Sélectionner une page


Et oui, je me suis lancé, une tablette HP Touchpad trône pas loin de mon iPad 2… Pas une tablette à 99€, il n’y en avait plus… Du coup c’est une tablette à 129€ (pour 32go) que j’ai acheté au péril de ma vie parmi une meute de geeks en furie. Petit test pour savoir ce que ça vaut.

Design
Je trouvais la Touchpad séduisante dans sa conception, car comme l’iPad, elle est équipée d’un écran au format 4:3, très pratique dans toutes les orientations (portait ou paysage) contrairement aux tablettes 16:9 beaucoup trop étroites en portrait.
La Touchpad donne une sensation beaucoup moins luxueuse que l’iPad une fois en mains, la faute à sa coque en plastique, plus épaisse que les leaders du marché (iPad 2 et Galaxy Tab). Et c’est à ma connaissance la seule tablette qui se couvre de traces de doigts aussi bien à l’avant qu’à l’arrière, la faute à une finition noir glossy intégrale. Mais malgré ces petits défauts, la prise en main est parfaite grâce à une forme générale de gros galet (ou de gros iPhone 3G si vous préférez).

Par rapport à un iPad, elle n’a pas de caméra arrière (seulement une caméra frontale), mais elle dispose de deux hauts parleurs, d’une très bonne qualité pour leur taille minuscule, d’un vibreur, et toutes les versions embarquent un GPS intégré (hélas il n’existe pas d’application de qualité pour disposer d’une cartographie offline, voire d’un guidage). Le processeur, un Tegra 2 bicoeur à 1,2GHz, est parfaitement à la page. En résumé, on en a presque plus technologiquement que sur un iPad 2 à presque 600€. Pas mal (même à l’ancien prix de 399€ c’était déjà très correct).

Performance
J’avais déjà un peu goûté à WebOS à ses débuts sur Pré+, constaté son avance sur la gestion du multitâches, des notifications… Après quelques jours d’essai en version tablette, je ne peux que déplorer le fait que HP abandonne ce système d’exploitation qui disposait d’un potentiel considérable. Rien que le fait de pouvoir faire un geste de glissement vers le haut depuis le rebord bas de la tablette (quelle que soit l’orientation) pour éviter d’user le bouton est une belle avancée par rapport à iOS, où le bouton home est surexploité!
Le multitâche est un vrai plaisir : à chaque appui sur le bouton home (ou donc à chaque glissement vertical) on se retrouve sur un écran composé du « dock » (qui dispose d’un bouton qui mêne vers les pages d’appliçations) avec au dessus toutes les applications ouvertes affichées sous forme de cartes. On passe d’une applications l’autre en glissant latéralement. Quand une application en a appelé une autre, la carte de la nouvelle application lancée s’affiche par dessus la précédente (en léger retrait pour pouvoir accéder à chaque application). C’est rudement efficace, ça organise les fenêtres par « session de travail » au lieu de cloisonner bêtement chaque application comme sur iOS. On est pas limité en nombre de fenêtres (ou cartes) du navigateur internet, à l’inverse d’un iPad et ses 9 pages Safari. Autre exemple de décloisonnement des applications : pour accéder aux réglages de l’application en cours, il suffit de taper dans le coin supérieur gauche, au niveau de la barre de titre (là où un iPad wifi affiche bêtement « iPad » en continu, et les paramètres sont accessibles (alors que chez Apple il faut appuyer sur le bouton home, retourner à la page où se trouve l’application réglages, la lancer, aller à la page de l’application voulue… Laborieux). Cet usage intelligent de la barre d’état est aussi visible dans le coin de droite, où d’un simple tap, on accède au réglages de volume (aussi accessible via un bouton physique), luminosité, mode avion, wifi, Bluetooth… Un rêve! Idem pour les notifications, qui apparaissent juste à gauche de cette zone de façon discrète (on peut paramétrer un son et/ou le vibreur pour les notifications).

