[test] Robot tondeuse Bosch Indego 350 Connect : la rigueur allemande, pour nos pelouses

test Bosch Indego 350 Connect
​Même si on dit que le hasard fait bien les choses, en terme de robot, je n’ai jamais considéré que c’était le cas. Vous n’aurez donc jamais l’occasion de lire sur diisign le test d’un robot (aspirateur on tondeuse) à la trajectoire aléatoire, source immanquable de zones (presque) jamais explorées. Alors quand Bosch a annoncé un robot tondeuse à la fois compact et capable de se déplacer intelligemment, j’ai sauté sur l’occasion et arrosé abondemment le gazon!

test Bosch Indego 350 Connect essai review
Design
Si vous connaissez quelques robots tondeuse, vous pourrez être surpris par le Indego 350 de Bosch : il est vraiment tout petit (44x36x20cm). Avantageux pour se faire discret une fois parqué au fond du jardin, mais inconvénient majeur pour la capacité de tonte. Et c’est le plus gros inconvénient de ce petit Indego : il est réservé à des surfaces de pelouses de moins de 400m2. Au delà, il devra s’y reprendre à beaucoup trop de fois, limité par sa largeur de coupe et sa batterie.
Outre sa minuscule taille, sa carrosserie profilée au ton principalement vert et sa base de recharge minimaliste lui permettront de se glisser discrètement dans un coin du jardin sans se faire remarquer. Un autre bon point.
A l’arrière, la carroserie se replie de façon cylindrique pour ménager une poignée, permettant un transport facile de la bête, et un accès à son bouton on/off caché dessous.
Au dessus, vous avez simplement le gros bouton de réglage de la hauteur de coupe (une sorte de tirette très simple), le gros bouton d’arrêt (en cas d’urgence, il est inratable), et un petit écran LCD entouré de deux flèches et de deux boutons pour naviguer dans les menus.
test Bosch Indego 350 Connect essai review


Performance
Le plus compliqué avec un robot tondeuse, c’est d’installer le câble périphérique tout autour de la zone de gazon à tondre. Il faut fixer ce câble conscienscieusement, à une distance respectable des bordures (20cm environ) pour que le robot puisse manoeuvrer (il faut la place pour qu’il chevauche le câble quand il arrive en bordure). Des petits piquets permettant de fixer le câble dans le sol sont disponibles, et si votre gazon n’est pas encore planté, le mieux est d’enterrer ce câble : c’est possible jusqu’à une profondeur de 5cm.
Pour simplifier l’installation, sachez qu’une promotion offrant l’installation par un spécialiste était liée à ce robot cet été, elle est peut-être encore valable ou pourrait réapparaître.
Prévoyez au minimum une bonne heure d’installation sur un terrain de 100m2.
test Bosch Indego 350 Connect essai review
Une fois le tour du jardin réalisé et la station connectée, vous pouvez lancer le robot dans sa cartographie du terrain : il va longer les bordures pour se faire une idée de l’endroit où vous l’avez mis.
Une fois ces opérations faites, vous êtes prêts pour une tonte de votre jardin.
Et quel pied : le petit robot se déplace tranquillement sans faire trop de bruit, si bien que vous ne réveillerez personne dans le quartier. Mes tontes sont programmées à 7h le mardi et le samedi, et aucune plainte ne m’est parvenue!
La promesse de faire des bandes parallèles est bien respectée, c’est un régal de voir votre pelouse tondue façon terrain de foot. Et sans aucun bruit ni action de votre part, c’est encore plus agréable!
Le seul point faible de l’engin, c’est sa compacité qui l’oblige à faire beaucoup de lignes, et donc beaucoup de distance, le tout associé à une batterie forcément compacte : pour mes presque 200m2 de pelouse, il faut au moins deux charges pour finir le boulot, donc pas mal d’heures. Mais puisque tout se fait de façon autonome sans nécessiter votre présence,ce n’est pas un souci particulier.
test Bosch Indego 350 Connect essai review
Notez que j’ai un arbre sur mon terrain, et que contrairement à ce qui est préconisé dans le manuel d’utilisation, je ne l’ai pas détouré avec le fil… Et bien à part que le robot se cogne doucement à l’arbre, rien de grave.
Le seul détail que je ne trouve pas abouti dans la solution Indego, c’est finalement l’application. Elle permet de planifier la tonte, de la lancer en direct et de recevoir des notifications en cas de problèmes. C’est cette dernière partie que je trouve la plus utile, car ça vous prévient de façon claire que la tondeuse est coincée quelque part (ça peut arriver si quelque chose d’assez petit mais d’assez lourd pour qu’elle puisse l’escalader traîne sur le terrain ). Pour le reste, on se débrouille très bien avec le menu disponible sur la tondeuse. L’application possède aussi une fonction AUTO Calendar, mais je n’ai pas saisi ce qu’elle faisait de mieux que le calendrier normal, à part potentiellement répartir les tontes complètes sur plusieurs jours.
En résumé : la différence de prix entre version Connect et version normale n’est pas forcément très justifiée pour le moment, puisque l’aspect connecté se limite à une application assez sommaire et pas franchement ergonomique. Si un jour cette connexion s’ouvrait à IFTTT, Homekit ou ce genre de choses, l’intérêt serait tout autre, mais aujourd’hui c’est assez gadget, sauf pour les notifications.
test Bosch Indego 350 Connect essai review

Conclusion
Vous voulez une conclusion simple et rapide, alors la voilà :
Si vous passez encore la tondeuse à la main, c’est juste parce que vous adorez ça, ou alors que vous avez un jardin trop grand.
Honnêtement, avoir un gazon toujours parfaitement entretenu, avec les jours de tonte de belles lignes parallèles comme sur un terrain de foot, tout cela en ne faisant rien d’autre que de décrasser de temps en temps un petit robot, ça vaut très largement les 700€ (voire moins) qu’il coûte en entrée de gamme, sachant qu’investir dans la version connectée (pour environ 1000€) est est plutôt gadget à l’heure actuelle, car une fois programmé, la seule chose à faire est de l’oublier. Le silence de fonctionnement de ce petit Indego est aussi très appréciable, et cerise sur le gâteau, le mulching vous permet d’oublier définitivement les sacs de gazon tondu dont il faut vous débarrasser.
Si vous avez un jardin de plus de 400m2, cette version est trop petite et c’est sur l’Indego 1200 qu’il faut se rabattre, en espérant qu’elle soit mise à jour prochainement, parce qu’il paraît que le modèle 1200 est très bruyant.
Et si vous n’avez pas de pelouse mais qu’un de vos voisins vous casse les oreilles avec sa tondeuse thermique, parlez-lui de ce robot…
test Bosch Indego 350 Connect essai review
Les + :
+ Compacité
+ Silence de fonctionnement
+ Tonte régulière par lignes parallèles
+ Changement de la direction de tonte à chaque nouvelle tonte complète : pas de zone morte
+ Antivol via code PIN
+ Pas de wifi mais une carte SIM intégrée (sans abonnement) : pas de souci de connexion même au fond du jardin
+ Entretien quasi nul

Les – :
– Surface de tonte limitée à 400m2
– Largeur de tonte limitée : temps de tonte assez élevé
– Application assez peu réactive et pas forcément efficace
– Pas d’ouverture vers IFTTT, HomeKit, Google Home ou autres
– Pas d’autre alarme qu’un sifflement très aigu et discret

test Bosch Indego 350 Connect essai review

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *