[test] Neat Botvac D5 Connected : la meilleure des navigations associée à un nettoyage efficace

[test] Neat Botvac D5 Connected : la meilleure des navigations associée à un nettoyage efficace

Autant j’ai extrêmement apprécié le système d’aspiration du Dyson 360 Eye, autant son système de navigation m’a laissé sur ma faim. Il fallait donc que je puisse tester un robot doté d’un système de navigation plus efficace, pour comparer… Voici donc le Neato Botvac D5 Conected. Design le Botvac connected reprend l’encombrement général de presque tous les robots aspirateurs, sauf qu’au lieu d’être circulaire, il a une face avant droite. Finalement ce design « en coin » n’est pas plus mal parce que justement, on attend des robots aspirateurs qu’ils aillent dans les coins! Une fois le robot retourné, on remarque qu’en fait, la brosse principale est assez centrale, avec devant elle une brossette latérale, et que finalement, le design en coin ne changera rien puisque la partie aspirante n’est pas déportée sur l’avant. Le Botvac n’est donc pas plus en coin qu’un autre robot. Pour le reste, tout est très classique, avec des roues motrices et une petite roulette libre, un bac à poussière sur le dessus… Tout est très classique, mis à part peut-être le disque surélevé qui cache le système de repérage laser infrarouge, et l’absence d’écran, mais qui a encore besoin d’un écran sur un aspirateur connecté ? Performances Le Botvac D5 se déplace vite, très vite même. Il peut mettre jusqu’à presque trois fois moins de temps à nettoyer les un peu plus de cinquante mètres carrés (ou une surface de 70m2 si on ne compte pas les meubles) de ma surface de test que le robot de Dyson, soit environ une heure. Trop rapide ? C’est ce que j’ai pu me demander, non pas en...
[test] AVI-8 Hawker Harrier II, une montre originale à la finition soignée et au prix serré

[test] AVI-8 Hawker Harrier II, une montre originale à la finition soignée et au prix serré

Face aux montres connectées qui tentent de jouer les codes classiques (comme la Withings Steel HR), les montres mécaniques qui jouent l’originalité ont le vent en poupe. Si j’aime beaucoup les réalisations de marques comme Sevenfriday, j’ai du mal à imaginer dépenser plus de 1000€ dans une montre « fun » Pour un affichage à disque, il y a aussi Klokers, mais le look est un peu fragile à mon goût. Du coup, quand AVI-8 a frappé à ma porte avec une montre automatique à affichage à disques, le tout pour un tarif sous les 400€ (£350 pour être exact), je me suis dit qu’ils avaient peut-être trouvé une bonne formule. Test complet. Design Petits poignets, passez votre chemin, il y a d’autres modèles chez AVI-8 qui vous iront mieux que cette Hawker Harrier II (référence AV-4047-01) : On est sur un boîtier de 45mm de diamètre et de 13mm d’épaisseur : une grosse montre. Principale originalité de ce modèle : l’affichage du temps par disques. Le plus petit affiche les secondes, tandis que les minutes sont affichés sur le disque du milieu, vers le bas, et les heures sur le disque externe, le plus grand, tout en haut de la montre. Pas d’autre complication à signaler, à part que le mouvement est automatique et japonais (je soupçonne un Miyota, autant dire un mouvement simple et fiable). Pour rester dans les codes aéronautiques de la marque, c’est la silhouette du Harrier II (ou AV-8B Harrier II dans sa dénomination américaine, référence encore plus proche de la marque de montre) qui sépare les disques. S’agissant d’une silhouette de face, seuls les regards...
Apple HomePod : une enceinte avant un assistant, le bon positionnement