Le navigateur internet supporte Flash, ce qui permet de naviguer sur des sites où l’iPad déclare forfait. Une option semblable à click to flash, qui permet de n’activer un élément Flash que si on clique dessus est même intégrée.
Si en plus je vous dit que la technologie Synergie permet d’avoir accès à ses comptes Google, Facebook, Dropbox ou autres directement dans l’OS (on peut par exemple chercher un fichier Dropbox depuis n’importe quelle application, accéder à ses calendriers en ligne, à ses mails et à ses documents Google partout après avoir saisi ses paramètres de compte dans Synergie), vous risquez de vous demander pourquoi cet OS est si peu répandu…

Et oui, Palm savait clairement y faire en OS mobile. Mais l’expériençe utilisateur n’est pas non plus parfaite sur une Touchpad, et le principal défaut est la lenteur de l’interface. Les applications mettent du temps à se lancer, beaucoup de temps pour certaines. Les saccades sont fréquentes, et les petits gels ne sont pas rares. On ne sent clairement pas la puissance du Tegra 2 à 1,2GHz. C’est lourd et lent. Ouvrir et visualiser un simple document Excel avec Quickoffice (fourni, fonctionne uniquement en lecture mais doit être mis à jour prochainement en lecture/écriture) C’est en faisant ce constat qu’on regrette le plus l’abandon de HP. Parce que même s’ils annoncent vouloir continuer à supporter WebOS, il n’y aura plus de version majeure (à moins d’un rachat par Samsung??). On a donc un système superbe sur le papier, mais loin d’être optimisé en pratique.
Les applications sont trop rares par rapport à l’abondance que l’on connaît sur les autres plateformes et vu l’annonce de HP, la situation ne pourra que s’empirer (on attend quand même l’excellent Zinio, et il y a déjà Relay, Allocine, Marmiton, Angry Birdsle Parisien, les Echos… De quoi ravir la ménagère moyenne), mais le magasin en ligne a l’avantage d’être clair sur les matériels compatibles : le mot Touchpad apparaît pour les applications prévues pour la tablette, les autres s’affichent en mode fenêtré, (comme une application iPhone sur iPad). La rareté des produits HP Palm permet d’éviter les problèmes de l’app store Androïd beaucoup trop hétérogène ou à l’inverse cloisonné à un constructeur.

Conclusion
A part le fait que cette tablette soit suréquipée pour son prix (un écran IPS aux angles de vision très ouvert, un GPS intégré, des hauts parleurs de qualité…), on ne peut que regretter qu’un OS aussi prometteur que WebOS n’ait pas réussi à se faire une place sur le marché. On se retrouve face à une tablette pratique, bien pensée et bourrée de bonnes idées, mais son interface est trop lente et elle est dotée d’un store d’applications rachitique. Y A-t-il vraiment la place pour trois systèmes d’exploitation sur le marché des tablettes? Peut-être lorsque le troisième s’appellera Windows 8, mais pour un « petit » outsider comme HP/Palm (ou Blackberry), difficile de se lancer. WebOS semble suivre doucement le chemin de BeOS, Symbian, MeeGo et bientôt Bada…
Faut-il craquer sur cette tablette? Oui si vous savez vous en suffire en l’état, et oui si vous avez envie de la bidouiller (pour y mettre Androïd par exemple). Sinon, ça sera juste un gadget de plus dont l’usage est trop restreint. De toute façon il faudra une sacré dextérité pour parvenir à l’acquérir.

Les + :
+écran 4:3 idéal pour une tablette
+hauts parleurs stéréo de bonne qualité
+intégration parfaite des services Google (mail, agenda, documents)
+dropbox intégré à WebOS, et d’autres services encore
+les notifications les mieux gérées du marché (les autres OS se sont alignés sur WebOS)
+la façon la plus belle et la plus efficace de basculer entre applications
+depuis le store on sait directement si une application est compatible Touchpad
+pour les bidouilleurs, l’accès à toutes les ressources de la Touchpad est aisé, il suffit d’installer PreWare pour ajouter des fonctions/applications

Les – :
-trop de lenteurs dans l’interface (saccades fréquentes, quelques figeages, temps de lancement des applications, et les applications tierces sont loin d’être optimisées)
-un magasin d’application beaucoup trop peu fourni
-autonomie d’environ 6h au lieu des 8h annoncées
-l’état des applications n’est pas conservé à la fermeture
-encore un OS sans widgets
-arriver à acheter l’engin risque d’user votre santé


Epaisseur : à gauche la Touchpad, à droite l’iPad 2

[adfever type= »product » value= »18673908″]