortant la berlinette A110 dans une superbe version 2017. Compacité, légèreté, performances (4 cylindre essence 1.8 de 250ch)… On dirait que tout y est, avec un superbe habitacle en bonus. On attend de voir tout ça en vrai pour être sûr que la qualité de l’assemblage est au niveau du visuel, mais ça sent très bon. Renault a opté pour l’excellent savoir-faire sonore de Focal avec un système minimaliste de 2 tweeter et 2 woofer/médiums seulement. Chez PSA, c’est le premier vrai SUV qui apparaît chez DS (après une DS4 pas vraiment berline, pas vraiment SUV, pas vraiment coupé…), le DS7 Crossback. Côté ligne, il y a du très bon avec par exemple les optiques avant et arrière particulièrement inspirées (les « diamants » motorisés à l’avant rappelant la DS 19 sont impressionnants pour un véhicule de série), et du moins bon avec un peu trop de chrome à mon goût (mais il en faut beaucoup pour le marché asiatique!) Pour les performances, il n’aura sûrement pas à rougir face à ses confrères d’outre Rhin puisque les motorisations de lancement débutent à 180ch...