Apple HomePod : une enceinte avant un assistant, le bon positionnement

Encore une fois, Apple a pris le temps de réfléchir un peu plus que la concurrence en lancant le HomePod. Là où Amazon et Google ont lancé des assistants domestiques pas très savants, Apple lance une enceinte très savante qui peut servir d’assistant domestique. Et passe donc du rayon des gadget à l’utilité douteuse à celui des enceintes sans fil, et donc du rayon qui intrigue au rayon qui cartonne. 7 tweeters, un gros haut parleur de basses, le tout contrôlé par le surpuissant A8 (difficile de penser à une enceinte dotée d’autant de puissance de calcul, à part peut-être les très honéreuses Beolab 90 de Bang & Olufsen). Tout ça ne veut pas forcément dire que ça va donner le meilleur son jamais entendu, mais il y a des chances qu’acoustiquement, ce soit l’un des meilleurs hauts parleurs sans fil à moins de 400€. A suivre. Quand on regarde un peu du côté des ventes des enceintes sans fil, on remarque que c’est vraiment le produit qui cartonne en ce moment. Alors Siri ou non, une enceinte sans fil qui porte la pomme, ça se vendra. L’inverse n’était pas garanti. Et surtout, ça permettra d’avoir un produit qui sert vraiment à quelque chose, en attendant que Siri et ses amis deviennent de vrais asistants vraiment intelligents, ce qu’ils ont du mal à être pour le moment. Seul (énorme) bémol aux louanges qu’on peut adresser à ce HomePod : en tant que produit Apple, difficile d’imaginer qu’un autre service musical qu’Apple Music soit disponible en natif. Pour les autres, il faudra sûrement diffuser via Airplay (pas de Bluetooth sur...
[test] Vila dos Orixas : au paradis des langoustes et des baigneurs

[test] Vila dos Orixas : au paradis des langoustes et des baigneurs

J’aurai mis du temps avant de publier cet article sur la suite (et fin) de notre trip au Brésil)… Mais les vrais bons plans, ça se mérite, non? Marre de Rio et besoin de détente un peu loin de la foule ? L’île de Tinharé est un paradis. Ses plages de sable fin sont sublimes, ses eaux claires et chaudes appellent à la détente, et l’hôtel Vila dos Orixas, idéalement situé en retrait de la civilisation, en constitue indéniablement une des perles. Quand on parle de retrait, c’est au sens propre. Que vous arriviez en bateau ou en avion (l’aéroport de l’île ne peut accueillir que de petits avions de tourisme, le port est petit, et aucun pont ne relie l’île au continent), il faut d’abord montrer patte blanche et s’acquitter du droit d’entrée sur ce petit paradis. Une fois cela fait, vous pourrez marcher dans la rue principale de la très animée Morro de São Paulo, seule ville de l’île, pour rejoindre un petit parking. Le seul parking de l’île d’ailleurs, puisque les voitures y sont plus ou moins interdites, et ne servent pas à grand chose étant donné l’absence de lien routier avec le continent et la petite taille de Tinharé. Sur ce parking, quelques buggys, minibus pour les rares resorts de l’île, et surtout, un bon vieux Land Rover Discovery au charme et au confort rustique qui vous mènera après un trajet d’une vingtaine de minutes sur une piste en pleine jungle jusqu’à l’hôtel Vila Dos Orixas. Boutique hôtel de charme, le Vila Dos Orixas est constitué de seulement dix chambres, ou plutôt dix bungalows en...
[test] Un mois avec une Withings steel HR : l’une des meilleures montres connectées, en toute discrétion

[test] Un mois avec une Withings steel HR : l’une des meilleures montres connectées, en toute discrétion

Alors que la marque deviendra Nokia dans les prochaines semaines, les petits français de Withings ont eu le temps de lancer une montre connectée. Une montre qui ressemble à une montre très classique avec ses aiguilles analogiques mais avec un petit écran et un capteur de rythme cardiaque, c’est une formule unique sur le marché, et ça valait bien un test en profondeur. Design Elle est toute petite cette Withings Steel HR : avec son diamètre de 36mm, elle conviendra aux femmes aussi bien qu’aux hommes qui souhaitent une montre discrète. Si personnellement, je trouve cette version small (36mm) un peu trop petite pour mon poignet, la version large (40mm) ne me plaît pas du tout, parce que sa seule différence de diamètre est réalisée artificiellement par un contour large autour du cadran, gradué façon couronne sport, mais créant à mes yeux une inélégante masse de chrome. Cette version small est donc pour moi la plus réussie des Steel HR, et au fil des jours je me suis habitué à sa taille réduite. Pour le reste, c’est vraiment une réussite esthétique : son cadran hyper épuré uniquement parcouru d’index à peine contrastés et des deux cadrans (écran à douze heures et aiguille d’objectif de pas à six heures) rappelle à mes yeux deux mythes horlogers : la Junghans Max Bill, et la Portugaise d’IWC. Avouez qu’il y a pire comme références. Vous espériez comme moi que ce garde temps soit équipé d’un verre saphir, ou à défaut d’un verre renforcé? Il n’en est rien, et il ne m’a fallu que 3 jours pour m’en apercevoir en glissant malencontreusement le...