Sélectionner une page

Test Beoplay A9 mkII
Il me fallait une enceinte pour sonoriser la cuisine de ma nouvelle maison, et j’ai été attiré par le look du Beoplay A9 placé en position murale. Sorte de sculpture d’Anish Kapoor en version sonorisée, avec la possibilité de lire en simultané le son de la TV du salon grâce au Beolink Multiroom, c’était un choix à la fois très pratique et très esthétique. Test après quelques mois de vie commune, où ce sera l’occasion pour vous de voir cette enceinte en position murale, configuration qui ne court pas la toile…

Test Beoplay B&O Bang Olufsen A9 mkII beolink multiroom

Design
On est chez B&O Play, pas chez Bang & Olufsen, donc il n’y a pas de profusion d’aluminium, simplement un pourtour métallisé sur cette soucoupe volante de 70 cm de diamètre. Choisie en version spéciale « 90 ans », ce pourtour est chez moi dans une finition « or rose » que je trouve plutôt cuivrée et qui est du plus bel effet. Actuellement, vous avez le choix entre aluminium, noir, et une nouvelle série limitée façon laiton brossé, elle aussi très attirante. Le disque est recouvert d’un fin tissu acoustique. Gris taupe chez moi, le choix est large si l’on compte les propositions du constructeur (en tissu acoustique ou en tissu plus épais signé Kvadrat), et quasi illimié si on compte tous les fabricants tiers, comme skiniplay.com, ou comme la ligne signée par l’artiste vianina, où des plans de villes stylisés égaient l’enceinte de façon très originale (disponibles en exclusivité chez Luxussound.com)
beoplaya9-vianina_london_1
Posée au sol sur ses 3 pieds en bois massif, la Beoplay A9 prend un look de cible assez étonnant, alors que placée sur son support mural (90€ tout de même) c’est un simple disque en relief… Deux identités très différentes au final. Du coup même si elle est montée en position murale dans la cuisine, j’ai conservé les pieds à proximité, pour placer la A9 sur la terrasse par beau temps, et profiter au passage des deux looks…
Toutes les connexions (secteur, ethernet, ligne et USB) se trouvent cachées derrière une trappe à l’arrière, avec le bouton reset et le fameux bouton de « tuning acoustique » habituel chez B&O, permettant de choisir entre « free », « wall » et « corner » pour adapter le rendu de l’enceinte à sa localisation dans votre pièce. A l’arrière aussi, mais au sommet, se trouvent les deux uniques boutons (un pour la veille, l’autre pour le bluetooth) et un « arc de cercle tactile » permettant de commander la lecture/pause, le changement de source et le volume d’un tapotement ou un glissement de la main. Ces contrôles sont pratiques et faciles à retenir quand l’enceinte est au sol, mais un peu moins agréables en position murale (l’enceinte est normalement positionnée plus haut). Du coup, vous serez peut-être tentés par utiliser une télécommande plutôt que les contrôles de la A9. Vous aurez alors le choix d’utiliser simplement l’application gratuite BeoMusic sur votre smartphone ou votre tablette, ou de repasser à la caisse pour vous équiper d’une Beosound Essence Remote, télécommande bluetooth qui fonctionne très bien avec cette enceinte B&O Play (et hop, encore 170€).
Test Beoplay B&O Bang Olufsen A9 mkII beolink multiroom

Performances
Avec ses dimensions conséquentes (70cm de diamètre si vous suivez, et quasiment 20cm au point le plus épais, je m’attendais à de bonnes performances acoustiques, étant habitué à un rendu sonore incroyable dans mes toutes petites Beolab 3 qui offrent beaucoup moins de volume.
Et bien je n’ai pas été déçu : le son est ample, propre, détaillé, et les basses sont bien présentes. L’image stéréo est comme d’habitude sur une enceinte tout en un réduite à peau de chagrin, mais si l’on est bien en face, tout va bien. Mes petites oreilles ne font pas la différence entre les différentes sources en entrée, ce qui semble prouver que tout le monde est traité à la même enseigne au niveau du traitement sonore.
Du grand B&O ? Non, du grand B&O Play en fait : même si le rendu est très naturel, il y a une signature acoustique qui fait qu’on est pas dans le rendu encore plus neutre et détaillé auquel je suis habitué avec du B&O récent équipé en lentilles acoustiques.
Test Beoplay B&O Bang Olufsen A9 mkII beolink multiroom
Il y a aussi quelque chose de bizarre avec la gestion du volume : le volume reste faible et monte très doucement jusqu’à la moitié de la roue de volume de l’application, puis une fois ce seuil passé, il monte « normalement »… C’est assez étrange.
Mais ça reste ce que j’ai écouté de mieux en enceinte Airplay… C’est aussi ce que j’ai écouté de plus cher et de plus gros en enceinte Airplay d’ailleurs… Mais ce qui est bien, c’est qu’à ce prix, ce n’est pas juste une enceinte Airplay : on peut streamer n’importe quoi n’importe comment : Airplay, DLNA, Bluetooth, ou même Chromecast. Mais ce n’est pas tout : ce B&O play A9, c’est plutôt un concurrent du matériel Sonos dans l’approche moderne du multiroom, avec en plus la possibilité de profiter de toute une compatibilité avec des vieux systèmes B&O.
Ayant équipé ma Beovision 8 d’un module Beolink converter NL/ML, je peux écouter sur la Beoplay A9 les sources internes de la TV, et inversement, je peux profiter des sources musicales de la A9 (Deezer, bibliotthèque DLNA, ou radio TuneIn directement sur ma Beovision, ou sur d’autres enceintes B&O Play comme la A6, ou le Beosound Essence MKII de la chambre à coucher. Du vrai multiroom, avec des éléments qui peuvent avoir des dizaines d’années (vous pouvez par exemple lier l’iconique chaîne 6CD Beosound 9000 à tout ce joli monde moderne grâce au converter, chose assez inhabituelle dans un monde où les fabricants laissent en général tomber le support d’un produit à peine il est mis sur le marché).
Test Beoplay B&O Bang Olufsen A9 mkII beolink multiroom
Par contre, il reste du chemin à accomplir par B&O pour rendre l’expérience vraiment parfaite : même s’il est facile de synchroniser des sources avec l’application BeoMusic, ou de trouver son bonheur sur Deezer ou TuneIn, la navigation dans une bibliothèque DLNA est un vrai souci : une vulgaire liste par albums, artistes ou morceaux, avec aucun moyen d’accès rapide : aucune boîte de recherche, même pas l’alphabet à droite de la liste comme dans n’importe quelle application… Autant vous dire que vous préférerez vite utiliser un autre logiciel si vous avez une grosse bibliothèque… Ca gâche complètement l’expérience, et le pire, c’est que j’ai signalé ça sur le support de B&O (Beocare), qui a l’air de ne pas prendre ces demandes au sérieux, voici leur réponse : « Concernant le classement par ordre alphabétique, par lettres, et la recherche, ces fonctions ont déjà été demandées à notre département R&D.
Pour l’instant il n’est pas prévu de les ajouter mais la R&D comptabilise tout de même le nombre de demandes.
J’ajoute la vôtre afin d’augmenter la priorité de ces demandes. »
Test Beoplay B&O Bang Olufsen A9 mkII beolink multiroom

Conclusion
Même si je suis convaincu par la B&O Play A9, que ce soit pour ses performances acoustiques, son style ou ses fonctionnalités, je pense qu’il est temps pour B&O d’investir sérieusement sur l’interface de l’application BeoMusic pour vraiment proposer une expérience utilisateur digne de la finition (parfaite) de ses produits physiques. Comme le dit B&O pour ses TV, le son, c’est la moitié de l’image… Je les paraphraserais en disant que l’application, c’est la moitié de l’enceinte connectée…
C’est tout simplement génial de pouvoir « linker » des vieux produits B&O avec du nouveau matériel B&O ou B&O Play, mais si l’interface en relation avec ce nouveau système multiroom ne suit pas, il sera difficile pour B&O de séduire face à Sonos, même si la qualité sonore n’a rien à voir.
En résumé : si vous cherchez une enceinte Airplay/chromecast/bluetooth sans aucun compromis sur l’acoustique, la B&O Play A9 est sûrement ce qui se fait de mieux. Si en plus vous avez déjà du vieux matériel B&O Masterlink, elle sera un élément à part entière de votre installation audio et pas juste une petite pièce rajoutée. Mais si vous cherchez l’expérience multiroom ultime en partant de zéro, le logiciel gâche un peu la fête.
Test Beoplay B&O Bang Olufsen A9 mkII beolink multiroom

Les + :
+ Look décalé
+ Excellent rendu sonore
+ Spotify Connect, Deezer, Chromecast, Bluetooth, Airplay…
+ Multiroom avec d’autres produits B&O/B&O Play
+ Personnalisable avec un large choix de covers en textile

Les – :
– Un contrôle de volume étrange sur l’application
– Application Beomusic très loin de rivaliser avec Sonos
– Ni Qobuz ni Apple Music intégrés